Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Aboubaker Khaled
  • jeudi 11 janvier 2018 12:13

"HTA attend l’accord d’Algérie Télécom pour pouvoir généraliser l’IPTV" (Omar Hasnaoui, vidéo)

Omar Hasnaoui, lors de son passage à l' 

D’après l’invité de Radio M mardi dernier, une proposition a été faite par Hasnaoui Télécom Algérie à Algérie Télécom pour travailler en partenariat afin de généraliser une solution de télévision par câble à l’échelle nationale. Algérie Télécom, a-t-il indiqué, n’a toujours pas donné son accord. Véritable douche froide pour cette entreprise, qui, justement, s’était lancée, dans la technologie IPTV dès l’annonce de l’ouverture du backbone d’Algérie Télécom… il y a cinq ans.

 

« C’est vraiment dommage de voir des solutions digitales qui se créent partout dans le pays et de ne pas pouvoir les utiliser, parce que la réglementation en vigueur ne le permet pas », a déploré Omar Hasnaoui, Président de Hasnaoui Télécom Algérie (HTA), dans l’invité du direct de RadioM.

L’entreprise Hasnaoui Télécom Algérie (HTA), qui a mis sur le marché algérien, en 2012, une solution de télévision par câble, l’IPTV en l’occurrence, se trouve dans l’impossibilité de la placer sur le marché national.

Omar Hasnaoui, directeur général du groupe éponyme et président de la filiale HTA, a estimé que cette solution, qui permet aux abonnés de regarder la télévision mais aussi de se connecter à Internet, permet de faire disparaître définitivement les assiettes paraboliques qui enlaidissent les façades des immeubles du pays. « Elle garantit aussi aux abonnés d’avoir une image stable et de haute qualité », a-t-il expliqué sur les ondes de RadioM, ajoutant que lorsqu’une déconnexion Internet survient, l’abonné peut continuer à regarder la télévision sans risque d’interruption.

HTA ne compte pas s’arrêter à cette solution « bi-play », a rappelé son président, et compte aussi, une fois que la réglementation l’aura permis,« proposer la solution « triple-play » (Internet, télévision, téléphonie) connue communément sous le nom de « Freebox ». Selon Omar Hasnaoui cette technologie n’est pas méconnue des Algériens car « tout le monde l’a vu dans les spots publicitaires des chaînes étrangères, mais, malheureusement, ils n’ont pas la chance de l’utiliser ».

 

AT a hésité et hésite encore

 

La promotion immobilière Erriad d’Oran, réalisée par la filiale construction du groupe Hasnaoui est une cité pilote où les résidents ont troqué les antennes paraboliques contre la solution IPTV.

D’après l’invité de RadioM, une proposition a été faite par HTA à Algérie Télécom pour travailler en partenariat afin de généraliser l’IPTV à l’échelle nationale. Algérie Télécom, a-t-il indiqué, n’a toujours pas donné son accord quant à l’ouverture de son backbone en vue de permettre à HTA de déployer sa solution. Véritable douche froide pour cette entreprise, qui, justement, s’était lancée dans la technologie IPTV dès l’annonce de l’ouverture du backbone d’Algérie Télécom… il y a cinq ans, par l’ancien ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Moussa Benhamadi. Ainsi,  ce qui semblait être une ouverture imminente n’a pas dépassé la phase d’annonce. Entretemps, HTA a acheté une solution pour répondre à la demande de pas moins d’un million d’abonnés. 

Les explications ne manquent pas pour le premier responsable de HTA. « En premier lieu, des considérations d’ordre éthique et religieuse concernant les contenus de la télévision par câble et qui pourraient ne pas être compatibles avec la culture algérienne », a-t-il estimé signalant qu’il s’agit, en définitive, de contenus ayant déjà fait leur entrée en Algérie. L’absence d’une réglementation contraignant Algérie Télécom à ouvrir son backbone aux opérateurs privés est un autre facteur de blocage, a-t-il poursuivi.

Le patron de HTA s’est dit être prêt à payer pour profiter du backbone d’Algérie Télécom afin de généraliser l’IPTV, assurant que cette ouverture offrira de grandes possibilités, surtout aux citoyens du sud du pays qui ne captent pas d’ailleurs les satellites Astra et Hotbird. 

 

Ecouter l'émission

 


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...