Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 23 Mai 2018

  •   Aboubaker Khaled
  • jeudi 11 janvier 2018 12:13

"HTA attend l’accord d’Algérie Télécom pour pouvoir généraliser l’IPTV" (Omar Hasnaoui, vidéo)

Omar Hasnaoui, lors de son passage à l' 

D’après l’invité de Radio M mardi dernier, une proposition a été faite par Hasnaoui Télécom Algérie à Algérie Télécom pour travailler en partenariat afin de généraliser une solution de télévision par câble à l’échelle nationale. Algérie Télécom, a-t-il indiqué, n’a toujours pas donné son accord. Véritable douche froide pour cette entreprise, qui, justement, s’était lancée, dans la technologie IPTV dès l’annonce de l’ouverture du backbone d’Algérie Télécom… il y a cinq ans.

 

« C’est vraiment dommage de voir des solutions digitales qui se créent partout dans le pays et de ne pas pouvoir les utiliser, parce que la réglementation en vigueur ne le permet pas », a déploré Omar Hasnaoui, Président de Hasnaoui Télécom Algérie (HTA), dans l’invité du direct de RadioM.

L’entreprise Hasnaoui Télécom Algérie (HTA), qui a mis sur le marché algérien, en 2012, une solution de télévision par câble, l’IPTV en l’occurrence, se trouve dans l’impossibilité de la placer sur le marché national.

Omar Hasnaoui, directeur général du groupe éponyme et président de la filiale HTA, a estimé que cette solution, qui permet aux abonnés de regarder la télévision mais aussi de se connecter à Internet, permet de faire disparaître définitivement les assiettes paraboliques qui enlaidissent les façades des immeubles du pays. « Elle garantit aussi aux abonnés d’avoir une image stable et de haute qualité », a-t-il expliqué sur les ondes de RadioM, ajoutant que lorsqu’une déconnexion Internet survient, l’abonné peut continuer à regarder la télévision sans risque d’interruption.

HTA ne compte pas s’arrêter à cette solution « bi-play », a rappelé son président, et compte aussi, une fois que la réglementation l’aura permis,« proposer la solution « triple-play » (Internet, télévision, téléphonie) connue communément sous le nom de « Freebox ». Selon Omar Hasnaoui cette technologie n’est pas méconnue des Algériens car « tout le monde l’a vu dans les spots publicitaires des chaînes étrangères, mais, malheureusement, ils n’ont pas la chance de l’utiliser ».

 

AT a hésité et hésite encore

 

La promotion immobilière Erriad d’Oran, réalisée par la filiale construction du groupe Hasnaoui est une cité pilote où les résidents ont troqué les antennes paraboliques contre la solution IPTV.

D’après l’invité de RadioM, une proposition a été faite par HTA à Algérie Télécom pour travailler en partenariat afin de généraliser l’IPTV à l’échelle nationale. Algérie Télécom, a-t-il indiqué, n’a toujours pas donné son accord quant à l’ouverture de son backbone en vue de permettre à HTA de déployer sa solution. Véritable douche froide pour cette entreprise, qui, justement, s’était lancée dans la technologie IPTV dès l’annonce de l’ouverture du backbone d’Algérie Télécom… il y a cinq ans, par l’ancien ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Moussa Benhamadi. Ainsi,  ce qui semblait être une ouverture imminente n’a pas dépassé la phase d’annonce. Entretemps, HTA a acheté une solution pour répondre à la demande de pas moins d’un million d’abonnés. 

Les explications ne manquent pas pour le premier responsable de HTA. « En premier lieu, des considérations d’ordre éthique et religieuse concernant les contenus de la télévision par câble et qui pourraient ne pas être compatibles avec la culture algérienne », a-t-il estimé signalant qu’il s’agit, en définitive, de contenus ayant déjà fait leur entrée en Algérie. L’absence d’une réglementation contraignant Algérie Télécom à ouvrir son backbone aux opérateurs privés est un autre facteur de blocage, a-t-il poursuivi.

Le patron de HTA s’est dit être prêt à payer pour profiter du backbone d’Algérie Télécom afin de généraliser l’IPTV, assurant que cette ouverture offrira de grandes possibilités, surtout aux citoyens du sud du pays qui ne captent pas d’ailleurs les satellites Astra et Hotbird. 

 

Ecouter l'émission

 


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • oui ,c'est beau mais un autre oligarque qui veut toujours avoir l monopole sur ce secteur , dommage ,soit on est sous le monopole de l'Etat , soit sous le monopole des nouveaux oligarques

    Rapporter khalifa samedi 3 février 2018 23:39
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Média : Les réalisateurs étrangers à la rescousse de la production publicitaire en Algérie

Ce mois sacré de Ramadhan, qui fait monter la fièvre publicitaire et affoler les annonceurs, est devenu désormais le mois de surconsommation par excellence. Des dizaines de spots publicitaires défilent sans cesse à longueur de journée, tentant par tous les moyens de séduire le grand public.

Les défis de la logistique de distribution (contribution)

  La gestion de la chaîne logistique de distribution permet de mettre en œuvre l’ensemble des éléments contribuant à la distribution des produits. Le flux et les stocks, les retours, l’emballage, les équipements, les services de transport, de manutention, les systèmes d’informations…Ce concept relativement standard de la supplychain est en train d’évoluer. Son champ d’intervention s’élargit de plus en plus et...

"Les banques algériennes ont une capacité limitée en matière de prise de risque" (expert)

  Pour l’expert la mentalité figure parmi les obstacles face au changement dans le domaine bancaire.