Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Janvier 2017

  •   Hani Ghoualmi
  • vendredi 15 avril 2016 15:56

Grâce aux relations avec l’U.E, l’IHS classe la Tunisie et le Maroc parmi les économies les plus prometteuses

« En Afrique du Nord, la Tunisie et le Maroc seront les points chauds de la croissance et de l’investissement» entre 2016 et 2025. C’est ce que prévoit une firme américaine d’étude économique ‘IHS’, en se basant sur les échanges commerciaux, et les accords économiques liant les deux pays à l’Union Européenne (UE).


L’étude en question établie une liste de seize (16) pays, dit « économies d’avenir », répartis sur quatre régions du monde. Concernant l’Afrique du Nord, la firme américaine spécialisée dans les études économiques ‘IHS’, soutient que «la Tunisie et le Maroc seront les points chauds de la croissance et de l’investissement» avec une croissance estimée à hauteur de 4,2% par an pour la Tunisie, et 3,7% pour le Maroc au cours de la décennie 2016-2025.

Lors d’une conférence internationale sur « les risques économiques » (tenue ce 13 Avril à Vienne en Autriche), l’américain IHS a classé les deux pays parmi les marchés les plus lucratifs et les moins risqués pour un investisseur international. Ses prévisions se basent essentiellement -voir exclusivement- sur les « fortes relations économiques et les échanges commerciaux » liants le Maroc et la Tunisie au marché européen.

Pour IHS, le partenaire européen constitue le garant de la croissance économique pour ces deux pays maghrébins. La firme soutient que les perspectives de mise en place de zone de libre-échanges approfondies entre les deux rives (en cours de négociation) mèneraient à la stimulation du commerce et des investissements européens en Tunisie et au Maroc. Par ailleurs, la même étude soutient que le l’Union Européenne a intérêt à bâtir des économies fortes afin d’améliorer la situation géopolitique de cette sous-région.


Évaluer cet élément
(6 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie entre dans sa 4e année de déficit budgétaire et extérieur. Que redoutez vous en 2017 ?

Vidéos

Algérie:"Il faut une stratégie globale pour développer le contenu en ligne"-Younes Grar

Vidéos

Les projections du gouvernement algérien sur la réduction des déficits sont irréalistes - Ferhat Aït

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc - Bilan économique de l’année 2016 (document OGB)

Bien que le Maroc ait enregistré une croissance économique plus faible que prévu en 2016, les mesures incitatives récemment mises en place afin d’encourager les investissements, les réformes financières, les efforts visant à améliorer les infrastructures et l’attention accrue accordée aux énergies renouvelables devraient donner un coup de fouet au développement économique du royaume.

Algérie - Les 20 prochaines années, une ère de véritable développement pour l’énergie durable (Bouterfa)

L’Algérie est résolue à faire des 20 prochaines années une ère de véritable développement pour l’énergie durable, a affirmé le ministre de l’Energie, Noureddine Boutarfa.

Le Blog-Eco : Davos ou le mythe de la machine capitaliste qui se corrige d’elle-même

  A Davos, on peut parler des inégalités mais pour les solutions hors de question de remettre en cause le système. . C’est le capitalisme qui est le seul capable de répondre aux défis posés par les excès du… capitalisme.