Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

  •   Aboubaker Khaled
  • mardi 22 mai 2018 15:11

"Les banques algériennes ont une capacité limitée en matière de prise de risque" (expert)

 

Pour l’expert la mentalité figure parmi les obstacles face au changement dans le domaine bancaire.

 

Les banques algériennes ont une capacité limitée d’évaluation et de prise de risque ce qui explique, a assuré ce matin, l’expert international en finance, Raif Moktetar Karroubi, lors de son passage à l’émission « L’invité de la rédaction » de la radio Chaine 3.

M. Moktetar Karroubi estime que les critiques émises à l’égard du système bancaire algérien sont entièrement justifiées, signalant que là plupart des crédits qu’accordent les banques sont garantis, soit par le gouvernement directement ou indirectement.

L’expert financier a appuyé ses déclarations en citant l’exemple des crédits à courts termes octroyés par les banques algériennes. « Il leur arrive très souvent de prendre, en échange des crédits, une hypothèque qui couvre plusieurs fois le montant du crédit », et de confirmer que ce fonctionnement « est anormal et il a pour effet de limiter l’accès aux financements notamment pour les PME qui sont d’ailleurs un moteur de croissance ».

L’expert pense qu’il y a un ensemble d’éléments qu’il faut prendre en compte pour pouvoir changer les choses. « D’abord il y a les éléments institutionnels, des éléments liés à la justice, il y a des éléments qui sont liés à la formation et il y a des éléments qui sont liés à la mentalité, et ce dernier élément est le plus dangereux et le plus difficile à faire bouger en Algérie», explique-t-il.

L’invité de la Radio nationale souligne que si les banques veulent s’adapter aux normes internationales, « elles doivent commencer aujourd’hui par calculer le risque, évaluer le risque puis prendre les bons risques ».

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie: La décision de la BCT d’augmenter son taux directeur inquiète les patrons

  Le vrai remède réside, selon la CONECT, dans l’accélération de la mise en œuvre des réformes stratégiques.

Algérie: GICA prépare de nouvelles opérations d’exportation en 2018

  Le groupe Gica a procédé, en mai dernier, à l'exportation de 45.0000 tonnes de clinker, dans le cadre d'un contrat portant sur une quantité globale de 200.000 tonnes. 

Algérie: "La solution de la planche à billets a été appliquée de façon excessive" (Nour Meddahi)

  L’économiste signale que le FMI vient de publier un document où il est précisé que finalement le déficit de 2017 a été de 8,8% au lieu des 5,6 prévus.