Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

  •   Boualem Alami
  • mercredi 8 juin 2016 11:58

Maroc: Les annonceurs marocains se mettent à la publicité en ligne

La publicité en ligne est devenue un créneau porteur et les annonceurs marocains commencent investir dans la filière. Les secteurs télécoms, l’automobile, l’hygiène et beauté, l’agroalimentaire et la filière banque-assurance représentent 70% de la dépense en publicité digitale.
 
 
La croissance du digital comme support de publicité au Maroc commence à tracer ses territoires dans le marché publicitaire et au sein des professionnels. Pour le moment, ce marché ne représente que 7% du total des investissements publicitaires au Maroc, mais la tendance est là, et prometteuse. En 2015, la publicité digitale a représenté entre 400 et 450 millions de dirhams sur les 6,4 milliards investis en tout. ''La tendance du digital est indéniablement à la hausse. Les intentions de dépenses pour le digital sont bonnes'', souligne Mounir Jazouli, président du Groupement des annonceurs du Maroc (GAM). Le GAM compte plus de 70 annonceurs. Le marché étant nouveau mais surtout porteur, les grands annonceurs commencent à se mettre à la publicité digitale en recrutant les profils appropriés. L'étude ''Digital Trends Morocco 2016'', commandée par le GAM, 39% des annonceurs interrogés pensent recruter en 2016 des personnes pour leur activité digitale et 59% d’entre elles sont des PME. Outre les secteurs automobile, bancaire ou du tourisme d'autres filières investissent dans la publicité en ligne. ''Aujourd’hui, le champ s’élargit. L’associatif et l’administration se mettent à la publicité en ligne'', relève Mounir Jazouli, cité par LavieEco, qui ajoute que ''les marques ont perdu le contrôle de leur image à cause du digital. 
 
Les publicitaires s'organisent
Elles doivent reprendre ce contrôle.'' Jérôme Mouthon, DG de l’agence de diffusion de vidéos publicitaires ''Buzzeff TV'', estime de son côté que les secteurs télécoms, automobile, hygiène et beauté, agroalimentaire et banque-assurance représentent 70% de la dépense en publicité digitale, ajoute la même source. Les publicitaires s'organisent et se mettent de plus en plus en conquête de ce nouveau marché, avec la mise en place de stratégie de recrutement de ressource humaine adaptée. Selon le DG de l'agence ''Buzzef TV'', ''le marché est assez professionnel dans la mesure où les standards d’exécution des campagnes digitales ne sont pas établis localement mais sont internationaux. De ce point de vue, le secteur est tiré vers le haut.'' Et puis, il y a l'attractivité des prix d'une Pub en ligne. Le prix d'une publicité en ligne est à partir de 1200 DH, tentant pour les gros annonceurs. Pourtant, relève M. Mouthon, ''le Maroc a une pénétration du digital moindre que la moyenne mondiale qui tourne autour de 30%. Les 7% maximum du Maroc est un chiffre relativement conséquent''. Le secteur pourrait s'emballer, résume t-il à LaVie Eco si le contenu des publicités s'améliore. 
 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie: La décision de la BCT d’augmenter son taux directeur inquiète les patrons

  Le vrai remède réside, selon la CONECT, dans l’accélération de la mise en œuvre des réformes stratégiques.

Algérie: GICA prépare de nouvelles opérations d’exportation en 2018

  Le groupe Gica a procédé, en mai dernier, à l'exportation de 45.0000 tonnes de clinker, dans le cadre d'un contrat portant sur une quantité globale de 200.000 tonnes. 

Algérie: "La solution de la planche à billets a été appliquée de façon excessive" (Nour Meddahi)

  L’économiste signale que le FMI vient de publier un document où il est précisé que finalement le déficit de 2017 a été de 8,8% au lieu des 5,6 prévus.