Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Octobre 2017

  •   Amin Fassi-Fihri
  • vendredi 25 novembre 2016 12:01

Maroc: L’industrie automobile, nouveau pôle de développement et de croissance


Le gouvernement marocain compte surfer sur la dynamique créée par le constructeur français Renault pour investir davantage dans le secteur automobile, booster la sous-traitance et développer des pôles emplois dans le pays.

 

Profitant du succès de l'usine Renault de Tanger, qui a mis en place un ensemble de réseaux de sous-traitance, le gouvernement marocain est allé encore plus loin pour créer, cette fois-ci, un réseau d'entreprises locales du secteur pour développer la construction automobile au Maroc. Neuf contrats d'investissements d’un montant global de 441 millions de Dirhams dans le secteur automobile ont été signés mercredi 23 novembre à Tanger, entre le ministère de l’Industrie et des entreprises locales de l'industrie automobile. Signés en marge de la 5e édition de l’Automotive meetings Tanger Med, ces projets d’investissements, qui devront créer 2.122 emplois et générer un chiffre d’affaires de 2,3 milliards de dirhams à l’horizon 2020, portent sur des projets d’extension ou de création d’entreprises. Il s’agit d’activités dans les filières de câblage automobile, aux équipements et accessoires, à l’injection plastique et à la fabrication de pièces pour l’acoustique et d’étanchéité automobile, de composants en caoutchouc et plastique. Pour le ministre marocain de l'Industrie, Moulay Hafid Alami, ''ces projets d’investissement doivent ''contribuer au renforcement de la dynamique de croissance intégrée du secteur automobile , en parfait accord avec la logique des écosystèmes mise en place.’’ Il a ajouté, cité par MAP, que ‘’ces contrats d’investissement auront aussi des retombées favorables en termes de création d’emplois, de transfert de savoir-faire et de perfectionnement des ressources humaines et des compétences.''

Après Renault, Peugeot

Le ''boom'' de l'industrie automobile au Maroc est né avec l'installation en 2012 de Renault dans la ville du détroit, à Tanger. Depuis, sa production est monté en cadence, au point que les exportations de voitures et pièces détachées ont supplanté les exportations de phosphates, principal produit à l'export du pays, avec le textile, et les produits agricoles et de la pêche. Avec la mise en place prochaine de l’usine Peugeot de Kenitra, le Maroc aura une solide plateforme industrielle dédiée à l’automobile. A fin septembre 2016, le secteur automobile, qui a enregistré une hausse de 4,2 mds de DH durant cette période, a exporté pour une valeur de 39,595 mds de DH (+117%) par rapport à 2015. La production de voitures des usines du groupe Renault en 2015 avait atteint 288.053 véhicules, en hausse de 26% par rapport à 2014. Au premier trimestre 2016, la production de l’industrie automobile a fait un bond de 22,5 % par rapport à la même période en 2015.


Évaluer cet élément
(9 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP célèbre le centenaire de la Révolution d’Octobre en compagnie de Ould Kaddour (PDG de Sonatrach)

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Malika Rahal: "L'UDMA une contribution meconnue au mouvement national"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Aucune victime dans l’incendie de l’usine Cevital, selon le groupe

Cevital « rassure tous les consommateurs que les stocks de sucre à disposition permettront de servir le marché national sans aucune perturbation ».  

Algérie : Création d'un poste de diplomate chargé d'aider les investisseurs à l’étranger

Messahel a évoqué d’une nouvelle dynamique marquée par l’actualisation du cadre juridique afin de permettre aux opérateurs algériens d’investir les marchés étrangers.

Tunisie : Les pièces de rechange, habits et cosmétiques à 80% contrefaits (OTIC)

Le chiffre d’affaires du marché des contrefaçons avoisine les 500 milliards de dollars annuellement et enregistre une évolution annuelle de 10%.