Rapporter un commentaire

L'auteur de l'article dit des choses pertinentes: une usine automobile ne se conçoit pas à moins de 150 000 véhicules par an et sans envisager l'exportation. Élémentaire, n'est il pas?
Manman 1954 nous dit des choses réconfortantes: l'intégration c'est à dire le pourcentage des pièces fabriquées localement va en croissant, les usines ne sont pas condamnées au tournevis sûr de lui et dominateur car elles ne sont pas prévues pour du simple montage et de plus one two three viva ...euh pardon, je m'égare, elles sont à capitaux algériens pour moitié +1.
Et moi je dis: Rome ne s'est pas fait en un jour. Qu'est ce qui nous dit qu'une fois la première étape bien installée ( ouvriers qualifiés formés, sous traitants à pied d’œuvre ) dans quelques petites années l'État ne va pas demander aux constructeurs automobiles de passer à la vitesse supérieure? Quand on est tout nouveau sur un terrain mieux vaut avancer à pas comptés, n'est il pas ?
Moi j'attends de voir avant de crier haro.