Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 25 Juillet 2017

  •   Maghreb Emergent
  • samedi 15 juillet 2017 16:00

L’équipementier automobile français Faurecia lance sa deuxième usine au Maroc

Une troisième usine est prévue à Kénitra. Ce qui permettra d’employer au total près de 6.000 ouvriers opérationnels au Maroc.

 

L’équipementier automobile français Faurecia a inauguré sa deuxième usine, jeudi à Salé, en présence de son directeur général Patrick Koller et du ministre de l'Industrie, de l'Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy.

S’étendant sur 12.800 m2, cette usine spécialisée dans les coiffes de voitures a nécessité un investissement de 170 millions de dirhams. La deuxième usine de Faurecia qui  va créer pas moins de 1.300 postes d’emplois dispose d’une capacité de production de 20.000 coiffes de voitures par jour. Au démarrage, elle va produire 10.000 coiffes de voitures par jour notamment pour Peugeot.

Une troisième usine est déjà prévue à Kénitra qui permettra d’employer au total près de 6.000 ouvriers opérationnels au Maroc, selon le Huffington Post Maroc.

Selon les propos du directeur général de Faurecia rapportés par le média, le choix du Maroc pour cet investissement est justifié par « la qualité et le coût de sa main d'œuvre ». « Nous bénéficions ici d’une jeunesse qui est éduquée et bien formée. Là où nous avons un peu plus de difficultés, c’est dans le recrutement d’ingénieurs de haut niveau que ce soit dans le développement de produit ou dans le manufacturing », a-t-il ajouté.

Il a également souligné également les perspectives qu’offre le Maroc pour l’exportation vers le continent africain. « Ce qui est intéressant avec le Maroc, c’est sa politique d’être le trait d’union entre l’Europe et l’Afrique (…) Ce qui intéressera donc les prochains constructeurs qui s’implanteront au Maroc, c’est la perspective du Sud, pour pouvoir exporter les voitures à partir du Maroc adaptées pour l’Afrique et vers l’Afrique ».


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Le Snateg écrit à Tebboune et parle de corruption à la Sonelgaz

  La direction de la Sonelgaz est accusée par le Snateg de violation des droits des travailleurs et d’entrave à l’activité syndicale.

Un conseil interministériel sur les exportations alimentaires utilisant des intrants subventionnés

Des incohérences  caractérisant le fonctionnement de certaines filières dont les produits sont éligibles à l'exportation ont été identifiées.

« Les attaques contre Haddad relèvent du show médiatique » (Belkacem Boukhrouf)

    Pour l'économiste, Belkacem Boukhrouf  « la gabegie comme la corruption sont dans les institutions, les lois et les usages politiques de l’Algérie ». D’où la nécessité, estime-t-il, de poser la question de savoir « qui a permis à Ali Haddad d’avoir toutes ses ramifications ».