Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 21 Janvier 2018

  •   Boualem Alami
  • mardi 31 octobre 2017 14:56

Mohamed Boussaid veut revoir le modèle de développement économique marocain

 

"L'emploi ne suit pas les évolutions de la croissance", selon Mohamed Boussaïd, cité ''Inspirations Éco''.

 

Le ministre marocain de l'Economie Mohamed Boussaid veut revoir le modèle de développement économique du pays. Ce modèle aurait atteint ses limites, selon lui.

 Le ministre de l'Economie Mohamed Boussaïd a relevé cinq limites au modèle de développement économique du Maroc. Il a expliqué dans son intervention durant la conférence-débat organisée par le Mouvement Damir à Casablanca le 27 octobre, que ces limites "bloquent le chemin vers l'émergence". Selon ''Inspirations Éco'', il a énuméré ces "tares" qui affectent le modèle de développement économique marocain en pointant d'abord une croissance à faible contenu d'emplois. Le ministre a souligné qu'entre 2000 et 2007, il y a eu la création de 320.000 emplois, au moment où la croissance était de 4,2%. Et, lorsque la croissance du PIB était de 3,2% entre 2010 et 2016, il n'y a eu que 26.000 emplois créés. "L'emploi ne suit pas les évolutions de la croissance", selon Mohamed Boussaïd, cité ''Inspirations Éco''. Selon le HCP, le taux de chômage au Maroc est de 9,3% au troisième trimestre 2017 avec 1,123 million de chômeurs.

Le ministre a cité également le déficit dans ses accords de libre échange. ''Le Maroc est déficitaire dans l'ensemble des accords de libre-échange", explique t-il. Le Maroc, outre l'UE, a plusieurs accords de libre échange, notamment avec les Etats-Unis, la Turquie et les pays membres de l'Accord d'Agadir (Tunisie, Jordanie).

Il y a également, affirme M. Boussaid, ''une gouvernance économique et sociale peu performante. Cette limite est le fait de la "corruption endémique que connaît le pays", a-t-il dit. Le Maroc est un pays très mal noté par Transparency international en matière de lutte contre la corruption, avec une note de 3,7/100.

Il propose des solutions pour le nouveau modèle de développement économique, et cite, selon ''Inspirations Eco'', ''le capital humain, le capital social et les institutions.'' ''Ces axes de réflexions se focalisent sur des facteurs non économiques touchant le développement humain et la gouvernance", explique le ministre, selon lequel ''le prochain modèle de croissance devrait améliorer le processus de production des richesses afin que la croissance profite à l'ensemble des Marocains".

 

 


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Une note de 3,7 dans le classement de Transparency International en matière de lutte contre la corruption ? pourquoi pas 0,37, ou 0.037, faut pas déconner quand même ! Le Maroc avec 37 points est classé 90ème, derrière la Tunisie avec 41 points classée 75ème . L'Algérie classée 108ème avec 34 points

    Rapporter Zakaria jeudi 4 janvier 2018 06:38
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

La hausse du prix des carburants ? - 52.1%
La taxe à 30% et plus du matériel informatique ? - 33%
L’augmentation du prix du tabac ? - 10.1%

Total votes: 1704

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Un accord d'exploitation du champ de Rhoude el Krouf signé entre Sonatrach, Alnaft et Cepsa

  Le gisement de Rhoude El Khrouf ( RKF) a été découvert au sein du périmètre contractuel du champ de Rhoude Yacoub, en septembre1992, suite au forage du puits RKF1 et a été mis en production le 31 mai 1996.

Algérie : Ouyahia répond aux critiques de Chakib Khelil

L’ex-ministre de l’Energie a critiqué, entre autres, le recours au financement non conventionnel, qu’il considère comme générateur d’inflation. 

Algérie: La commission chargée d'élaborer la liste des métiers pénibles a été installée

Selon le ministre, le nombre de retraités comparé aux cotisants est d’un retraité pour 2,5 cotisants alors que cette moyenne devrait être d’un retraité pour 5 cotisants.