Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Novembre 2017

  •   Maghreb Emergent avec MAP
  • dimanche 20 août 2017 16:31

Maroc : le déficit de la balance commercial s'aggrave de 6,9% à fin juillet

L’aggravation du déficit  est imputable à l'augmentation des importations (+16,5 MMDH), plus importante que celle des exportations (+9,3 MMDH), explique l'Office des changes.

 

Les échanges extérieurs du Maroc ont été marqués par une aggravation du déficit de la balance commerciale de 6,9% durant les sept premiers mois de 2017, s'élevant à plus de 111 milliards de dirhams (MMDH) contre 103,8 MMDH un an auparavant, selon l'Office des changes.

Cette aggravation est imputable à l'augmentation des importations (+16,5 MMDH), plus importante que celle des exportations (+9,3 MMDH), explique l'Office des changes dans une note sur les indicateurs préliminaires du mois de juillet 2017, précisant que le taux de couverture des importations par les exportations a stagné à 55,9%.

L'accroissement des importations à 251,8 MMDH est essentiellement attribuable à la hausse des produits énergétiques (+33,4%), de produits bruts (+11,6%), de produits finis de consommation (+4,4%), de produits bruts (+2,8%), de biens d'équipement (+1,8%) et des produits alimentaires (+1,3%), relève l'Office des changes.

Concernant les exportations, elles sont passées de 131,4 MMDH à fin juillet 2016 à 140,8 MMDH, souligne la même source, faisant savoir que cette évolution trouve son origine dans la hausse des ventes de la quasi-totalité des secteurs, principalement celles de l'Industrie pharmaceutique (+10,4%), de l'Aéronautique (+10,3%), de l’Agriculture et agroalimentaire (+10,1%), des phosphates et dérivés (+7,9%), de l'Électronique (+6,4%), du Textile et Cuir (+3%) et de l’Automobile (+2%).

Hausse du flux des IDE

S’agissant des flux des  Investissements directs étrangers (IDE), ils se sont chiffrés à 16,4 milliards de dirhams (MMDH) durant les sept premiers mois de 2017, contre 12,3 MMDH un an auparavant, soit une hausse de 33,8%, selon l'Office des changes.

Quant aux recettes des Marocains résidant à l'étranger (MRE), elles ont été quasi-stables, passant de 35,1 MMDH à 35,2 MMDH au titre des sept premiers mois de 2017, ajoute la même source.

Concernant la balance Voyages, elle fait ressortir un excédent de 24,5 MMDH à fin juillet 2017 contre 25 MMDH durant la même période en 2016, soit un recul de 2,3%. Cette évolution s'explique par la hausse des dépenses de 20,1% à 9,5 MMDH, plus importante que celle des recettes (34 MMDH contre 33 MMDH à fin juillet 2016), précise-t-on.

 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.