Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 18 Octobre 2017

  •   Hani Ghoualmi
  • vendredi 15 avril 2016 15:56

Grâce aux relations avec l’U.E, l’IHS classe la Tunisie et le Maroc parmi les économies les plus prometteuses

« En Afrique du Nord, la Tunisie et le Maroc seront les points chauds de la croissance et de l’investissement» entre 2016 et 2025. C’est ce que prévoit une firme américaine d’étude économique ‘IHS’, en se basant sur les échanges commerciaux, et les accords économiques liant les deux pays à l’Union Européenne (UE).


L’étude en question établie une liste de seize (16) pays, dit « économies d’avenir », répartis sur quatre régions du monde. Concernant l’Afrique du Nord, la firme américaine spécialisée dans les études économiques ‘IHS’, soutient que «la Tunisie et le Maroc seront les points chauds de la croissance et de l’investissement» avec une croissance estimée à hauteur de 4,2% par an pour la Tunisie, et 3,7% pour le Maroc au cours de la décennie 2016-2025.

Lors d’une conférence internationale sur « les risques économiques » (tenue ce 13 Avril à Vienne en Autriche), l’américain IHS a classé les deux pays parmi les marchés les plus lucratifs et les moins risqués pour un investisseur international. Ses prévisions se basent essentiellement -voir exclusivement- sur les « fortes relations économiques et les échanges commerciaux » liants le Maroc et la Tunisie au marché européen.

Pour IHS, le partenaire européen constitue le garant de la croissance économique pour ces deux pays maghrébins. La firme soutient que les perspectives de mise en place de zone de libre-échanges approfondies entre les deux rives (en cours de négociation) mèneraient à la stimulation du commerce et des investissements européens en Tunisie et au Maroc. Par ailleurs, la même étude soutient que le l’Union Européenne a intérêt à bâtir des économies fortes afin d’améliorer la situation géopolitique de cette sous-région.


Évaluer cet élément
(6 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: 12 millions de tonnes de produits sidérurgiques par an à l'horizon 2020

L'industrie nationale de la sidérurgie est dominée par quatre  principaux producteurs. Il s’agit des groupes public Imetal , le groupe turc Tosyali  ainsi que deux entreprises privées algériennes Lamino Attia  et SPA Maghreb tubes.

Le FMI récolte 450 milliards de dollars pour maintenir sa capacité de prêt

Les emprunts bilatéraux constituent la troisième ligne de défense importante du FMI après les quotes-parts et les nouveaux accords d’emprunt.

Algérie : Le ralentissement du marché de l’automobile relance l’industrie des deux roues

Le constructeur public de cycles et motocycles CYCMA Guelma compte de, son côté, saisir cette opportunité pour revenir sur le marché algérien après une période d’arrêt.