Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 17 Octobre 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • jeudi 27 juillet 2017 13:31

Maroc - Les banques dites "islamiques" peuvent désormais démarrer effectivement leurs activités

Deux des cinq banques islamiques agrées au royaume ont déjà annoncé, hier mercredi, le démarrage effectif de leurs activités.

 

 

Les banques islamiques, autrement appelées les « banques participatives », sont depuis hier officiellement autorisées à exercer effectivement leurs activités au Maroc. C’est ce que rapporte des agences de presse.

Cependant, ont souligné des « sources informées » citées par Xinhua, l’autorisation accordée à ces banques par Bank Al-Maghrib (la banque centrale du Maroc), ne porte, pour le moment, que sur des « opérations de base » comme l'ouverture de comptes bancaires et l’attribution de crédits immobiliers et automobiles. Elles ne peuvent pas encore proposer de contrats d’assurance.

Selon Xinhua, deux des cinq banques islamiques agrées au royaume ont déjà annoncé, hier mercredi, le démarrage effectif de leurs activités.

Pour rappel, cinq banques participatives ont obtenu un agrément pour opérer au Maroc.

Dans ce qui s’appelle « la finance islamique », la pratique des intérêts bancaires est prohibée celui-ci étant assimilé à l’usure, illicite en islam. De même est interdit le financement d'investissement dans des secteurs comme les jeux de hasard, par exemple, également interdits par la religion.

Au Maroc, l'instance habilitée à émettre un avis religieux sur la conformité des produits de la finance dite » participative » à la religion islamique est le Conseil supérieur des oulémas.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

vous vous attendez à ce qu'il se contente de gérer l'austérité ? - 17.4%
vous pensez qu'il est capable d'aller plus loin et d'engager une modernisation de l'économie ? - 13.4%
Vous pensez qu'il sera pris de vitesse par la dégradation de la situation ? - 61%

Total votes: 1325

Vidéos

TSA, Boudjedra, Boukrouh, Nekkaz, le CPP défend l’expression puis descend dans l’arène

A ne pas manquer

Prev Next

La Chine veut acquérir directement 5% de Saudi Aramco

"Une série d'options pour l'entrée en Bourse de Saudi Aramco continuent de faire l'objet d'un examen attentif", a dit un porte-parole de la compagnie pétrolière.

Affaire Air-Algérie-SMI International : Mohamed Salah Boultif réagit

 M. Boultif attire l’attention sur le fait que le groupe canadien de travaux publics ait eu des démêlés avec la justice de son pays.

Les normes industrielles algériennes reconnues à l’étranger

Si un laboratoire accrédité par ALGERAC donne un certificat à une entreprise quelconque ses produits sont susceptibles d’être exportés en Europe sans subir un nouveau contrôle à la frontière.