Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 19 Novembre 2017

  •   Amin Fassi-Fihri
  • mercredi 7 décembre 2016 13:27

Maroc- Les ventes de voitures importées ont augmenté de 25,3% à fin novembre 2016

160.000 véhicules importés auront été vendus au Maroc en 2016.

Les facilités de paiement, les crédits à faible taux d'intérêts, les prêts sans intérêts, les subventions aux ''petits et grands'' taxis et les promotions lors des salons de l'automobile : ce seraient là les principales explications de cette relance des ventes de voitures et véhicules utilitaires légers (VUL).

 

 

L'objectif de vente de 160.000 véhicules importés devrait être atteint en 2016, indique l'association des importateurs de voitures du Maroc (AIVM). Les ventes de voitures totalisent à la fin du mois de novembre dernier 143.590 unités contre 130.316 en 2015, en hausse de 25,3%.

Les facilités de paiement, les crédits à faible taux d'intérêts, les prêts sans intérêts, les subventions aux ''petits et grands'' taxis (25% de croissance avec le renouvellement de 10.000 taxis) et les promotions lors des salons de l'automobile : ce seraient là les principales explications de cette relance des ventes de voitures et véhicules utilitaires légers (VUL) importés en 2016. La hausse des ventes de véhicules légers est de 27,9% par rapport à l'année 2015, un segment très rentable pour les concessionnaires et importateurs.

 

Le Top 5 des meilleures ventes

 

Par constructeurs, c'est le groupe français Renault qui est en tête des ventes avec 51.558 voitures vendues (cumul des ventes Dacia et Renault), et accapare 39,07% du marché des véhicules légers avec des ventes de 51.245 véhicules (36.899 modèles Dacia et 14.346 Renault). L'Américain Ford vient en seconde position, avec 10,84% de parts de marché et la vente de 12.605 unités, en hausse de 45,74% par rapport à 2015. La troisième position sur le marché marocain de l'automobile revient au constructeur allemand Volkswagen, avec 9.288 véhicules vendus contre 5.104 voitures en 2015, soit une évolution de 7,99% de parts de marché, et de 81,97% en termes de croissance par rapport à 2015. La marque au Lion, Peugeot, pointe à la quatrième position avec 9.139 véhicules vendus et 7,86% de parts de marché et une hausse de 22,6% par rapport à 2015. Le Sud-coréen Hyundai ferme la marche du ''Top 5'' des meilleures ventes 2016 avec 8.939 immatriculations, soit 7,69% de parts de marché.

 

2016 : un bon millésime

 

Pour le premier concessionnaire automobile au Maroc, Auto Hall, 2016 est un bon millésime, après les bons résultats de 2015. Coté à la bourse de Casablanca depuis 1941, ce géant de l'automobile du Maroc a enregistré en 2015 une hausse consolidée du chiffre d’affaires du groupe de 30%, passant de 3.397 millions de DH en 2014 à 4.402 millions de DH en 2015. 

Le total du produit d’exploitation de la société a progressé de 28% à 3.096 millions de DH contre 2.419 millions de DH en 2014. Le résultat net est 221 millions de DH contre 220 millions de Dh en 2014.

 

Après l'import, l'export

 

Pour autant, le Maroc, avec deux usines Renault à Casablanca et Tanger, et une usine de Peugeot (VUL) à Casablanca, est également exportateurs de véhicules. A fin septembre 2016, le secteur automobile a exporté pour une valeur de 39,595 mds de DH (+117%, par rapport à 2015).

La production de voitures des usines du groupe Renault en 2015 avait atteint 288.053 véhicules, en hausse de 26% par rapport à 2014. Pour 2016, le P-DG du groupe Renault au Maroc, Marc Nassif, prévoit une production de 348.000 véhicules, dont le tiers sera destiné à l'export.

 

 


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

Des champions nationaux [ LE BLOG ECO ]

Comment construit-on un tissu industriel performant ? La question paraît simple mais elle est au cœur de vastes débats académiques et politiques depuis plusieurs décennies.

Pour Hafid Derradji, Bouteflika n’a pas reçu Farouk Ksentini pour parler du 5e mandat

  Les déclarations de l’ex-président de la Commission nationale consultative pour la promotion et la protection des droits de l’homme (CNCDDH), dissoute, Me Farouk Ksentini indiquant que le président de la République Abdelaziz Bouteflika souhaite briguer un 5è mandat ont fait réagir le célèbre commentateur sportif Hafid Derradji.

Le Comité de soutien au journal Al Fadjr est né: "Pour un nouveau modèle de l’édition de presse"

Le comité de soutien au journal Al Fadjr est né, lors d’une assemblée générale, ce samedi 18 novembre 2017 à la maison de la presse Tahar Djaout.