Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Avril 2018

  •   Boualem Alami
  • mardi 31 octobre 2017 14:56

Mohamed Boussaid veut revoir le modèle de développement économique marocain

 

"L'emploi ne suit pas les évolutions de la croissance", selon Mohamed Boussaïd, cité ''Inspirations Éco''.

 

Le ministre marocain de l'Economie Mohamed Boussaid veut revoir le modèle de développement économique du pays. Ce modèle aurait atteint ses limites, selon lui.

 Le ministre de l'Economie Mohamed Boussaïd a relevé cinq limites au modèle de développement économique du Maroc. Il a expliqué dans son intervention durant la conférence-débat organisée par le Mouvement Damir à Casablanca le 27 octobre, que ces limites "bloquent le chemin vers l'émergence". Selon ''Inspirations Éco'', il a énuméré ces "tares" qui affectent le modèle de développement économique marocain en pointant d'abord une croissance à faible contenu d'emplois. Le ministre a souligné qu'entre 2000 et 2007, il y a eu la création de 320.000 emplois, au moment où la croissance était de 4,2%. Et, lorsque la croissance du PIB était de 3,2% entre 2010 et 2016, il n'y a eu que 26.000 emplois créés. "L'emploi ne suit pas les évolutions de la croissance", selon Mohamed Boussaïd, cité ''Inspirations Éco''. Selon le HCP, le taux de chômage au Maroc est de 9,3% au troisième trimestre 2017 avec 1,123 million de chômeurs.

Le ministre a cité également le déficit dans ses accords de libre échange. ''Le Maroc est déficitaire dans l'ensemble des accords de libre-échange", explique t-il. Le Maroc, outre l'UE, a plusieurs accords de libre échange, notamment avec les Etats-Unis, la Turquie et les pays membres de l'Accord d'Agadir (Tunisie, Jordanie).

Il y a également, affirme M. Boussaid, ''une gouvernance économique et sociale peu performante. Cette limite est le fait de la "corruption endémique que connaît le pays", a-t-il dit. Le Maroc est un pays très mal noté par Transparency international en matière de lutte contre la corruption, avec une note de 3,7/100.

Il propose des solutions pour le nouveau modèle de développement économique, et cite, selon ''Inspirations Eco'', ''le capital humain, le capital social et les institutions.'' ''Ces axes de réflexions se focalisent sur des facteurs non économiques touchant le développement humain et la gouvernance", explique le ministre, selon lequel ''le prochain modèle de croissance devrait améliorer le processus de production des richesses afin que la croissance profite à l'ensemble des Marocains".

 

 


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Une note de 3,7 dans le classement de Transparency International en matière de lutte contre la corruption ? pourquoi pas 0,37, ou 0.037, faut pas déconner quand même ! Le Maroc avec 37 points est classé 90ème, derrière la Tunisie avec 41 points classée 75ème . L'Algérie classée 108ème avec 34 points

    Rapporter Zakaria jeudi 4 janvier 2018 06:38
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La CEDEAO, cadre “idoine” pour institutionnaliser le partenariat d’exception Maroc-Afrique de l’Ouest (Brahim Fassi Fihri)

  La conférence d’Abidjan est initiée par l’Institut Amadeus en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et avec la collaboration du Centre ivoirien des recherches économiques et sociales (CIRES).

La France expulse un imam salafiste vers l'Algérie

  La Cour a rejeté la demande de l'avocat de l'imam de suspendre provisoirement son expulsion.

L'UA appelle la communauté internationale à soutenir la résolution politique du conflit en Libye

  Une force tripartite de l'UA, de l'Union européenne (UE) et de l'ONU tente de venir en aide aux migrants africains bloqués en Libye.