Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Karim Sabeur
  • lundi 15 janvier 2018 16:49

Algérie : Le chiffre d’affaires des assurances a connu une baisse continue en 2017

 Le stock des sinistres à payer s'élève à 78,2 milliards  DA jusqu'à fin septembre 2017.

 

Le secteur des assurances a connu  durant l’année 2017 une baisse continue de son chiffre d’affaires. C’est ce confirme encore une fois le Conseil  national des assurances selon lequel le secteur a réalisé un chiffre d'affaires de 101,74 milliards de dinars sur les 9 premiers mois 2017 contre près de 102 milliards DA durant la même période de 2016. Cela s’est traduit par une baisse de près de 250 millions de DA (-0,2%).

Ces mauvaises performances ont eu leur impact sur les assurés. En effet, le total des sinistres réglés a été de près de 37 milliards  DA contre 51,51 milliards DA durant la même période de 2016, soit une diminution de 28,6%. 

En clair, il y a un quart de plus de personnes qui n’ont pas été indemnisées suite à divers sinistres. Les efforts des compagnies n’ont pas été d’un grand effet.

D’ailleurs, le stock des sinistres à payer s'élève à 78,2 milliards  DA jusqu'à fin septembre 2017, en baisse seulement de 3,7% par rapport à la même période de 2016.   

Selon le Conseil national des assurances, qui vient d’établir sa dernière note de conjoncture, le chiffre d’affaires réalisé par les assurances des dommages a prédominé en s'établissant à 90,34 milliards  DA (89% de la totalité du marché des assurances), contre 91,22 milliards  DA à la même période de 2016, en recul de 1%. 

Quant aux assurances de personnes, elles ont augmenté à 9,6 milliards  DA (contre prés de 9 milliards  DA), soit une évolution de 7,1%. C’est l’une des rares branches à éviter le naufrage.  

Pour celle des assurances de dommages, le chiffre d'affaires de l’assurance automobile a également baissé à 49,4 milliards DA (contre 49,73 milliards  DA), en recul de 0,7%, sachant que cette branche détient le gros des assurances des dommages (54,7%).       

Pour ce qui est de la branche Incendie et Risques Divers (IRD), elle a réalisé un chiffre d’affaires de 34,13 milliards  DA (contre près de 34 milliards  DA) en hausse de 0,6% entre les deux périodes de comparaison.  Dans les IRD, les assurances contre les effets des catastrophes naturelles (Cat-Nat) ont baissé de près de 12% du fait du recul des primes collectées au titre de la Cat-Nat biens immobiliers (-18,7%).  Le président de l’Union des assurances et de réassurance, Brahim Djamal Kassali, s’attend à une croissance de 1% du secteur pour l’ensemble de 2017. Beaucoup moins, selon d’autres responsables.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Souhil Meddah:"Le système fiscal algérien n’assure aucun équilibre macroéconomique à moyen et à long termes"

Le problème du régime fiscal algérien est  dans la forme et le schéma de répartition ou de collecte de ses ressources ainsi que dans la capacité des services fiscaux à pouvoir identifier les niches cachées existantes, explique l’expert financier Souhil Meddah.

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.