Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 23 Février 2017

  •   MAP
  • vendredi 28 octobre 2016 15:07

Maroc - PLF2017: l’investissement public va croître de 5,5%




Au titre du Projet de la loi des finances de 2017, l'effort de l’investissement global du secteur public s'accroît à 190 milliards de dirhams tous supports inclus.

 

Ce volume a enregistré une augmentation d’environ 5,5% par rapport à l’année 2013, alors que le ratio des dépenses d’investissement public par rapport au Produit intérieur brut (PIB) est passé de 20,1% en 2013 à 17,7% en 2017, relève-t-on dans la note de présentation accompagnant le PLF 2016.
La préparation de cette enveloppe fait ressortir une domination des Entreprises et établissements publics (EEP), qui se sont accaparées plus de 56% de l’investissement global, avec un montant de 107 MMDH, a précisé la note publiée par le ministère de l’Economie et des Finances, ajoutant que la somme allouée au Budget Général de l’Etat, les Comptes Spéciaux du Trésor (CST) et les Services d’Etat gérés de manière autonome (SEGMA), s’est élevé à 67 MMDH (en neutralisant les transferts du Budget général vers les EEP, les CST et les Segma).

En effet, les programmes d’investissement financés dans le cadre des CST et non couverts par des transferts du Budget général s’établissent à 14,6 MMDH et portent principalement sur le renforcement du réseau routier national, le soutien d’actions relevant des secteurs de l’agriculture des eaux et forêts, de l’élevage, de l’audio-visuel, de l’habitat, de la justice, de la culture, des sports, de l’aide aux jeunes promoteurs et le financement de programmes socio-éducatifs, a relève la note.
S’agissant des programmes d’investissement relevant des Segma, leur montant avoisine les 745,26 millions de dirhams (MDH).

Concernant les collectivités territoriales, leur part s’établit à 16 MMDH, a fait savoir la même source, soulignant que leurs budgets d’investissements sont consacrés principalement à la mise en place des infrastructures destinées à améliorer les conditions de vie des populations.
Dans ce sens, les efforts seront concentrés sur l’extension et le renforcement des réseaux de voirie et d’assainissement, les constructions d’infrastructures culturelles, sportives et de loisirs, de marchés et d’édifices publics ainsi que les aménagements de jardins et d’espaces verts.
Quant aux programmes d’investissement des EEP, y compris ceux du Fonds Hassan II pour le développement économique et social s’établissent, ils vont couvrir essentiellement les secteurs de l’énergie, des télécommunications, de l’habitat, de l’agriculture, de l’électricité, de l’eau potable, des phosphates et leurs dérivés, des autoroutes et des transports aériens, maritimes et ferroviaires.

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Vidéos

CPP : Alger, sous stress étudiant, a-t-elle déjà voté Macron ?

Vidéos

Ali Hamani, président de l’APAB: "Les prix des boissons augmenteront en 2017"

A ne pas manquer

Prev Next

FanZone.dz - En janvier, les pages foot ont progressé, Ahlem Mostaghanmi est restée la 1re star du Facebook algérien

  La progression des pages foot s’explique par les compétions de la CAN : celle de Riad Mahrez, par exemple, est passée de 917.078 fans au 31 décembre2016 à 970.816 fans le 31 janvier dernier. Pour les pages Art et culture, la 2e place, après l’écrivaine algérienne Ahlam Mostaghanemi, est revenue, en janvier dernier, à Zinou KDS, qui a ainsi progressé de...

Algérie - "La pénurie de médicaments va encore s'aggraver dans les prochains mois" (FAM)

  Lors d’une conférence de presse organisée aujourd’hui à Alger, la Fédération algérienne du médicament a tiré la sonnette d’alarme sur les effets indésirables causé par  la restriction d’importation de matières premières indispensables pour la fabrication de médicaments.

2016 a connu une hausse sensible des prix de détail de produits alimentaires de base (ministère du Commerce)

Ces hausses ont ainsi touché les prix des légumes secs et ceux de produits d'épicerie comme les pois chiches dont le prix moyen a flambé à 240 DA/kg en 2016 contre 165 DA/kg en 2015 (+46%), les lentilles à 190 DA/kg contre 161 DA/kg (+18%).