Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Amar Ingrachen
  • dimanche 21 janvier 2018 19:54

Le FCE reconnait que ses participations aux tripartites étaient « illégales »

Paradoxalement, depuis sa création à ce jour, le FCE ne se contentait pas de participer aux tripartites mais y jouait aussi le rôle de locomotive du patronat algérien.

 

Le Forum des Chefs d’Entreprises (FEC) vient de voter à l’unanimité le changement de son statut d’association pour passer à celui de syndicat d’employeur. L’objectif est, explique-t-on, « de s’adapter aux nouvelles données à deux niveaux, au moins : une adaptation au niveau légal et une adaptation au niveau de l’organisation ». Mais pas seulement. «Une association agréée au sens de la loi de janvier 2006, même si elle peut constituer une force de proposition, n’a ni compétence, ni capacité à être représentée au niveau institutionnel pour discuter ou négocier des dispositions relevant du domaine économique ou social, » reconnait le FCE dans le discours préliminaire, prononcé par M. Tarkaoui, à une Assemblée générale extraordinaire de l’Association tenue samedi à Alger. Le FCE qualifie la situation dans laquelle il se trouve de « paradoxale » et insiste sur la nécessité de lever ce paradoxe « dans la mesure où le FCE est convié aux différentes consultations bipartites et tripartites alors qu’il n’est légalement pas concerné ».

Ces déclarations, aussi triviales soient-elles, sont un aveu que les différentes participations du FCE aux tripartites étaient « illégales ». Pour rappel, il est admis depuis bien longtemps dans les milieux d’affaires que le FCE n’avait pas, d’un point de vue réglementaire, le droit de prendre part aux réunions tripartites Gouvernement-UGTA-Patronat, encore moins de participer à la prise de décisions en matière de dispositions sociale et économique. Pourtant, cette organisation patronale ne se contentait pas de participer aux tripartites mais y jouait aussi le rôle de locomotive du patronat algérien. 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • le droit a toujours été une notion curieuse , malléable selon l'évènement du jour ou le droit de l'opportunité dans une atmosphère brumeuse persistante.

    Rapporter mhamed lundi 22 janvier 2018 11:00
  • le signal de l''unification "forcée" du patronat algérien qui paradoxalement comprend plusieurs syndicats d'employeurs..tous en défaut de représentativité et de conformité par rapport à la loi 90/14
    L'objectif étant de se faire reconnaître par les institutions internationales comme l'OIT par exemple où se retrouvent la CGOA pour les employeurs et l'UGTA pour les employés.

    Rapporter LAHLOU lundi 22 janvier 2018 06:55
  • Notre pillé a besoin d'une organisation patronale forte

    Rapporter Abu al ala dimanche 21 janvier 2018 22:20
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie : Les réserves en devises baissent à 82 jours d'importation, "un niveau plus qu’alarmant"

L'expert en économie Moez Joudi juge le niveau  de stock des réserves plus qu’alarmant. 

Tourisme : 2,5 millions d’Algériens ont visité la Tunisie en 2017 (OTT)

Pas moins de 2,5 millions de touristes algériens ont visité la Tunisie au cours de l’année 2017, une affluence représentant 35% de l’ensemble des touristes ayant visité ce pays voisin, a indiqué à l’APS le directeur de l’Office tunisien du tourisme (OTT).

Les flux commerciaux entre le Maroc et l’Espagne ont dépassé 14 milliards d'euros en 2017

L'Espagne est le premier partenaire économique du Maroc, pour la sixième année consécutive, "tant en importations qu'en exportations".