Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Mai 2018

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • jeudi 22 mars 2018 13:42

La SFI entend investir 373 millions de dollars dans des projets d’infrastructures au Maghreb (médias)

Photo publiée sur www.alamyimages.fr.

Ces investissements de la Société financière internationale seront effectués principalement au Maroc et en Tunisie, indique l’agence Bloomberg qui a rapporté l’information.

 

 

La Société financière internationale (SFI), une des branches du groupe de la Banque mondiale, entend investir 373 millions de dollars dans des projets d’infrastructures au Maghreb. C’est ce qu’a rapporté hier l’agence de presse Bloomberg citant le vice-président de la SFI pour le Moyen-Orient et l’Afrique, Sérgio Pimenta. Les investissements envisagés seront opérés principalement au Maroc et en Tunisie.

La SFI, pour rappel, est une institution spécialisée du groupe de la Banque mondiale, dont la mission est de favoriser les investissements privés dans les pays en développement.

LA SFI, a également indiqué Sérgio Pimenta, est en train d’aider les gouvernements tunisien et marocain à former des partenariats public-privés afin de financer les projets d’infrastructures.

Selon Sérgio Pimenta, bien que les perspectives de l’économie marocaine soient plus favorables que celles de l’économie tunisienne, pas plus que la Tunisie, le Maroc ne peut se proposer de financer des infrastructures lourdes. Tout en admettant qu’il a amorcé un « mouvement vers plus de flexibilité », il a estimé qu’il avait besoin de mettre en œuvre des mesures additionnelles afin de booster la croissance économique,

Concernant l’investissement en Tunisie, le vice-président ce la SFI pour le Moyen-Orient et l’Afrique, a déclaré : « S’il y a un domaine sur lequel j’encouragerais la Tunisie à se focaliser, c’est bien la simplification des processus des affaires, notamment pour les start-up qui pourraient aider à créer des emplois et à apporter de l’innovation au pays. ».

La SFI, a indiqué Sérgio Pimenta, examine la possibilité de financements à long terme destinés à aider les entreprises tunisiennes liées au secteur du tourisme à restructurer leurs dettes.

 

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Pétrole: L'Opep surveille de près la production vénézuélienne

  Les stocks des pays de l’OCDE ont chuté en mars pour n'être plus que neuf millions de barils au-dessus de leur moyenne quinquennale.

"La relation Etat-entreprises est un vrai problème en Algérie"-Slim Othmani-(Audio)

    « Je suis administrateur d’une entreprise privée dont je suis actionnaire. Cette entreprise passe son temps à se battre contre la discrimination entre le public et le privé que pratique l’Etat ».

Monétiser la data, la nouvelle priorité du moment, selon Hadj Khelil

  « Actuellement, il n’y pas une activité humaine qui ne génère pas de la donnée et la donnée à une valeur monétique. Notre travail est de fabriquer de la valeur à partir de cette donnée », a déclaré Hadj Khelil, fondateur de la Startup Big-Mama en France, lors de son passage dans  l’émission « L’invité du direct » sur Radio M. La question à...