Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Avril 2018

  •   Algérie Presse Service
  • samedi 14 avril 2018 14:25

Ouyahia défend le choix du financement non conventionnel: la baisse du taux d'inflation contredit les critiques

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, affirmé que le recours à l’endettement intérieur (financement non conventionnel) a permis de réduire de taux l'inflation, contrairement à ce qui a été prévu par certains experts.

 

"Beaucoup a été dit par les experts, qui avaient estimé que l’endettement intérieur allait entrainer de l’inflation, mais Dieu merci, et je peux vous le démontrer sur la base de statistiques, dont vous aviez déjà pris connaissance avant aujourd’hui, que si l’inflation qui était de 6% en octobre 2017, de 5,6 % en décembre 2017 et de 5,2% en janvier 2018 est passée à 4,9% en février 2018. Cela signifie et contrairement à ce qui a été dit, que l’inflation est en train de baisser un peu", a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation du bilan du gouvernement.

"Si vous me demandez comment le pays a financé ses activités. Je vous répondrais que cela a été possible, non pas parce que la crise économique a expiré, mais parce que l’Etat avait recouru à un endettement intérieur. Le trésor public emprunte ainsi de la Banque centrale", a-t-il précisé devant un parterre de journalistes.

Rappelant que le sujet du recours au financement non conventionnel avait suscité un grand débat au cours de l’année 2017, le Premier ministre a dit : "Je peux vous dire que cette dette avait atteint les 2.200 milliards DA, dont 570 milliards DA pour le budget et le reste pour relancer le réseau bancaire et le financement de la construction des logements AADL, ainsi que l’assainissement des dettes de l’Etat à l’égard de Sonelgaz et Sonatrach".

Selon lui, cette mesure qui a été critiquée par certains, a permis à l’Algérie de vivre une crise des hydrocarbures "mortelle" et qui est plus difficile que celle de 1986. "Dieu merci le pays a pu y faire face grâce aux sages décisions du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, dont le payement de la dette extérieur par anticipation, la création du Fonds de régulation des recettes (FFR), ayant permis au pays de se financer durant trois ans, ainsi que le recours au financement non conventionnel", a-t-il soutenu.

"Cet endettement intérieur n’est pas une aventure, pour expliquer cela à l’opinion publique à travers vous les médias", a-t-il avancé. Il rappelé, en outre, que l’Etat avait choisi d’accompagner cet endettement intérieur par un programme de réforme, publié dans le Journal officiel, dans le but de rééquilibrer ses comptes intérieurs et extérieurs, ainsi qu’une redynamisation de l’économie nationale en général.


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • "Eppur, si muove! " (Et pourtant, elle tourne!), voilà ce que Galilée affirmait aux ecclésiatiques fanatiques qui refusaient de croire que la terre était ronde et qu'elle tournait bien autour du soleil. Notre PM, tente-t-il d'émuler Galilée quand il affirme avec aplomb et la certitude d'un prix Nobel d'économie "et pourtant elle tourne!" en parlant de son imprimante à billets? Contre vents et marées, il continue de défier les canons de la chose économique en soutenant que l'impact est minime tant sur la valeur du Dinar que sur le taux d'inflation. De grâce, taisez-vous, l'Économie est une chose trop sérieuse pour être confiée à des charlatans! Dans les années 1980, des économistes américains critiquaient la politique de Reagan de dérégulation tous azimuts des marchés en l'appelant "Voodoo economics", du n'importe quoi, du chlaouch. Gardez la tête sur vos épaules et cessez de vouloir faire tourner la nôtre!

    Rapporter Felfel Har lundi 16 avril 2018 14:26
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Le groupe Sonatrach sollicité par l’Irak pour développer un champ pétrolier

  Il  a été question, également, lors de cette entrevue de la possibilité d’une participation de Sonelgaz et de Naftal à l’extension du réseau de transport de gaz en Irak.

Pétrole: Le prix du Brent monte à près de 75 dollars, à son plus haut niveau depuis 2014

  Les stocks de pétrole brut ont reculé selon les chiffres publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA).

L'enquête britannique pour corruption viserait un marché impliquant l'aéroport d'Alger, selon Ultra Electronics

     En mars 2018, la SGSIA a lancé un appel d’offres pour une solution informatique de gestion aéroportuaire et la société britannique, après soumission, a obtenu le marché.