Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Aboubaker Khaled
  • mercredi 7 février 2018 19:18

Algérie: "Les entreprises françaises doivent être patientes face aux problèmes administratifs" (Youcef Yousfi)

 

Deux accords ont été signés en marge des travaux de la rencontre du FCE et du Medef.

 « Les problèmes administratifs ne doivent pas freiner les relations d’affaires entre l’Algérie et la France. Il faut être patient et ne pas se décourager », a déclaré, aujourd’hui à Alger, le ministre de l’Industrie, Youcef Yousfi, lors de la rencontre d’affaires qui a réuni des membres du Forum des chefs d’entreprise (FCE) et du mouvement des entreprises de France (MEDEF).

Le ministre qui s’exprimait face à une centaine d’entrepreneurs algériens et français n’a pas manqué de faire l’éloge des opérateurs français qui investissent en Algérie, « en dépit des difficultés ».

Yousfi a exprimé, en outre, son « optimisme » quant à l’avenir de l’industrie algérienne.  « Je ne sais pas si on a pleinement conscience de l’accélération du processus dans l’industrie algérienne en général et de l’industrie manufacturière d’une manière particulière », a-t-il déclaré.

Concernant la règle 51/49, le ministre a indiqué  que « cette règle n’a pas découragé les investisseurs (…) Les partenaires américains, allemands, suisses, chinois ou français sont là en Algérie et ils travaillent depuis longtemps et ils contribuent au transfert du savoir-faire ».

En marge des travaux de la rencontre, un accord portant création du Conseil d’affaires algéro-français a été signé par le président du FCE, Ali Haddad et le président du MEDEF Pierre Gattaz. Un second mémorandum d’entente relatif à la promotion de la culture de l’entrepreneuriat chez les jeunes a été également ratifié.

 

 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.  

Montage automobile : Les concessionnaires vont devoir chercher leurs équipementiers (responsable)

« La stabilité politique du pays et le cadre incitatif à l’investissement sont des atouts qui permettront d’attirer les équipementiers étrangers », selon un responsable du ministère de l’Industrie.