Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 17 Décembre 2017

  •   Oxford Business Group
  • jeudi 20 juillet 2017 15:16

Le Maroc affiche des arrivées de visiteurs en hausse au premier trimestre 2017 (document OBG)

L’industrie touristique du Maroc récolte les fruits d’efforts menés pour conquérir de nouveaux marchés stratégiques, aidant le pays à doper son nombre de visiteurs et par là même à infléchir la tendance régionale.

 

 

Le Maroc a accueilli approximativement 3 millions de touristes au cours des quatre premiers mois de 2017, une hausse de 10% par rapport à la même période l’année précédente, selon des chiffres publiés par la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN). Le seul mois d’avril a vu les arrivées internationales comme le nombre d’expatriés de passage sur le sol natal progresser de 18% et 9,5% respectivement en glissement annuel. En tout, l’effectif des visiteurs pour ce mois s’est établi en hausse de 14,7% en glissement annuel.

Le secteur a enregistré de bons résultats sur presque tous les segments, seules les arrivées de croisiéristes ayant décliné au premier trimestre de 2017. Des données de l’Agence Nationale des Ports situent à 66 390 le nombre de passagers débarqués dans les ports marocains au cours des trois premiers mois de l’année, accusant une baisse de 17% en glissement annuel.

Ces résultats globalement positifs interviennent à l’heure où des questions d’insécurité et l’instabilité politique continuent de peser sur plusieurs autres destinations historiquement prisées de la région MENA.

Selon Mohamed Sajid, ministre marocain du tourisme, le secteur devrait croître de 5,5% en glissement annuel en 2017, le nombre total de visiteurs atteignant 10,9 millions. Les prévisions voient les recettes, quant à elles, atteindre 6,5 milliards de dollars (5,8 milliards d’euros), contre 6,4 milliards de dollars (5,7 milliards d’euros) en 2016.

Les yeux rivés sur la Chine

 

Une mesure visant à capter le marché chinois en assouplissant les conditions d’entrés pour ses visiteurs a apporté une contribution considérable à la croissance.

Le Maroc a pris l’initiative de dispenser les ressortissants chinois de l’obligation de visa au début du mois de juin 2016, avec pour conséquence un triplement des arrivées en provenance de Chine sur l’année par rapport aux chiffres de 2015. La croissance devrait se poursuivre sur 2017, 100 000 touristes chinois étant attendus au Maroc au cours de l’année, sachant qu’ils étaient 42 000 en 2016.

De meilleures liaisons aériennes entre les deux nations devraient encore consolider les liens. A l’heure actuelle, il n’existe pas de ligne aérienne directe entre les deux pays. Cependant, l’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) a noué des partenariats avec trois compagnies aériennes internationales stratégiques (Etihad Airways, Turkish Airlines et Air France) dans l’objectif d’accroître le nombre de vols réguliers reliant les villes chinoises aux destinations touristiques marocaines les plus en vue.

Dans le cadre d’une autre initiative de l’ONMT, une délégation chinoise s’est rendue au Maroc en juin pour évaluer le potentiel touristique du pays. Des représentants d’agences de voyage basées à Pékin, Shanghai et Canton, ainsi que des médias, ont visité plusieurs des plus connues des villes marocaines, dont Marrakech, Tanger, Casablanca, Rabat et Fès.

 

Des nouvelles encourageantes de toutes parts

 

L’effectif des visiteurs en provenance d’autres marchés a également augmenté, selon la DGSN. Les arrivées en provenance des Etats-Unis ont crû de 43% en glissement annuel au cours des quatre premiers mois de 2017, et des hausses ont également été enregistrées dans le contingent de visiteurs venus d’Espagne (26%), d’Allemagne (22%), de Belgique (21%) et d’Italie (16%).

Un contexte politique stable et sûr, assorti de mesures incitatives et d’un développement des infrastructures, a aidé le Maroc à créer un climat propice à l’investissement, avec pour corollaire une série de nouveaux projets hôteliers.

Radisson Blue a ouvert son premier hôtel marocain à la mi-2016, tandis que Fairmont a signé en mars un accord avec New Mauritius Hotels portant sur la rénovation et le repositionnement de son établissement existant sous l’enseigne de la société. Les deux hôtels sont situés dans la ville de Marrakech. Le mois de juin vit l’inauguration du Hilton Tanger City Center Hotel & Residences, premier établissement de Hilton Hotels & Resorts au Maroc.

L’implantation au Maroc d’acteurs dominants du secteur devrait contribuer à soutenir la dynamique de croissance. Parallèlement, plusieurs villes du pays ont entrepris de renforcer leur attractivité. La préfecture de Meknès a dévoilé en juin un projet, doté d’une enveloppe de 750 millions de dirhams (68,1 millions d’euros), de développement de 18 nouvelles unités touristiques d’une capacité totale de 1 804 lits et qui créeront 500 nouveaux emplois. Par ailleurs, la ville d’Essaouira s’engagera dans la deuxième phase de son programme de réhabilitation urbaine, visant à développer le potentiel touristique de la localité.

 


Évaluer cet élément
(6 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP se déchire sur Algériens et Palestiniens par temps de « Chedda »

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"LA TUNISIE DANS LA LISTE DES PARADIS FISCAUX, UN CLASSEMENT QUI EMBARRASSE TOUT LE MONDE".

A ne pas manquer

Prev Next

Polémique sur la promotion de Tamazight : Lotfi DK appelle à l’arrêt des hostilités sur Facebook

 La polémique qui fait rage sur les réseaux sociaux sur le refus des députés de la majorité une proposition d’amendement du projet de loi de finances pour l’année 2018 portant sur la promotion de la langue amazighe a fait réagir le chanteur engagé du Rap Lotfi DK.

Le taux de chômage en Algérie devrait atteindre 13,2 % en 2018 (étude)

  Une étude sur les défis de la démographie au Maghreb relève un décalage entre le capital humain et les besoins du marché de l'emploi, malgré les importants investissements consentis dans l'enseignement supérieur.

57 % des Algériens ont une opinion positive sur l’Union européenne (sondage)

Plus de 60%  des personnes sondées pensent que l'UE devrait en faire plus sur les questions liées aux droits de l'homme, près de 70% sur le commerce et près de 60% des personnes interrogées attendent davantage dans le domaine de la migration et de l'éducation.