Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 25 Mai 2017

  •   Boualem Alami
  • mercredi 19 octobre 2016 16:50

Maroc: Baisse de la croissance économique au second trimestre 2016 (HCP)

L'économie marocaine traverse une forte zone de turbulences, avec une baisse au second trimestre 2016 de la croissance, affectée par le recul de l'activité agricole. La valeur ajoutée globale réalisée par l’ensemble des activités économiques durant cette période, selon le HCP, a marqué, ''une baisse de 0,2% au lieu d’une hausse de 2,9% le deuxième trimestre de l’année 2015.''

 

Dans le prolongement des scores modestes du 1er trimestre 2016, les performances de l'économie marocaine pour le second trimestre 2016, selon le Haut Commissariat au Plan (HCP) sont encore plus mauvaises. Le Produit Intérieur Brut (PIB) en volume s’est accru de 0,5% durant le deuxième trimestre 2016 au lieu de 4,2% une année auparavant, en tenant compte de la hausse des impôts sur les produits nets des subventions de 6,6% au lieu de 15,6%. ''Aux prix courants, l’accroissement du PIB s’est situé à 2,1% au lieu de 6,2%, une année auparavant'', indique le HCP, qui précise que ''la hausse du niveau général des prix a été de 1,6% au lieu de 2%.'' Au premier trimestre 2016, le rythme de croissance de l'économie marocaine avait fléchi à 1,7% contre 4,7% durant la même période de l’année 2015. Le HCP souligne que ''l’arrêté des comptes nationaux du deuxième trimestre 2016 fait ressortir une forte baisse du rythme de croissance de l’économie nationale, se situant à 0,5% au lieu de 4,2% durant la même période de l’année 2015.'' Cette baisse résulte du recul de l’activité agricole et d’un accroissement modéré des activités non agricoles.

Baisse de la valeur ajoutée du secteur agricole

La valeur ajoutée du secteur agricole en volume, corrigée des variations saisonnières, a enregistré une baisse de 10,2% durant la même période en 2016 contre une hausse de la croissance de 14% durant le deuxième trimestre de l’année 2015. Cette inflexion s'explique par ''la baisse aussi bien de l’activité de l’agriculture de 10,9% au lieu d’une hausse de 14,7% une année auparavant et de celle de la pêche de 2% au lieu d’une hausse de 6,7%'', explique par ailleurs le HCP. De son côté, la valeur ajoutée du secteur secondaire a réalisé un ralentissement de son rythme de croissance, passant de 2,2% le même trimestre de l’année précédente à 1,1%. Plus globalement, au 1er semestre 2016, il y a eu une forte déclinaison du taux de croissance à 2%, soit 0,7% s'il est rapporté à la croissance démographique. Ce taux n'est pas suffisant pour les besoins de création d’emplois et d’amélioration des conditions de vi, et il n'est pas conforme à l’objectif de 5,5% que s'était fixé le gouvernemental Benkirane I, en février 2012. Même si, entre temps, le déficit budgétaire a été ramené à 3,5% du PIB,  et le compte courant de la balance des paiements, qui est passé de -7,9% en 2013 à -1,5% en 2016. La mission du gouvernement Benkirane III, issu des élections du 7 octobre dernier, est simple: relancer la croissance, l'emploi et les investissements publics.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Succession:Benyelles espère que Gaïd Salah aura la "sagesse de laisser les urnes décider"

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

En prolongeant le bail des français à B2-Namous, Boumediene a hâté l'évacuation de la base de Mers el-Kébir - Général R.Benyelles

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie - La Banque centrale se félicite du taux de croissance au 1er trimestre 2017

Ce taux atteint, selon elle, 2,1% en glissement annuel contre 0,7% une année auparavant.

L'Algérie propose la mise en place d'un comité OPEP-non OPEP pour l'évaluation du marché énergétique

Pour le ministre de l’Energie algérien, Noureddine Boutarfa il est nécessaire "d'évaluer le marché de manière plus globale et regarder l'impact de toutes les offres d'énergies notamment les renouvelables ainsi que le gaz et le pétrole de schiste, afin de pouvoir discuter entre producteurs et voir quelles mesures peuvent être raisonnablement prises".

Algérie-Immobilier : Le "Yes we can" de M’hamed Sahraoui, promoteur et président de l’ONIP

  Les promoteurs algériens sont à la hauteur et peuvent faire marcher le secteur de l’immobilier sans qu’il y a besoin de recourir aux entreprises étrangères, a estimé jeudi, M’hamed Sahraoui, promoteur et président de l’Organisation Nationale des promoteurs immobiliers (ONPI).