Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 17 Octobre 2017

  •   Amin Fassi-Fihri
  • dimanche 2 juillet 2017 18:28

Maroc : Hausse à 4,8% de la croissance au second trimestre 2017 (HCP)

Après avoir atteint 3,8% au premier trimestre 2017, la croissance économique du Maroc a rebondi à 4,8%, selon le Haut Commissariat au Plan (HCP).

 

Le département dirigé par M. Ahmed Lahlimi, indique que cette performance est le résultat de la hausse de 17,4% de la valeur ajoutée agricole contre 14,2% au trimestre précédent. Le HCP estime que 2017 ''devrait rétablir l’équilibre avec 3,6% de croissance'', contre 4,5% pris pour hypothèse dans la Loi de finances 2017. Bank Al Maghrib anticipe quant à elle une hausse de la croissance à 4,2%, alors que le Centre Marocain de Conjoncture (CMC) juge que le taux de croissance projetée pour 2017 pourrait atteindre 4,1%, en hausse de près de 3 points par rapport à l’exercice précédent.  Quant au Fonds Monétaire International (FMI),il  estime que la croissance de l'économie marocaine devrait rebondir en 2017 pour s’établir à 4,4% contre 1,5% à 2% en 2016.

 

Légère baisse du déficit commercial

 

Le HCP ajoute, dans son dernier point de conjoncture relatant les estimations du deuxième trimestre et les prévisions du troisième trimestre 2017, qu’il devrait annoncer officiellement lors d’une conférence de presse mercredi 5 juillet à Casablanca, que l’aggravation du déficit commercial se serait atténuée au deuxième trimestre 2017 à +5,6% contre 19,3% au premier trimestre. Cette baisse du déficit commercial est le résultat d'une progression moins vigoureuse des importations par rapport au trimestre précédent. Le taux de couverture se serait situé à 53,2%.

Le HCP estime d’autre part que la consommation a été le principal moteur de l’activité économique au second trimestre 2017, contribuant pour environ 2,4 points à la croissance globale du PIB, au lieu de +1,6 point un an plus tôt. La croissance de l’investissement, ajoute le HCP, serait restée soutenue au deuxième trimestre 2017, bien qu’en ralentissement par rapport à la même période de 2016. Et, en rythme annuel, elle aurait atteint +5,5%, ramenant ainsi la contribution de l’investissement à +1,7 point à la croissance globale du PIB, au lieu de +2,4 points l’année passée. D’autre part, le HCP estime que le rythme de progression des prix à la consommation aurait sensiblement ralenti au deuxième trimestre 2017, pour se situer à +0,3%, en glissement annuel, au lieu de +1,3% au premier trimestre.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

vous vous attendez à ce qu'il se contente de gérer l'austérité ? - 17.4%
vous pensez qu'il est capable d'aller plus loin et d'engager une modernisation de l'économie ? - 13.4%
Vous pensez qu'il sera pris de vitesse par la dégradation de la situation ? - 61%

Total votes: 1325

Vidéos

TSA, Boudjedra, Boukrouh, Nekkaz, le CPP défend l’expression puis descend dans l’arène

A ne pas manquer

Prev Next

La Chine veut acquérir directement 5% de Saudi Aramco

"Une série d'options pour l'entrée en Bourse de Saudi Aramco continuent de faire l'objet d'un examen attentif", a dit un porte-parole de la compagnie pétrolière.

Affaire Air-Algérie-SMI International : Mohamed Salah Boultif réagit

 M. Boultif attire l’attention sur le fait que le groupe canadien de travaux publics ait eu des démêlés avec la justice de son pays.

Les normes industrielles algériennes reconnues à l’étranger

Si un laboratoire accrédité par ALGERAC donne un certificat à une entreprise quelconque ses produits sont susceptibles d’être exportés en Europe sans subir un nouveau contrôle à la frontière.