Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 19 Novembre 2017

  •   Amin Fassi Fihri
  • jeudi 13 avril 2017 18:06

Les banques marocaines continuent de renforcer leur présence en Afrique

Une succursale de la Société ivoirienne de banque, filiale d’Attijari Wafa en Côte-d’Ivoire (photo publiée sur Le le360.ma).

Le risque des créances non payées est, cependant, important pour les banques marocaines opérant sur le continent africain. Les créances en souffrance représentaient en 2013 un encours de 10,4 Mds de DH, soit un taux de risque de 10,6%, selon la Banque centrale marocaine.

 

Trois banques marocaines comptent développer davantage leurs activités en Afrique, où elles ont réalisé, en 2016, un produit net bancaire (PNB) de 14 milliards de DH, soit près de 30% du total engrangé sur l’année, selon un bilan de leurs filiales africaines.

Attijari Wafa Bank, Banque Populaire et BMCE Bank of Africain ont fait remonter plus de 2 milliards de DH de profits de ces filiales, soit 22% du résultat net part du groupe (RNPG) récolté au total, indique l’hebdomadaire marocain LaViEco.

Les trois banques, dont la filiale de la Société nationale d’Investissement (SNI), le groupe de la famille royale, ont réalisé d’importants dividendes en Afrique, et comptent aujourd’hui renforcer leur présence en Afrique de l’Est et de l’Ouest.

La bonne santé des filiales africaines de ces trois banques de la place, avec une croissance de 4% en 2016, contraste avec le résultat mitigé sur le plan national des maisons mères. Au total, les bénéfices nets de ces trois banques se sont établis à 9 milliards de DH depuis 2010, date du début de l’embellie financière pour elles en Afrique.

Les banques marocaines comptent une cinquantaine de filiales en Afrique qui gèrent un réseau de plus de 1.350 agences, selon la Banque centrale du Maroc.  Attijariwafa Bank vit une véritable success story en Afrique : elle a remonté en 2016 sa filiale de tête, Attijariwafa Bank Maroc, près de 4,6 milliards de dividendes exceptionnels.

 

Affaires en Egypte

 

Le groupe, qui compte 1.500 employés, un réseau de 56 agences et plus de 660 millions de DH (MDH) de profit net un bilan total de 22 Mds de DH, compte finaliser un tour de table pour absorber la filiale égyptienne de la banque britannique Barclays. La Vie Eco note que ‘’selon les anticipations conservatrices de la banque, cette participation rapportera au groupe au moins 450 MDH de bénéfices dès 2017.

En 2016, la filiale du groupe SNI a réalisé près du quart de son RNPG, soit 1,1 milliard de DH, en Afrique. La même banque compte également prendre une prise de participation majoritaire dans le capital de la Cogebanque, au Rwanda. De son côté, la Banque Populaire compte étendre son réseau à l’Afrique de l’Ouest après la récente ouverture d’une succursale en Guinée-Bissau, et entend, dans la même lancée, s’implanter au Ghana et au Nigéria. La BP a engrangé en 2016 16% de son PNB et 10% de son RNPG en Afrique. Quant à la BMCE Bank of Africa, propriété de la famille Benjelloun, plus de la moitié de son PNB et le tiers de son RNPG proviennent des implantations africaines. Elle a pour objectif immédiat de renforcer sa présence en Afrique de l’Est, et compte déjà 19 filiales dans 17 pays.

Ces banques couvrent en majorité les investissements de groupes industriels, des services et du BTP marocains, implantés en Afrique, notamment en Côte- d’ivoire, au Sénégal et au Burkina Faso. Pour autant, le risque des créances non payées est important pour elles. Les créances en souffrance représentaient en 2013 un encours de 10,4 Mds de DH, soit un taux de risque de 10,6%, selon la Banque centrale marocaine.

 


Évaluer cet élément
(7 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Vous avez à plusieurs reprises censurés mes commentaires pourtant ni agressif ni insultant ! Ayez un peu de courage pour publier les commentaires qui montrent certaines réalités sur vos articles surtout quand ils concernent le Maroc .... par contre, dés que c'est contre l'Algérie, il n'y a pas de limites ! c'est levée de bouclier ! bande de corrompus, vous êtes méprisables ! il faudrait bannir votre site des références sur l'Algérie !

    Rapporter lyes2993 dimanche 16 avril 2017 09:24
  • Bienvenue a Oceania avec "amin fassi fihri" correspondent honorable du ministere de la verite.
    Ce charlatan qui ce pretend etre journaliste devrait faire ces ablutions avant d'ecrire Sur le secteur bancaire Marocain.
    1: Chiffres de 2013 alors que nous sommes en 2017.
    2: Une banque "ATW" devient filiale d'une societe de participations "SNI"!!! La nouvelle theorie de structure d'entreprise a la sauce "amin fassi fihri".
    3: Un tour de table pour acquerir une banque egyptienne alors que "Barclays Egypt" est deja une filiale a 100% de "ATW". Ce "pseudo" journaliste ne connait pas le sens de ( TOUR DE TABLE)
    4: "ATW" ne compte pas Prendre une participation dans Cogebanque , "ATW" a Acheter Cogebanque depuis 7 mois deja. La notion du"Temps" n'est pas votre fort.
    5: Les creances non payees "Cru 2013" alors que nous sommes en 2017. Actualiser les donnees est le dernier de vos soucis.
    Finalement cette article est du chorba frik merguez a la bearnaise....DU N'IMPORTE QUOI.

    PS: Pour L'Amour de dieu arreter d'utiliser un nom de plume Marocain a "RFAA RASSEK YA BA", vous faites pitie.

    Rapporter Annunaki vendredi 14 avril 2017 01:10
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

Le Comité de soutien au journal Al Fadjr est né: "Pour un nouveau modèle de l’édition de presse"

Le comité de soutien au journal Al Fadjr est né, lors d’une assemblée générale, ce samedi 18 novembre 2017 à la maison de la presse Tahar Djaout.

PLF 2018 : La Commission des finances de l'APN retire l'impôt sur la fortune

  La Commission des finances de l'APN a jugé "inutile" d'introduire un impôt sur la fortune, dont la mise en application est impossible faute d'une législation fiscale moderne et de mécanisme d'évaluation de la fortune.  

Tunisie- L'âge de départ à la retraite sera porté à 62 ans à partir de 2020

A partir de 2020, l’âge de la retraite sera porté  à deux ans de façon obligatoire et progressive et il est possible de proroger l’âge de départ à la retraite de 62 à 65 ans pour ceux qui le désirent.