Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 24 Février 2017

  •   Maghreb Emergent
  • jeudi 3 avril 2014 14:38

La perspective de levée du blocage des terminaux pétroliers libyens fait reculer les cours du pétrole

Manifestation contre le blocage des terminaux pétroliers libyens, le 13 décembre 2013 (ph.: Mahmud Turkia publiée par RTBE.be)

Des négociations pourraient être ouvertes bientôt entre Tripoli les milices qui bloquent ces ports depuis juillet 2013. Si elles sont couronnées de succès, les exportations libyennes seront dopées d’environ 600.000 barils par jour.

 

                                         

Le prix du Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a reculé jeudi de 23 cents par rapport à la clôture mercredi sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres et le baril de Light Sweet Crude (WTI) pour la même échéance perdait 41 cents sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). Ils valaient, respectivement, 104,56 et 99,21 dollars.

Ce léger frémissement est dû, selon les analystes pétroliers cités par la presse mondiale, à la perspective d’une augmentation à court terme de l’offre en provenance de Libye.

Mardi soir, le chef des groupes armés qui contrôlent depuis plusieurs mois les principaux ports de l'Est de la Libye, Ibrahim Jodhrane, a annoncé avoir accepté des négociations avec le gouvernement central en vue d'un accord mettant fin au blocage des terminaux pétroliers.

Ibrahim Jodhrane a justifié sa disposition à conclure cet accord par son souci de répondre aux aspirations des Libyens et de couper court à toutes les manœuvres visant à une intervention militaire régionale ou internationale en Libye, selon l’Agence Panapress.

Un accord pourrait être trouvé dans les prochains deux à trois jours, ce qui doperait les exportations libyennes d’environ 600.000 barils par jour, soit le quadruple de son volume actuel, selon Gary Hornby, expert du cabinet Inenco, cité par l’AFP.

Des groupes armés occupent depuis juillet 2013 trois principaux ports dans l'Est de la Libye, réclamant l'instauration du système fédéral et la part de leur région dans les revenus pétroliers de l’Etat libyen.

L’occupation des terminaux pétroliers a occasionné une grande baisse de la production libyenne passée de 1,5 millions de barils/jour à environ 400.000 baril/jour seulement.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Vidéos

Avec la BDL et la BADR nous développerons la bancassurance en Algérie" (DG d'Amana)

Vidéos

CPP : Alger, sous stress étudiant, a-t-elle déjà voté Macron ?

A ne pas manquer

Prev Next

Maghreb: L'Algérie et le Maroc, plus gros importateurs d'armes en Afrique, Etats-Unis premier fournisseur mondial

L'Algérie et le Maroc sont respectivement premier et second plus gros importateurs d'armes en Afrique, alors que l'Arabie Saoudite est leader mondial dans les achats d'armements, selon le dernier rapport de l'Institut national pour la paix de Stokholm (Sipri). Fait emblématique: les pays d'Amérique Latine achètent de moins en moins d'armements, tandis que les Etats-Unis, la France et la Russie...

Ooredoo Algérie clôture l’année 2016 avec des indicateurs positifs, mise sur la 4G en 2017

Pour l’année 2017, Ooredoo Algérie se fixe l’objectif de renforcer ses investissements en Algérie « afin d’augmenter rapidement la pénétration de la technologie 4G ».

Le CPP sort du piège Bengana par « la bronchite aigue » et les achats d’armes Algérie-Maroc (audio-vidéo)

L’actualité de la semaine politique a été plus fournie que d’habitude. Plus clivante aussi. Résultat un café presse politique tout feu tout flamme.