Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Noreddine Izouaouen
  • mardi 16 janvier 2018 13:25

Yousfi fait la promotion du climat des affaires algérien auprès des opérateurs jordaniens

Les quelques opérateurs économiques jordaniens ont soulevé la nécessité de redynamiser l'accord mixte de libre-échange, signé en 1997.

 

Le ministre de l'Industrie et des mines, Youcef Yousfi a rassuré, mardi à Alger, les investisseurs jordaniens sur l'engagement des deux gouvernements (algérien et jordanien) pour lever tous les obstacles, et ce dans l'objectif de faciliter la coopération entre les entreprises des deux pays. 

Intervenant lors du Forum d'affaires algéro-jordanien, le ministre de l'Industrie a tenu à présenter le potentiel de l'Algérie dans le domaine économique. Selon lui, le nouveau code des investissements instauré par l'Algérie dernièrement, les mémorandums d'entente signés entre les deux pays dans les secteurs de la métrologie et de la normalisation constituent un atout important pour le développement des échanges et de coopération entre les deux côtés.  

Pour sa part, le vice-Président de la Chambre algérienne du commerce et d'industrie (CACI), Riad Amor a estimé que les échanges entre l'Algérie et la Jordanie demeurent loin des attentes des deux côtés. Ainsi, il dira que le volume des échanges enregistrés durant les 11 premiers mois de l'année écoulée est estimé à 233 millions de dollars, dont 137 millions représentent les exportations algériennes vers la Jordanie et 95 millions de dollars d’importations à partir de la Jordanie. 

Cet évènement, selon lui, a pour objectif de renforcer davantage les relations bilatérales, donner une impulsion nouvelle à la coopération dans les domaines susmentionnés et promouvoir l'investissement réciproque entre les deux pays.

De leur côté, les quelques opérateurs économiques jordaniens rencontrés sur les lieux ont soulevé la nécessité de redynamiser l'accord mixte de libre-échange, signé en 1997, entre l'Algérie et la Jordanie, et qui a été gelé depuis 2006. Ce point important devrait être débattu lors de la commission mixte des deux pays. 

Il est à rappeler également que l'Algérie et la Jordanie ont signé, la fin de l'année écoulée à Amman, une convention pour la création d'un Conseil d'affaires algéro-jordanien, et ce, en vue de "renforcer et d'élargir les relations et les contacts économiques, commerciaux, scientifiques, techniques et dans les domaines des affaires entre les promoteurs de projets, les chefs d'entreprises, les hommes d'affaires, les forums d'affaires et les syndicats, outre la promotion de la coopération bilatérale entre les PME des deux pays. 

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • J’ignore pour le climat des affaires en Algérie mais pour ce qui est de celui qui domine actuellement au ministère de l’industrie et des mines au Colisée, du BOG au bureau du ministre, on a l’impression qu’on se trouve pour de vrai dans le film la liste de Schindler ou les trois jours du condor.

    Rapporter Bou Zenzel mardi 16 janvier 2018 14:43
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Souhil Meddah:"Le système fiscal algérien n’assure aucun équilibre macroéconomique à moyen et à long termes"

Le problème du régime fiscal algérien est  dans la forme et le schéma de répartition ou de collecte de ses ressources ainsi que dans la capacité des services fiscaux à pouvoir identifier les niches cachées existantes, explique l’expert financier Souhil Meddah.

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.