Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 21 Septembre 2017

  •   Maghreb Emergent
  • samedi 15 juillet 2017 16:00

L’équipementier automobile français Faurecia lance sa deuxième usine au Maroc

Une troisième usine est prévue à Kénitra. Ce qui permettra d’employer au total près de 6.000 ouvriers opérationnels au Maroc.

 

L’équipementier automobile français Faurecia a inauguré sa deuxième usine, jeudi à Salé, en présence de son directeur général Patrick Koller et du ministre de l'Industrie, de l'Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy.

S’étendant sur 12.800 m2, cette usine spécialisée dans les coiffes de voitures a nécessité un investissement de 170 millions de dirhams. La deuxième usine de Faurecia qui  va créer pas moins de 1.300 postes d’emplois dispose d’une capacité de production de 20.000 coiffes de voitures par jour. Au démarrage, elle va produire 10.000 coiffes de voitures par jour notamment pour Peugeot.

Une troisième usine est déjà prévue à Kénitra qui permettra d’employer au total près de 6.000 ouvriers opérationnels au Maroc, selon le Huffington Post Maroc.

Selon les propos du directeur général de Faurecia rapportés par le média, le choix du Maroc pour cet investissement est justifié par « la qualité et le coût de sa main d'œuvre ». « Nous bénéficions ici d’une jeunesse qui est éduquée et bien formée. Là où nous avons un peu plus de difficultés, c’est dans le recrutement d’ingénieurs de haut niveau que ce soit dans le développement de produit ou dans le manufacturing », a-t-il ajouté.

Il a également souligné également les perspectives qu’offre le Maroc pour l’exportation vers le continent africain. « Ce qui est intéressant avec le Maroc, c’est sa politique d’être le trait d’union entre l’Europe et l’Afrique (…) Ce qui intéressera donc les prochains constructeurs qui s’implanteront au Maroc, c’est la perspective du Sud, pour pouvoir exporter les voitures à partir du Maroc adaptées pour l’Afrique et vers l’Afrique ».


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La saison 5 du CPP démarre sur la promesse d’une année politique décisive

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Faire appel à la préférence nationale pour réussir le projet de 4000 MW d’électricité en renouvelables

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie – Seuls 32,7% des demandeurs d’emploi ont pu être placés entre le 1er janvier et le 31 août 2017 (Anem)

Selon le directeur général de l’Agence nationale de l’emploi, Mohamed Tahar Chaâlal, 76% des personnes placées sont des hommes et seulement 23% des femmes. Expliquant l’écart, il a assuré que les femmes algériennes ont tendance à ne pas chercher un emploi mais n’a pas donné de chiffres montrant que les demandeuses d’emploi ont été, entre janvier et août 2017, moins...

Algérie - Le déficit commercial a baissé de plus de 40% sur les 8 premiers mois de l'année (Douanes)

Les exportations ont nettement augmenté, atteignant 23,51 milliards de dollars (mds usd) sur les 8 premiers mois de l'année 2017 contre 19,41 mds usd sur la même période de 2016 (+21,12%). Les importations, elles, ont connu une légère baisse en s'établissant à 30,84 mds usd contre 31,65 mds usd (-2,56%), en baisse de 0,81 mds usd.

Pour le commissaire du SILA, le "livre" "Battre les femmes: un outil de règlement des conflits conjugaux!" ne serait pas inutile

  L’année dernière, ce "livre" avait créé une grande polémique au Sila et le commissaire du salon, dans cet entretien à Ennahar TV, s’en est montré agacé, évoquant un « kotayyib » (petit livre) qui a provoqué un « gros tintamarre ». Sans ironie, il a expliqué qu’il pouvait être utile à ceux qui battent leurs femmes si violemment « qu’on a l’impression qu’elles ont été...