Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

  •   Boualem Alami
  • dimanche 22 mai 2016 14:09

Maroc - La Samir pourrait subir un redressement judicaire au lieu d’une liquidation pure et simple

La Samir : une dette totale cumulée de 40 milliards de dirhams (soit quelque 4 milliards d'euros).

Le revirement de la situation est peut-être dû à une injonction du roi Mohamed 6 de remettre sur rail l’unique raffinerie marocaine, qui doit beaucoup d’argent à la BCP et à Attijariwafabank, banques que le monarque, affirme-t-on, contrôle via les filiales bancaires de son groupe, l’Omnium nord-africain (ONA). En effet, une liquidation judiciaire n’induit pas forcément que tous les créanciers seront payés et en intégralité.

 

Mercredi 18 mai, au tribunal de commerce de Casablanca, un véritable coup de théâtre s’est produit. Le Procureur du Roi, Mohamed Arsalan, a fait un étonnant réquisitoire qui demande tout simplement un redressement judiciaire de la Société marocaine de l’industrie du raffinage (Samir), alors que tous les protagonistes de cette affaire s’attendaient à une confirmation de la liquidation judiciaire. Dans son réquisitoire, le procureur a estimé que cette société, détenue à 67,3% par le magnant saoudien Mohamed Al Amoudi, ‘’a été paralysée à cause de l’avis à tiers détenteur (ATD) engagé par la Douane auprès des banques et des fournisseurs’’. Il a ajoute : ‘’L’arrêt forcé de la production (en août 2015, NDLR) a été engendré par la saisie des comptes de Samir pour recouvrer une créance publique..’’. Et, argument massue du ministère public : ‘’’La compagnie a toujours payé régulièrement ses dettes aux banques’’, même si ces mêmes banques, en réalité, avaient été obligées de forcer le recouvrement de leurs créances par un ATD et qu’elles sont plutôt favorables à l’option de la liquidation de la Samir.

Que s’est-il passé entre mars dernier et le 18 mai 2016 pour que le dossier de la Samir change de cap ?

 

Les promesses d’Al Amoudi

 

Il y a d’abord cette lettre d’Al Amoudi lue par son avocat Abdelkbir Tabih à l’audience du 11 mai dernier dans laquelle le président et principal actionnaire de la Samir avait promis d’injecter 670 millions de dollars (6,4 mds de DH) de fonds propres pour éviter la liquidation judiciaire et renflouer en cash la société, en proie à de graves difficultés financières, avec une dette énorme de plus de 40 milliards de DH, soit plus de 2,5 milliard d’euros. Al Amoudi a bâti sa défense sur trois points : la Samir ‘’est viable, elle a continué à payer ses dettes, et ni ses créanciers ni le procureur n’auraient jamais demandé sa liquidation’’.

Au sein des travailleurs et du syndicat de la Samir, l’option est nettement pour une reprise des activités de la société, et donc pour un redressement judiciaire, car il ‘’a l’avantage de couvrir les créanciers vis-à-vis de leurs assureurs’’ et que ‘’la liquidation judiciaire n’induit pas forcément que tous les fournisseurs seront payés et en intégralité’’, relève un juriste cité par L’Economiste.

 

La main du Roi ?

 

Il n'est pas exclu que ce revirement de la situation soit dû à une injonction du roi Mohamed 6 de remettre sur rail la Samir : cette société, en effet, doit beaucoup d’argent à la BCP et à Attijariwafabank, banques que le monarque contrôle via les filiales bancaires de son groupe, l’Omnium nord-africain (ONA).

Le verdict de cette affaire, prévu le 1er juin prochain, devrait conforter la nouvelle orientation du dossier, c'est-à-dire un redressement judiciaire, avec à la clé une promesse d’injection dans les comptes de la société de quelque 6,4 Mds de dirhams.

La Samir avait suspendu ses activités en août 2015, au plus fort de ses difficultés financières. Elle a une dette bancaire et obligataire de plus de 10 milliards de dirhams, outre des impayés aux douanes estimés à 13 milliards de dirhams. A cela s'ajoutent près de 10 milliards de dirhams vis-à-vis des fournisseurs. Les dettes cumulées de la Samir s'élèvent à 40 milliards de dirhams. Sa cotation à la bourse de Casablanca est suspendue depuis mai 2015.

 

Une ‘’mauvaise privatisation’’

 

La Samir est née en 1999, après une opération de privatisation. C’est en 1997 que le groupe Corral Petroleum Holdings, de Mohamed Al Amoudi, avait remporté l’appel d’offres international pour le monopole du raffinage au Maroc. Pour 74,5 % de la Samir et 81,3 % de la Société chérifienne des pétroles (SCP), Corral a mis sur la table, en deux ans, l’équivalent de plus de 380 millions d’euros. Puis, lors de la fusion des deux structures, en 1999, le nouvel actionnaire de référence, Al Amoudi, s’est engagé pour un business plan de 4,6 milliards de dirhams. Ce programme d’investissement ne sera jamais appliqué totalement. 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie: La décision de la BCT d’augmenter son taux directeur inquiète les patrons

  Le vrai remède réside, selon la CONECT, dans l’accélération de la mise en œuvre des réformes stratégiques.

Algérie: GICA prépare de nouvelles opérations d’exportation en 2018

  Le groupe Gica a procédé, en mai dernier, à l'exportation de 45.0000 tonnes de clinker, dans le cadre d'un contrat portant sur une quantité globale de 200.000 tonnes. 

Algérie: "La solution de la planche à billets a été appliquée de façon excessive" (Nour Meddahi)

  L’économiste signale que le FMI vient de publier un document où il est précisé que finalement le déficit de 2017 a été de 8,8% au lieu des 5,6 prévus.