Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Août 2017

  •   Selma Kasmi
  • lundi 8 décembre 2014 14:45

Libye - Les firmes pétrolières préoccupées par l’insécurité, la NOC rassure

Manifestation contre le blocage des terminaux pétroliers libyens, le 13 décembre 2013 (ph.: Mahmud Turkia publié par RTBE.be).

Pour le président du bureau américain chargé des études des risques North Africa Risks Consulting NARCO, « les activités en direction de la Libye sont mortes, on ne peut lancer aucun investissement si on n’est pas sûr de préserver sa logistique et de rentabiliser son investissement ».

 

 

Presque aucune intervention lors du Sommet nord-africain sur le pétrole et le gaz, qui se déroulent depuis hier au Sheraton d’Alger, n’a pu éviter la question préoccupante de la sécurité en Libye. « La production annuelle de pétrole est estimée à 800.000 baril/j après qu’elle a été de 1,6 million b/j avant la révolution de 2011 », rappelle à Maghreb Emergent M. Al Madjiri Al Senoussi, coordinateur des projets d’investissements au sein de l’entreprise pétrolière nationale libyenne National Oil Corporation ( NOC). Il précise que la « Libye est passé par une catastrophe en terme de production » aux mois d’aout et de septembre derniers : « En raison de la suspension des activités du champ de Cherrara, la production libyenne est descendue jusqu’à 250.000b/j. » Pour rappel, le champ de Cherrara a été fermé en septembre suite à une attaque terroriste.

La Libye a lancé un investissement dans l’offshore, au large de Tripoli, pour un montant de 9 milliards de dollars. « Ces projets gigantesques, lancés cette année avec l’italien ENI, produiront 700 milliards de pieds cubes de gaz/J, soit l’équivalent de 35 millions de m3/j », nous informe M. Al Madjiri qui ajoute : « La demande intérieure libyenne en matière de gaz naturelle sera de l’ordre de 3,5 millions de m3/j d’ici 2019. « La production des chantiers de l’offshore sera destinée à la consommation intérieure. On sera obligé d’aller vers d’autres explorations, notamment dans le gaz de schiste pour couvrir les futures demandes énergétiques, et maintenir l’exportation. »

Concernant l’exploitation du gaz de schiste, les différents intervenants libyens ont lancé des appels à la coordination à l’endroit des responsables de Sonatrach, compte tenu de l’uniformité des roches et des spécificités géologiques, qui impliqueraient l’utilisation de la même technologie.

 

La Noc se veut rassurante

 

Les représentants de NOC, lors de ce sommet nord-africain, se sont voulus rassurants. « Les bases pétrolières sont sécurisées, le nord-ouest libyen est également sécurisé. Il y a uniquement quelques foyers de tension où des groupes connus sont en conflit », nous explique M. Fitouri, haut responsable de la compagnie nationale libyenne. 

Pourtant, le président du bureau américain chargé des études des risques North Africa Risks Consulting NARCO, M. Geoff D. Porter, confirme à Maghreb Emergent, que la situation est chaotique et que les investisseurs qui intéressés par l’Afrique du Nord ne sont pas chauds pour aller en Libye : « Les activités en direction de la Libye sont mortes, on ne peut lancer aucun investissement si on n’est pas sûr de préserver sa logistique et de rentabiliser son investissement. Tout est à l’arrêt pour ce qui est des investissements américains en Libye. ». Le même point de vue est celui d’un chef de département de l’entreprise d’exploration et de production en hydrocarbures (OMV), chargé de la région nord-africaine. M, Hans Peter Schmid indique ainsi que son bureau situé à Vienne s’est retrouvé dans l’obligation de rapatrier l’ensemble des ressortissants autrichiens travaillant en Libye : « Toutes les activités sont suspendues pour ce pays, et on ne prévoit rien du tout avant le recouvrement de la paix. » Ce pessimisme n’est pas partagé par le coordinateur des investissements de la NOC, qui explique que la production libyenne en matière d’hydrocarbures se poursuit « car les 90% des travailleurs sont des locaux, et que les 10% restant sont bien présents et à l’œuvre en Libye, et jouissent de l’entière protection des services de sécurité libyens ».

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vous êtes d’accord avec ces dépenses à cause d’un pic de consommation de quelques jours par an car l’électricité est un droit constant ? - 26.7%
Vous pensez que cela est trop couteux pour le pays et qu’il vaut mieux se discipliner et arrêter la course financière derrière le PMA ? - 35.6%
Vous pensez que la croissance du PMA va se ralentir si les couts des investissements sont plus supportés par les usagers dans l’avenir ? - 28.7%

Total votes: 565

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - De retour aux affaires, Ahmed Ouyahia va être confronté à la question de l’endettement extérieur

   Le recours à l’endettement extérieur a été réprouvé dans le passé par Ahmed Ouyahia au nom du respect du choix présidentiel. Depuis les choses ont évolué à l’image de son «ami » Ali Haddad qui défend ouvertement cette option. Le Premier ministre va-t-il se mettre à jour?

Attentats de Barcelone: La police confirme avoir tué le dernier suspect

La police autonome de Catalogne a confirmé lundi avoir tué Younès Abouyaaqoub, dernier membre encore en fuite de la cellule djihadiste responsable des attentats de la semaine dernière en Catalogne.

Algérie: Net recul du déficit commercial sur les sept premiers mois de 2017

  Le déficit commercial de l'Algérie a reculé à 6,17 milliards de dollars sur les sept (7) premiers mois de 2017 contre un déficit de 10,61 milliards de dollars sur la même période de 2016, soit une baisse de 4,44 milliards de dollars correspondant à une chute du déficit de 42%, a appris l'APS auprès des Douanes.