Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 17 Décembre 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • jeudi 5 octobre 2017 11:00

Maroc - La pauvreté a reculé entre 2004 et 2014 et reste principalement rurale

Crédit photo : Corinne Béguin (publiée sur : https://www.happyknowledge.com). 

Le recul important de la pauvreté multidimensionnelle au Maroc constaté par le HCP n’est pas équitablement réparti. Il est plus important en milieu urbain qu’en milieu rural où vivaient, en 2014, 85,4% des pauvres contre 80% en 2004.

 

Selon une étude du Haut Commissariat marocain au Plan (HCP), présentée hier à Rabat et dont les principaux éléments ont été rapportés par la presse marocaine, la pauvreté multidimensionnelle a sensiblement baissé au Maroc entre 2004 et 2014, année du dernier recensement de la population.

L’effectif global de la population en situation de pauvreté multidimensionnelle, indique le HCP, a baissé à raison de 9,4% par an entre 2004 et 2014, passant ainsi de 7,5 millions de personnes à 2,8 millions.

Pour rappel, le calcul de la pauvreté multidimensionnelle intègre d’autres éléments que le simple revenu. Ces éléments sont le nombre de biens mobiliers possédés (télévision, téléphone, etc.), l’alimentation, la mortalité infantile, le nombre d’années de scolarisation, l’accès à l’électricité, à l’eau potable et aux sanitaires, la qualité du solde l’habitat et, enfin, le combustible utiliser dans la cuisine.

 

45,2% des communes rurales connaissent un déficit en éducation

 

Le recul important de la pauvreté multidimensionnelle au Maroc constaté par le HCP n’est pas équitablement réparti. Il est plus important en milieu urbain qu’en milieu rural où vivaient, en 2014, 85,4% des Marocains pauvres, contre 80% en 2004.

Dans une étude rendue publique par l’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) le 28 septembre 2017, l'indice de développement local multidimensionnel (IDLM) marocain s'est établi à 0,70 sur une échelle allant de 0 à 1, ce qui signifie, selon les rédacteurs du document, que « les déficits en développement s'élèvent à une moyenne de 30% dans chacune des dimensions du développement ».

 

Classement des régions selon l'indice de développement local multidimensionnel de la plus pauvre à la plus riche (publié par « Tel quel » ; source : OMDH).Classement des régions selon l'indice de développement local multidimensionnel de la plus pauvre à la plus riche (publié par « Tel quel » ; source : OMDH).

 

L’IDLM, indique l’étude de l’OMDH, « tient en compte les dimensions non-monétaires du développement » et « résume le progrès cumulé dans six dimensions du développement, de la santé, de l'éducation, de l'emploi, du logement, de l'accès aux services sociaux et du cadre de vie des ménages ».

Le document, élaboré sur la base des résultats du Recensement de la population de 2014, pointe un déficit de développement deux fois plus important dans les campagnes que dans les villes : 45,2% des communes rurales connaissent un déficit en éducation, 40% pour le cadre de vie, 37,3%, suivi de l'habitat (25,0%), des services sociaux (22,3%) et de l'activité économique (10,4%).


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP se déchire sur Algériens et Palestiniens par temps de « Chedda »

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"LA TUNISIE DANS LA LISTE DES PARADIS FISCAUX, UN CLASSEMENT QUI EMBARRASSE TOUT LE MONDE".

A ne pas manquer

Prev Next

Polémique sur la promotion de Tamazight : Lotfi DK appelle à l’arrêt des hostilités sur Facebook

 La polémique qui fait rage sur les réseaux sociaux sur le refus des députés de la majorité une proposition d’amendement du projet de loi de finances pour l’année 2018 portant sur la promotion de la langue amazighe a fait réagir le chanteur engagé du Rap Lotfi DK.

Le taux de chômage en Algérie devrait atteindre 13,2 % en 2018 (étude)

  Une étude sur les défis de la démographie au Maghreb relève un décalage entre le capital humain et les besoins du marché de l'emploi, malgré les importants investissements consentis dans l'enseignement supérieur.

57 % des Algériens ont une opinion positive sur l’Union européenne (sondage)

Plus de 60%  des personnes sondées pensent que l'UE devrait en faire plus sur les questions liées aux droits de l'homme, près de 70% sur le commerce et près de 60% des personnes interrogées attendent davantage dans le domaine de la migration et de l'éducation.