Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 21 Janvier 2018

  •   Xinhua
  • samedi 21 octobre 2017 17:01

La Banque mondiale appelle le Maroc à investir dans le capital immatériel pour accélérer son émergence économique

La Banque mondiale (BM) appelle le Maroc à réorienter ses politiques publiques vers le développement de son capital immatériel, afin de réaliser un rattrapage économique accéléré.

 

Dans son rapport du mémorandum économique intitulé "Le Maroc à l'horizon 2040 : Investir dans le capital immatériel pour accélérer l'émergence économique", l'institution incite le Maroc à saisir les opportunités qu'offrent sa transition démographique, son urbanisation et sa scolarisation croissante pour "approfondir ses réformes structurelles et rééquilibrer son modèle de croissance".

En choisissant d'investir dans le capital immatériel, le pays se doterait d'"une véritable stratégie de développement cohérente et transversale" et serait naturellement amené à "faire évoluer sa stratégie de développement et à renforcer la gouvernance des politiques sectorielles", estime le rapport.

A ce titre, le Mémorandum propose des pistes de réflexion à même de "faciliter la mise en œuvre d'un scénario ambitieux mais réaliste, capable d'accélérer la croissance économique de manière durable et de réaliser un développement social et humain plus inclusif".

Dans ce sens, le Maroc doit mettre l'éducation au cœur de ses réformes à travers une démarche destinée à "remédier aux principales entraves qui pèsent sur le système éducatif", dans l'objectif d'améliorer significativement le niveau des élèves marocains.

Le rapport recommande également d'investir dans la santé en vue de renforcer le capital humain, en élargissant la couverture médicale, en améliorant l'efficacité des services de santé publics et en renforçant la gouvernance générale du système de santé.

Un diagnostic de la performance économique et sociale du Royaume au cours des 15 dernières années avant de se projeter en 2040 fait notamment ressortir une croissance du taux d'emploi de la population en âge de travailler, passant de 45% en 2015 à 55% en 2040, principalement sous l'effet d'"un doublement du taux d'emploi des femmes".

Dans ce sens, la BM table sur une croissance tendancielle "plus forte et durable" de l'ordre de 4,5% par an en moyenne jusqu'en 2040.

Par ailleurs, le rapport appelle à moderniser la fonction publique en poursuivant résolument les efforts de décentralisation, en améliorant les performances du personnel et de l'administration, en réduisant les effectifs superflus et en rationalisant l'administration.

Il est également question d'améliorer les institutions d'appui au bon fonctionnement des marchés, en instaurant les mêmes règles du jeu pour tous les acteurs économiques, et notamment l'établissement d'une concurrence libre et loyale, et en promouvant un changement culturel à l'égard de l'entreprise et de l'innovation.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

La hausse du prix des carburants ? - 52.1%
La taxe à 30% et plus du matériel informatique ? - 33%
L’augmentation du prix du tabac ? - 10.1%

Total votes: 1704

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Un accord d'exploitation du champ de Rhoude el Krouf signé entre Sonatrach, Alnaft et Cepsa

  Le gisement de Rhoude El Khrouf ( RKF) a été découvert au sein du périmètre contractuel du champ de Rhoude Yacoub, en septembre1992, suite au forage du puits RKF1 et a été mis en production le 31 mai 1996.

Algérie : Ouyahia répond aux critiques de Chakib Khelil

L’ex-ministre de l’Energie a critiqué, entre autres, le recours au financement non conventionnel, qu’il considère comme générateur d’inflation. 

Algérie: La commission chargée d'élaborer la liste des métiers pénibles a été installée

Selon le ministre, le nombre de retraités comparé aux cotisants est d’un retraité pour 2,5 cotisants alors que cette moyenne devrait être d’un retraité pour 5 cotisants.