Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Avril 2018

  •   Maghreb Emergent
  • samedi 14 octobre 2017 10:09

Maroc : Le gouvernement prévoit un ralentissement de la croissance en 2018

L'économie marocaine reste encore fortement dépendante des performances de l'agriculture, selon le HCP.

 

La croissance de l'économie marocaine ralentira en 2018. Selon le ministère des Finances, elle ne sera que de 3,2% contre 3,1% prévus par Banque mondiale et 2,9% par le Haut-commissariat au plan (HCP). L'économie marocaine reste encore fortement dépendante des performances de l'agriculture, selon le HCP. Le PIB non agricole, dont la croissance est estimée à 3% en 2018 par la BM, ne suffira pas à accélérer la croissance économique. Ce fléchissement va s'accompagner par une faible création d'emploi, et les postes qui seront créés par les nouveaux secteurs industriels et les services n’arriveront pas à absorber les entrants sur le marché. Dès lors, il faudra s'attendre à une hausse du chômage l'année prochaine. Au deuxième trimestre 2017, le taux de chômage a augmenté de 2 points, passant à 9,3% et 4.000 postes ont disparu dans l'industrie.

Chômage : Des niveaux alarmants

Dans les villes en particulier, le chômage des jeunes et des femmes atteint des niveaux alarmants: 23,8% pour les femmes, 40,3% pour les 15-24 ans, 21,4% pour les 25-34 ans et 19% pour les diplômés. Le Maroc qui a fait le choix d'une politique budgétaire prudente sera également confronté à une augmentation du déficit courant. Même si les transferts des MRE et les recettes touristiques restent dynamiques, le déficit financier restera élevé, à environ 5% du PIB.


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La CEDEAO, cadre “idoine” pour institutionnaliser le partenariat d’exception Maroc-Afrique de l’Ouest (Brahim Fassi Fihri)

  La conférence d’Abidjan est initiée par l’Institut Amadeus en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et avec la collaboration du Centre ivoirien des recherches économiques et sociales (CIRES).

La France expulse un imam salafiste vers l'Algérie

  La Cour a rejeté la demande de l'avocat de l'imam de suspendre provisoirement son expulsion.

L'UA appelle la communauté internationale à soutenir la résolution politique du conflit en Libye

  Une force tripartite de l'UA, de l'Union européenne (UE) et de l'ONU tente de venir en aide aux migrants africains bloqués en Libye.