Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Avril 2018

  •   Lynda Abbou
  • dimanche 15 avril 2018 15:32

Dounia Parc : l’Algérie à nouveau devant l’arbitrage international

 

Le projet Dounia Parc a bénéficié d’un traitement particulier de la part du gouvernement pour une levée de fonds de 100 milliards de dinars auprès des banques publiques, mais le chantier n’a jamais démarré.

 

Le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (Cirdi) basé à Washington, a reçu le dossier du litige algéro-émirati autour du projet Dounia Parc à Alger, annonce le Cirdi sur son site internet.

Le Groupe émirati  EIIC ( Emirates International Investment Company) et sa filiale algérienne Société des Parcs d’Alger   (SPA), ont saisi le Cirdi, jeudi 5 avril, contre la partie algérienne dans ce dossier, à savoir le ministère de la Justice et  l’ANDI. Le groupe EIIC émirati se plaint des mesures prises par l’ANDI qui constituent, selon lui, des entraves à son investissement en Algérie. En outre, il a chargé le Cabinet américain, King & Spalding International pour suivre cette affaire.

En 2008, EIIC chargée de la réalisation du projet, avait présenté avec l’appui du ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et du Tourisme, les contours techniques du projet qui devait doter la capitale d’un  grand parc urbain. Le projet devait être doté d’une enveloppe initiale de 5 milliards de dollars pour une superficie globale de 800 hectares. Le parc Dounia devait donc comprendre, des espaces de loisirs, 13 000 logements, 500 chambres d’hôtel et devait  créer  quelque 25 000 postes d’emploi.

Il faut noter que ce projet a bénéficié d’un traitement particulier de la part du gouvernement pour une levée de fonds de 100 milliards de dinars auprès des banques publiques, mais le chantier n’a jamais démarré.  Des scandales de corruption et de détournement de foncier entourent ce projet  depuis 2008, dont la distribution illicite de 65 hectares, une affaire révélée par l’ancien ministre du Tourisme, Abdelouahab Nouri.


Évaluer cet élément
(6 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Le groupe Sonatrach sollicité par l’Irak pour développer un champ pétrolier

  Il  a été question, également, lors de cette entrevue de la possibilité d’une participation de Sonelgaz et de Naftal à l’extension du réseau de transport de gaz en Irak.

Pétrole: Le prix du Brent monte à près de 75 dollars, à son plus haut niveau depuis 2014

  Les stocks de pétrole brut ont reculé selon les chiffres publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA).

L'enquête britannique pour corruption viserait un marché impliquant l'aéroport d'Alger, selon Ultra Electronics

     En mars 2018, la SGSIA a lancé un appel d’offres pour une solution informatique de gestion aéroportuaire et la société britannique, après soumission, a obtenu le marché.