Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 19 Février 2017

  •   Amin Fassi-Fihri
  • vendredi 25 novembre 2016 12:01

Maroc: L’industrie automobile, nouveau pôle de développement et de croissance


Le gouvernement marocain compte surfer sur la dynamique créée par le constructeur français Renault pour investir davantage dans le secteur automobile, booster la sous-traitance et développer des pôles emplois dans le pays.

 

Profitant du succès de l'usine Renault de Tanger, qui a mis en place un ensemble de réseaux de sous-traitance, le gouvernement marocain est allé encore plus loin pour créer, cette fois-ci, un réseau d'entreprises locales du secteur pour développer la construction automobile au Maroc. Neuf contrats d'investissements d’un montant global de 441 millions de Dirhams dans le secteur automobile ont été signés mercredi 23 novembre à Tanger, entre le ministère de l’Industrie et des entreprises locales de l'industrie automobile. Signés en marge de la 5e édition de l’Automotive meetings Tanger Med, ces projets d’investissements, qui devront créer 2.122 emplois et générer un chiffre d’affaires de 2,3 milliards de dirhams à l’horizon 2020, portent sur des projets d’extension ou de création d’entreprises. Il s’agit d’activités dans les filières de câblage automobile, aux équipements et accessoires, à l’injection plastique et à la fabrication de pièces pour l’acoustique et d’étanchéité automobile, de composants en caoutchouc et plastique. Pour le ministre marocain de l'Industrie, Moulay Hafid Alami, ''ces projets d’investissement doivent ''contribuer au renforcement de la dynamique de croissance intégrée du secteur automobile , en parfait accord avec la logique des écosystèmes mise en place.’’ Il a ajouté, cité par MAP, que ‘’ces contrats d’investissement auront aussi des retombées favorables en termes de création d’emplois, de transfert de savoir-faire et de perfectionnement des ressources humaines et des compétences.''

Après Renault, Peugeot

Le ''boom'' de l'industrie automobile au Maroc est né avec l'installation en 2012 de Renault dans la ville du détroit, à Tanger. Depuis, sa production est monté en cadence, au point que les exportations de voitures et pièces détachées ont supplanté les exportations de phosphates, principal produit à l'export du pays, avec le textile, et les produits agricoles et de la pêche. Avec la mise en place prochaine de l’usine Peugeot de Kenitra, le Maroc aura une solide plateforme industrielle dédiée à l’automobile. A fin septembre 2016, le secteur automobile, qui a enregistré une hausse de 4,2 mds de DH durant cette période, a exporté pour une valeur de 39,595 mds de DH (+117%) par rapport à 2015. La production de voitures des usines du groupe Renault en 2015 avait atteint 288.053 véhicules, en hausse de 26% par rapport à 2014. Au premier trimestre 2016, la production de l’industrie automobile a fait un bond de 22,5 % par rapport à la même période en 2015.


Évaluer cet élément
(9 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Les mesures du gouvernement algérien pour bancariser l’argent de l’économie parallèle ont échoué. Vous êtes favorable à quelle autre solution :

Vidéos

CPP : Alger, sous stress étudiant, a-t-elle déjà voté Macron ?

Vidéos

Ali Hamani, président de l’APAB: "Les prix des boissons augmenteront en 2017"

A ne pas manquer

Prev Next

Colère à la faculté des sciences politiques "Alger 3" : les enseignants décident une grève de 3 jours

Victimes jeudi dernier d'une attaque violente menée par des étudiants présumés, les enseignants de la faculté des sciences politiques de l'université "Alger 3" qui mettent en cause le recteur ont décidé d'un mouvement de grève de trois jours à partir du lundi 20 février 2017.

Air Algérie se "porte mal sur le plan financier ... tout doit être visible" - Boudjemaa Talai

La gestion d'Air Algérie, qui fait face à des problèmes d'organisation, doit être "transparente", a déclaré dimanche à Alger le ministre des Travaux publics et des transports, Boudjemaa Talai, soulignant que l'entreprise "se porte mal" sur le plan financier.

Visite d’Angela Merkel à Alger : La coopération économique aurait été bien meilleure sans la règle du 51/49% (Opinion)

   Mme Angela Merkel sera en visite demain à Alger. Les aspects sécuritaires - notamment la question des clandestins en Allemagne - seront au menu. Mais quid de la relation économique? Le Pr Mebtoul fait un tour d'horizon et explique la règle du 51/49% appliqués aux IDE est dissuasive pour les PME qui "colonne vertébrale de l’économie allemande".