Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 25 Mars 2017

  •   Xinhua
  • vendredi 29 avril 2016 12:42

Mauritanie - La ruée vers l'or amènent les autorités à réglementer l'orpaillage


La ruée de milliers d'orpailleurs vers le nord de Nouakchott a poussé les autorités mauritaniennes à adopter une réglementation de cette activité qui n'était pas prise en compte par le code minier en vigueur dans le pays.


Désormais, les orpailleurs devront être munis de licences qui ont commencé à être délivrées par l'administration depuis lundi, selon Ahmed Ould Taleb Mohamed, directeur général des mines de Mauritanie.
"L'Etat a décidé d'agir face à la ruée des citoyens vers cette activité pour en limiter les risques et pour protéger les domaines accordés par licences, à des sociétés étrangères", a-t-il précisé.
Depuis plus d'un mois, des millier de jeunes Mauritaniens ont pris d'assaut des zones déjà attribuées par l'Etat mauritanien à ces compagnies étrangères (Kinross Tasiast et First quantum) qui exploitent des mines à ciel ouvert à plus de 250 km au nord de Nouakchott dans l'étendue désertique du "Tijiritt".
La production annuelle de la Mauritanie se situe aujourd'hui aux environs de 245.856,76 onces d'or, compte qui n'inclut pas l'orpaillage artisanal qui a récemment commencé en toute clandestinité.
Selon la nouvelle réglementation, pour avoir une licence, il faut être citoyen mauritanien, avoir un détecteur de mine dédouané auprès des services douaniers mauritaniens et payer une taxe de 100.000 ouguiyas (environ 280 dollars).
La licence est valable pour quatre mois, et celui qui en bénéficie est invité à "s'engager à revendre son produit aux structures étatiques désignées à cet effet pour éviter les sanctions prévues", a indiqué le directeur des mines.
Les orpailleurs clandestins (sans licence) ont été chassés depuis lundi par les forces de sécurité, lesquelles les ont invités à aller se mettre en règle pour ne plus être inquiétés.
D'après la direction des mines, une zone de près de 1.800 km², située non loin de celle de la compagnie canadienne Kinross, sera délimitée pour que les orpailleurs puissent y pratiquer leur activité.
Depuis que cette ruée vers l'or a été constatée, les prix des détecteurs de métaux sont montés en flèche, passant de 300 à 1.400 dollars. Pour partir à la quête du métal précieux, on a recours au financement participatif. Cinq ou six personnes réunissent la somme de 2.000 dollars pour assurer un "départ vers l'or". Certains ont vendu leurs voitures, leurs maisons et même leurs commerces pour y parvenir.
Ils sont déjà près de 10.000 personnes à être inscrites sur les listes de demandeurs de licence d'orpaillage.
Avec une licence, l'orpailleur n'est plus cet aventurier qui, avant la réglementation, était soumis aux poursuites des patrouilles de l'armée.
La conviction des Mauritaniens de trouver facilement de l'or dans le désert ne cesse de se renforcer depuis que des jeunes internautes ont commencé à diffuser sur les réseaux sociaux des images montrant l'or "récolté" et la richesse instantanée qui en découle.
Selon les spécialistes, les autorités mauritaniennes devraient traiter "méticuleusement ce dossier pour éviter tout dérapages liés à une éventuelle prolifération de bandes de brigand de l'or". Elles doivent également "tout faire pour que l'argent de l'or ne puisse profiter aux réseaux terroristes existant dans la sous-région".

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • C'est une honte car cette fameuse zone donnée aux mauritanien n'est qu'un os à ronger. Pendant que les firmes étrangères pillent les sols mauritaniens, on a laissé un petit périmètre vide de toutes pépites d'or pour que le peuple ne viennent plus aux alentours de la mine de KINROSS.
    La vente de détecteur d'or explose en Mauritanie mais à quoi bon puisque les meilleurs zones sont interdites de détection.

    Rapporter Detecteur dor lundi 2 mai 2016 17:00
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Est ce que vous comptez recourir rapidement à internet pour payer des factures ? - 30.8%
Est ce que vous préférez attendre de vous assurer de la sécurité des transactions avant de commencer ? - 37.4%
Vous ne vous sentez pas concerné car vous n’avez pas de carte CIB ou son équivalent des chèques postaux ? - 25.2%

Total votes: 575

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie : Grève générale dans le secteur de la santé publique le 05 avril prochain

La Tunisie se trouve entre les pressions du FMI et la résistance du syndicat UGTT qui montre des signes de colère. Dans le secteur de la santé, la grève générale est pour le 5 avril, rapporte TAP. Un avertissement au gouvernement qui s'apprête à présenter une "loi d'urgence économique" au parlement?

Maroc: El Othmani face à des arbitrages difficiles pour former son gouvernement

                                          Le chef de gouvernement marocain Saad Eddine El Othmani, issu du parti Justice et développement (PJD), est actuellement en train de négocier avec les cadres de son parti les potentiels ''ministrables'' au cours d'une réunion à Salé, près de Rabat.

Algérie : Cnan-Nord et Cnan-Med vont créer des joint-ventures avec des compagnies maritimes étrangères

    Les compagnies de transport maritime des marchandises Cnan-Nord et Cnan-Med, filiales du Groupe public de transport maritime (Gatma), prévoient de créer des joint-ventures avec des compagnies maritimes étrangères en vue d'optimiser l'exploitation des navires, a indiqué un responsable du ministère des Travaux Publics et des transports, dans un entretien accordé à l'APS.