Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 18 Juin 2018

  •   Amin Fassi-Fihri
  • mercredi 7 décembre 2016 13:27

Maroc- Les ventes de voitures importées ont augmenté de 25,3% à fin novembre 2016

160.000 véhicules importés auront été vendus au Maroc en 2016.

Les facilités de paiement, les crédits à faible taux d'intérêts, les prêts sans intérêts, les subventions aux ''petits et grands'' taxis et les promotions lors des salons de l'automobile : ce seraient là les principales explications de cette relance des ventes de voitures et véhicules utilitaires légers (VUL).

 

 

L'objectif de vente de 160.000 véhicules importés devrait être atteint en 2016, indique l'association des importateurs de voitures du Maroc (AIVM). Les ventes de voitures totalisent à la fin du mois de novembre dernier 143.590 unités contre 130.316 en 2015, en hausse de 25,3%.

Les facilités de paiement, les crédits à faible taux d'intérêts, les prêts sans intérêts, les subventions aux ''petits et grands'' taxis (25% de croissance avec le renouvellement de 10.000 taxis) et les promotions lors des salons de l'automobile : ce seraient là les principales explications de cette relance des ventes de voitures et véhicules utilitaires légers (VUL) importés en 2016. La hausse des ventes de véhicules légers est de 27,9% par rapport à l'année 2015, un segment très rentable pour les concessionnaires et importateurs.

 

Le Top 5 des meilleures ventes

 

Par constructeurs, c'est le groupe français Renault qui est en tête des ventes avec 51.558 voitures vendues (cumul des ventes Dacia et Renault), et accapare 39,07% du marché des véhicules légers avec des ventes de 51.245 véhicules (36.899 modèles Dacia et 14.346 Renault). L'Américain Ford vient en seconde position, avec 10,84% de parts de marché et la vente de 12.605 unités, en hausse de 45,74% par rapport à 2015. La troisième position sur le marché marocain de l'automobile revient au constructeur allemand Volkswagen, avec 9.288 véhicules vendus contre 5.104 voitures en 2015, soit une évolution de 7,99% de parts de marché, et de 81,97% en termes de croissance par rapport à 2015. La marque au Lion, Peugeot, pointe à la quatrième position avec 9.139 véhicules vendus et 7,86% de parts de marché et une hausse de 22,6% par rapport à 2015. Le Sud-coréen Hyundai ferme la marche du ''Top 5'' des meilleures ventes 2016 avec 8.939 immatriculations, soit 7,69% de parts de marché.

 

2016 : un bon millésime

 

Pour le premier concessionnaire automobile au Maroc, Auto Hall, 2016 est un bon millésime, après les bons résultats de 2015. Coté à la bourse de Casablanca depuis 1941, ce géant de l'automobile du Maroc a enregistré en 2015 une hausse consolidée du chiffre d’affaires du groupe de 30%, passant de 3.397 millions de DH en 2014 à 4.402 millions de DH en 2015. 

Le total du produit d’exploitation de la société a progressé de 28% à 3.096 millions de DH contre 2.419 millions de DH en 2014. Le résultat net est 221 millions de DH contre 220 millions de Dh en 2014.

 

Après l'import, l'export

 

Pour autant, le Maroc, avec deux usines Renault à Casablanca et Tanger, et une usine de Peugeot (VUL) à Casablanca, est également exportateurs de véhicules. A fin septembre 2016, le secteur automobile a exporté pour une valeur de 39,595 mds de DH (+117%, par rapport à 2015).

La production de voitures des usines du groupe Renault en 2015 avait atteint 288.053 véhicules, en hausse de 26% par rapport à 2014. Pour 2016, le P-DG du groupe Renault au Maroc, Marc Nassif, prévoit une production de 348.000 véhicules, dont le tiers sera destiné à l'export.

 

 


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les grands choix économiques du pays analysés par Nour Meddahi (Audio)

  Nour Meddahi, professeur d'économétrie et finances à la Toulouse School of Economics revient dans l’entretien accordé à Radio M sur les choix économiques faits par l’Algérie pour atténuer les effets de la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux, une baisse entamée dès l’été 2014.

Pétrole: Le Brent chute à 73 dollars

  L'Arabie saoudite et la Russie ont fait part de leur souhait d’augmenter leurs productions respectives.

L’Afrique, le Maghreb et les flux migratoires (contribution)

  Il s’agira de poser les véritables problèmes, concernant les flux migratoires venant d’Afrique,  pour  avoir de véritables solutions loin de la démagogie et de la surenchère car  le sujet  est  complexe, la responsabilité étant partagée  entre les dirigeants européens et africains.