Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 27 Mars 2017

  •   Maghreb Emergent
  • jeudi 3 avril 2014 14:38

La perspective de levée du blocage des terminaux pétroliers libyens fait reculer les cours du pétrole

Manifestation contre le blocage des terminaux pétroliers libyens, le 13 décembre 2013 (ph.: Mahmud Turkia publiée par RTBE.be)

Des négociations pourraient être ouvertes bientôt entre Tripoli les milices qui bloquent ces ports depuis juillet 2013. Si elles sont couronnées de succès, les exportations libyennes seront dopées d’environ 600.000 barils par jour.

 

                                         

Le prix du Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a reculé jeudi de 23 cents par rapport à la clôture mercredi sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres et le baril de Light Sweet Crude (WTI) pour la même échéance perdait 41 cents sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). Ils valaient, respectivement, 104,56 et 99,21 dollars.

Ce léger frémissement est dû, selon les analystes pétroliers cités par la presse mondiale, à la perspective d’une augmentation à court terme de l’offre en provenance de Libye.

Mardi soir, le chef des groupes armés qui contrôlent depuis plusieurs mois les principaux ports de l'Est de la Libye, Ibrahim Jodhrane, a annoncé avoir accepté des négociations avec le gouvernement central en vue d'un accord mettant fin au blocage des terminaux pétroliers.

Ibrahim Jodhrane a justifié sa disposition à conclure cet accord par son souci de répondre aux aspirations des Libyens et de couper court à toutes les manœuvres visant à une intervention militaire régionale ou internationale en Libye, selon l’Agence Panapress.

Un accord pourrait être trouvé dans les prochains deux à trois jours, ce qui doperait les exportations libyennes d’environ 600.000 barils par jour, soit le quadruple de son volume actuel, selon Gary Hornby, expert du cabinet Inenco, cité par l’AFP.

Des groupes armés occupent depuis juillet 2013 trois principaux ports dans l'Est de la Libye, réclamant l'instauration du système fédéral et la part de leur région dans les revenus pétroliers de l’Etat libyen.

L’occupation des terminaux pétroliers a occasionné une grande baisse de la production libyenne passée de 1,5 millions de barils/jour à environ 400.000 baril/jour seulement.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie occupe une flatteuse 38e place dans un classement onusien jugé sérieux sur le bonheur dans le monde. Comment expliquez-vous un tel rang :

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Mahieddine Tahkout, le punching ball de l’échec industriel algérien (Opinion)

  La controverse autour de l'usine Tahkout a révélé l’indigence du projet industriel du gouvernement de M. Abdelmalek Sellal, mis en musique par Abdesslam Bouchouareb.

Controverse en Tunisie sur une possible émission de Sukuk sur le Nasdaq Dubaï

    Un accord entre la Bourse de Tunis et le Nasdaq Dubaï ouvre la voie au recours par l'Etat tunisien à l'émission de Sukuk islamiques sur la bourse de Dubaï. Une option devenue possible depuis 2013 mais qui suscite toujours des controverses en Tunisie

Oxfam dénonce l'utilisation abusive des paradis fiscaux par les 20 plus grandes banques européennes

Un quart des bénéfices des 20 plus grandes banques européennes a été déclaré dans des pays qui peuvent être considérés comme des paradis fiscaux, dénonce lundi un rapport d'Oxfam, pour qui cette proportion est démesurée au regard de l'activité générée dans ces pays.