Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 21 Juillet 2017

  •   Nejma Rondeleux
  • samedi 15 février 2014 17:44

Libye - Un deuxième hypermarché Monoprix a été inauguré à Tripoli

Les magasins libyens de Monoprix dépendent de sa filiale tunisienne.

Parmi les problèmes qui se posent à l’enseigne française en Libye, il y a les délais d’approvisionnement longs à cause du  transbordement obligatoire des marchandises à Malte et des lenteurs douanières. Il y a aussi le peu d’enthousiasme des Tripolitains : son premier magasin, ouvert en mars 2013, n’enregistre que 1.500 à 1.600 tickets/jour.

 

 

Le second magasin libyen du groupe de distribution alimentaire Monoprix, exploité par la filiale du groupe français en Tunisie, la Société Nouvelle Maison de la ville de Tunis Monoprix (SNMVT), a été inauguré jeudi 13 février à Tripoli.

L'espace commercial, baptisé « Monoprix Hadhba », est conçu conformément aux standards internationaux adoptés par les magasins portant l'enseigne Monoprix France, a déclaré Houda Bedir, cadre au sein de la société, indiquant qu'il offre une « gamme raffinée de produits diversifiés » (textile, produits cosmétiques, agroalimentaires...). Il dispose d’une superficie  de 1. 900 m2, de dix-sept caisses pour une affluence attendue entre 3.000 et 4.000 tickets journaliers.

Autres nouveautés de ce second Monoprix-Tripoli, quasiment deux fois plus grand que le premier ouvert en mars 2013: un espace textile, des échantillons de produits cosmétiques proposés en libre-service et, surtout, la présence de produits MDD (marque de distributeur), un concept inédit jusque-là en Libye. « Avec les dimensions du nouveau Monoprix et l'apparition des MDD, l'enseigne veut instaurer ce qui est le véritable modèle économique de la grande distribution reposant sur le gain immédiat, - le client règle comptant à la caisse -, et les paiements différés des traites aux fournisseurs - qui peut s'échelonner de 75 à 180 jours », analyse l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique.

 

Défis

 

Mais les défis pour atteindre une véritable rentabilité restent nombreux. En premier lieu, le transport des marchandises. « Par bateau, il faut compter un mois pour leur acheminement depuis Marseille jusqu’à Tripoli du fait du transbordement obligatoire à Malte et de la mise en règle à la douane libyenne qui peine à être efficiente », relève l’agence Ecofin. L’enseigne doit aussi réussir à attirer les consommateurs libyens qui tardent à venir dans le premier magasin (une moyenne de 1.500 à 1.600 tickets par jour).

Les investissements directs étrangers (IDE) tardent à arriver en Libye qui n’a enregistré aucun flux net en 2012, selon une étude de la plate-forme Anima intitulée « Les pays émergents investissent la Méditerranée ». Ce pays reste néanmoins dans la ligne de mire des investisseurs. « Les annonces d’accords de franchise se multiplient, atteignant 26 annonces de partenariats en 2012 contre 18 pour 2010 », indique l’étude.

« Les pays du Golfe et les pays voisins méditerranéens (Egypte et Tunisie) marquent déjà leur présence dans le BTP, les services (banque, distribution) et l’industrie (automobile), à l’inverse des  investisseurs européens et nord-américains qui restent encore frileux, avec des projets presque exclusivement concentrés sur l’exploration et la production pétrolières », relève encore l’étude d’Anima.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Facebook, lanceur d'alerte ou tribunal populaire? (les éclairages d'Akram Kharief)

Vidéos

Société Générale Algérie a réalisé un résultat net de 5,6 milliards DA en 2016

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Coûts de l'Interconnexion : Djezzy réclame une "symétrie tarifaire juste" (vidéo)

Les coûts actuels de l’interconnexion des réseaux mobiles "ne sont pas justes pour Djezzy", selon le DG de l’opérateur, Matthieu Galvani. N’étant plus en situation de "position de dominante", Djezzy paye toujours plus les appels de ses abonnés vers les deux autres opérateurs.

Tunisie-Chahed s’explique sur l’opération "mains propres" : "Nous devons protéger notre démocratie naissante"

Depuis le lancement de la compagne de lutte anti-corruption en septembre 2016 jusqu'au mois de juin 2017, il a été procédé à la saisie de marchandises de contrebande pour une valeur de près de mille millions de dinars.

Tourisme- Près d’un million de Marocains de l’étrangers ont rejoint le pays pour les vacances d’été

En 2016, plus de 2,6 millions Marocains Résidant à l’Etranger (MRE) avaient choisi de passer leurs vacances au Maroc.