Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 26 Septembre 2017

  •   Maghreb Emergent avec MAP
  • dimanche 20 août 2017 16:31

Maroc : le déficit de la balance commercial s'aggrave de 6,9% à fin juillet

L’aggravation du déficit  est imputable à l'augmentation des importations (+16,5 MMDH), plus importante que celle des exportations (+9,3 MMDH), explique l'Office des changes.

 

Les échanges extérieurs du Maroc ont été marqués par une aggravation du déficit de la balance commerciale de 6,9% durant les sept premiers mois de 2017, s'élevant à plus de 111 milliards de dirhams (MMDH) contre 103,8 MMDH un an auparavant, selon l'Office des changes.

Cette aggravation est imputable à l'augmentation des importations (+16,5 MMDH), plus importante que celle des exportations (+9,3 MMDH), explique l'Office des changes dans une note sur les indicateurs préliminaires du mois de juillet 2017, précisant que le taux de couverture des importations par les exportations a stagné à 55,9%.

L'accroissement des importations à 251,8 MMDH est essentiellement attribuable à la hausse des produits énergétiques (+33,4%), de produits bruts (+11,6%), de produits finis de consommation (+4,4%), de produits bruts (+2,8%), de biens d'équipement (+1,8%) et des produits alimentaires (+1,3%), relève l'Office des changes.

Concernant les exportations, elles sont passées de 131,4 MMDH à fin juillet 2016 à 140,8 MMDH, souligne la même source, faisant savoir que cette évolution trouve son origine dans la hausse des ventes de la quasi-totalité des secteurs, principalement celles de l'Industrie pharmaceutique (+10,4%), de l'Aéronautique (+10,3%), de l’Agriculture et agroalimentaire (+10,1%), des phosphates et dérivés (+7,9%), de l'Électronique (+6,4%), du Textile et Cuir (+3%) et de l’Automobile (+2%).

Hausse du flux des IDE

S’agissant des flux des  Investissements directs étrangers (IDE), ils se sont chiffrés à 16,4 milliards de dirhams (MMDH) durant les sept premiers mois de 2017, contre 12,3 MMDH un an auparavant, soit une hausse de 33,8%, selon l'Office des changes.

Quant aux recettes des Marocains résidant à l'étranger (MRE), elles ont été quasi-stables, passant de 35,1 MMDH à 35,2 MMDH au titre des sept premiers mois de 2017, ajoute la même source.

Concernant la balance Voyages, elle fait ressortir un excédent de 24,5 MMDH à fin juillet 2017 contre 25 MMDH durant la même période en 2016, soit un recul de 2,3%. Cette évolution s'explique par la hausse des dépenses de 20,1% à 9,5 MMDH, plus importante que celle des recettes (34 MMDH contre 33 MMDH à fin juillet 2016), précise-t-on.

 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Bentalha, thérapie de groupe au CPP pour dire l’innommable

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie : Nouvelle circulaire de la Banque Centrale pour mieux gérer les risques de blanchiment d’argent

 La Banque centrale de Tunisie (BCT) a publié, le 19 septembre 2017, une nouvelle circulaire adressée aux banques et aux établissements financiers, pour mieux gérer les risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme, disponible sur son site web.

L’Algérie face à la crise : un Quantitative Easing pour quel Qualitative Easing? (contribution)

  Il n’y a pas de solutions miracles à une crise qui est la conséquence d’un aveuglement de plusieurs décennies, estime Othmane Benzaghou. Le recours au financement non-conventionnel n’est pas la panacée, le pays doit engager des réformes nécessaires parfois «douloureuses » mais qui peuvent sur cinq à dix ans inscrire l’Algérie dans sa modernité économique et celle de son environnement régional...

"La Tunisie vit au-dessus de ses moyens" selon le Pr Fatma Marrakchi Charfi (Entretien)

La Tunisie vit au-dessus de ses moyens, et la loi de finances 2018 constituera un véritable exercice d’équilibriste pour le nouveau gouvernement, confronté à une telle situation économique. C’est ce que pense Fatma Marrakchi Charfi, Pr universitaire en Sciences économiques, dans un entretien accordé à l’agence TAP.