Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 18 Juin 2018

  •   Nabil Mansouri
  • jeudi 7 juin 2018 11:49

Algérie: Les IDE ont baissé de 26% en 2017

 

La diversification de l’investissement direct étranger en Algérie, pour l’année 2017, a été fortement soutenue par les IDE asiatiques.

 

Les investissements directs étrangers (IDE) ont baissé de 26%, en Algérie en 2017 par rapport à 2016, avec un montant global de 1,2 milliard de dollars, l’année passée contre 1,63 milliard de dollars l’année d’avant, selon un rapport de la Conférence des Nations Unies pour le commerce et l’investissement (Cnuced).

Selon ce même rapport, la diversification de l’investissement direct étranger en Algérie, pour l’année 2017, a été soutenue par les IDE consentis par le groupe de télécoms chinois Huawei et le sud-coréen Samsung qui a ouvert sa première usine de montage de smartphones dans le pays.

Cependant, l’organisation onusienne, qui précise que les IDE en Algérie dépendent fortement de l’investissement dans le secteur pétro-gazier, estime qu’ils devraient rebondir à la faveur de la prochaine révision de la loi sur les hydrocarbures.

Une révision jugée, selon les dernières déclarations du PDG de Sonatrach Abdelmoumen Ould Kaddour, comme un dossier ‘’lourd’’ qu’il faut bien étudier. « Cette révision de la loi demande beaucoup de temps, d’attention et d’expertise. Il faut qu’on cherche des gens qui connaissent bien le domaine et il ne faut pas qu’on se trompe encore une fois », a-t-il affirmé à l’APS.

Ainsi, le premier responsable de la compagnie pétrolière publique est favorable à une révision de fond de la loi actuelle et compte ainsi bien agir pour éliminer toutes les contraintes réglementaires et les entraves fiscales qui étaient, en partie, à l’origine du manque d’investissements dans le secteur pétrolier au cours des années précédentes.

Pour atteindre cet objectif,  le PDG de Sonatrach a fait appel à quatre bureaux de consulting, spécialisés notamment dans les domaines des lois sur les hydrocarbures. Des discussions ont même été abordées avec les partenaires étrangers de Sonatrach afin de savoir exactement ce qu’ils attendent de cette révision.

Pour Ould Kaddour le dossier est si complexe qu’il est difficile de donner une échéance quant à la remise de la copie.  Mais il espère, par contre,  que « cela se fasse avant la fin de l’année 2018 », a-t-il indiqué.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les grands choix économiques du pays analysés par Nour Meddahi (Audio)

  Nour Meddahi, professeur d'économétrie et finances à la Toulouse School of Economics revient dans l’entretien accordé à Radio M sur les choix économiques faits par l’Algérie pour atténuer les effets de la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux, une baisse entamée dès l’été 2014.

Pétrole: Le Brent chute à 73 dollars

  L'Arabie saoudite et la Russie ont fait part de leur souhait d’augmenter leurs productions respectives.

L’Afrique, le Maghreb et les flux migratoires (contribution)

  Il s’agira de poser les véritables problèmes, concernant les flux migratoires venant d’Afrique,  pour  avoir de véritables solutions loin de la démagogie et de la surenchère car  le sujet  est  complexe, la responsabilité étant partagée  entre les dirigeants européens et africains.