Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Younes Ghazaoui
  • lundi 20 novembre 2017 07:43

Pendant ce temps au Maroc: L’industrie du cinéma est une chose sérieuse

Le nombre croissant de tournages qui ont rapporté quelque 280 millions de dirhams (3,4 milliards de dinars) qui ont été investis par des étrangers en 2016.

 

Tourner en décors naturels dans l’Egypte des pharaons, en Algérie ou dans un pays en guerre au Moyen-Orient, sans avoir à souffrir de lenteurs administratives ni prendre de risques sécuritaires ? Quoi de mieux que le Maroc pour le faire ?  C’est d’ailleurs le choix d’un nombre croissant de réalisateurs et de producteurs. Ainsi, American Sniper, Des hommes et des Dieux, The Mummy où le dernier James Bond Spectre, ont été tournés au Maroc. S’il n’est pas nouveau, l’engouement des industries du cinéma occidentales pour le royaume s’est accentué ces dernières années ; il est le fruit d’une stratégie voulue par les autorités marocaines. Une approche reposant d’abord sur un atout de taille : un pays aux multiples paysages, puis des facilités accordées aux productions et enfin, un contexte géopolitique en faveur d’une localisation des tournages outre Oued Aghbil.  

« Marketter » le produit Maroc

Artistiquement d’abord. Le Maroc est sans conteste un musée à ciel ouvert, avec ses sites historiques, héritage du rayonnement bérbèro-arabo-andalou. Le pays représente ce que l’imaginaire occidental conçoit comme la beauté orientale. Les cinéastes y trouvent des milliers de sujets et de paysages. Tourner au Maroc, c’est un peu perpétuer l’œuvre de Martin Curtiz et de son légendaire «Casablanca».

Le Maroc est un « beau produit » et nos voisins ne sont pas les derniers quand il s’agit de marketter. Le marketing du produit Maroc se fait de manière plus soutenue depuis l’avènement de MVI, et repose sur une stratégie à deux axes. En parallèle à une approche touristique pure – Tours operators, hôtels, activités – il s’agit aussi de promouvoir une image, un concept de ce que serait le Maroc selon ses promoteurs, un havre de paix pour les touristes et les investisseurs. Quoi de mieux que le cinéma ?

Alors, on crée des événements, des festivals. Le plus connu étant celui de Marrakech, se déroulant en chaque mois de décembre, au meilleur de la saison touristique. Ce festival n’a sans doute aucune valeur ajoutée au Cinéma en tant qu’art, mais participe pleinement à la promotion de la ville hôte et du pays qu’elle représente. La présence de stars mondiales dans la ville ocre, relayée par la presse et les médias, donnent cette image d’un pays paisible, beau et ouvert.Voilà pour la Partie rêve, mais Il faut aussi faire du business. 

La Bataille de l’attractivité est aussi cinématographique

Depuis plusieurs années, le Maroc multiplie les initiatives pour attirer le maximum de tournages sur son sol. C’est un apport en devise non négligeable et un secteur créateur d’emplois certain.  Le nombre croissant de tournages qui s’y déroulent chaque année (Long et Court métrages, clip et documentaires) ont rapporté quelque 280 millions de dirhams (3,4 milliards de dinars) qui ont été investis par les étrangers en 2016.

C’est le Centre cinématographique marocain, le CCM (1), qui dirige l'action. Vénérable institution datant de 1944 et dépendant du ministère de la Communication, elle est dirigée depuis peu par Sarim Fassi-Fihri.  Ce dernier est l’un des plus grands producteurs marocains en exercice, il est aussi propriétaire d’un des grands studios de tournage du pays, CINEDINA. Un chef d’entreprise privée à la tête d’un organisme public, cela ferait crier ailleurs, mais pas au royaume, où l’on confie la direction de l’action publique à ceux qui ont fait leurs preuves dans le privé, et tant que ça marche, on ne se soucie pas trop d’éventuels conflits d’intérêt.

Revenons à l’action. Depuis qu’il est à la tête du CCM, M. Fassi-Fihri est le grand promoteur de la destination Maroc, auprès des grands Studios mais aussi auprès des autorités. Sa dernière victoire est l’adoption par le gouvernement (inscrit dans la loi de finances 2016 et promulgué en juillet 2017) du remboursement de 20% des frais de tournage au Maroc. Ces frais sont toutes les dépenses effectuées au Maroc et en Dirhams, pour les productions dont le budget dépasse les 10 millions de dirhams (120 millions de Dinars).

Ce décret est censé attirer les investissements étrangers dans le cinéma, mais aussi la création de filiales locales, et permettre au pays de se placer dans la course de la région MENA, dans laquelle on retrouve La Jordanie (2) ou la Tunisie (3) qui sont dotés d’arguments qu’ils font valoir. Les incitations financières ne sont pas les seuls atouts du Maroc. Depuis quelques années, le pays s’est doté de studios de tournage de niveau mondial à Ouarzazate et à Casablanca, fruits d’investissements étrangers ou marocains. S’ajoute à cela l’expérience qu’accumulent les différents professionnels locaux dans la production cinématographique et les autorités civiles et militaires qui fournissent des aides humaines et matérielles substantielles, voire extraordinaire, comme en 2014 ou une partie de l’autoroute Marrakech-Agadir fut fermée pendant deux semaines pour les besoins du tournage de Mission Impossible 5.  

Une industrie naissante mais menacée

Pourtant, des voix s’élèvent et s’inquiètent. Celles-ci dénoncent une industrie cinématographique tournée vers l’export, les productions nationales ne profitant pas de l’embellie. Elles restent souvent élitistes ou confidentielles, avec des entrées en régression et une tendance à la baisse du nombre de tournage de films marocains.

En effet, le pays souffre comme ses voisins du Maghreb d’un manque de salles de cinéma et une industrie de DVD pirate florissante, empêchant l’émergence d’un marché qui rétribuerait les créateurs.

D’autre part, d’autres s’inquiètent de l’intrusion de la politique dans le 7ème art, qui aurait nuit à l’image d’ouverture que veut véhiculer le pays, à l’image des polémiques sur la censure de « Much Loved » de Nabil Ayouch, ou la censure partielle de EXODUS de Ridley Scott en 2014. Ces incidents ont non seulement porté atteinte aux œuvres cinématographiques mais ont également écorné l’image de tolérance qui est censée garantir la liberté de création.

Sources :

(1)  http://www.ccm.ma/

(2)  http://www.film.jo/

(3)  https://www.cnci.tn/

 

 


Évaluer cet élément
(6 Votes)

Laissez un commentaire



5 Commentaires

  • Bravo mr BELKBIR. Tu es un vrai intellectuel. Tu as donné une leçon inoubliable avec un style magnifique et respectable à ce mr. Vengilis ignorant. Voilà dont en a besoin dans le maghreb unit.

    Rapporter Baka mardi 21 novembre 2017 13:46
  • RANI GUIR ZA3FNAE

    Note: Las ! Quand on essaye de lire les insipides tirades de
    petits d´esprits survoltés, petits d´esprit même pas des petits esprits car les petits esprits savent au moins rester dans un sujet, alors c´est avec plaisir de faire un saut dans le temps et
    retourner à notre vieille salle de cinéma. Gamins on achetait un billet pour aller voir un film.

    Située en plein centre du village, juxtaposée à la station des autocars , notre salle de cinéma était unique.

    Unique du fait que les films exposés étaient un mélange magnifique de films égyptiens, indiens, westerns ou autres

    Le tout rafistolé, collé et racommodé pour donner une oeuvre surréaliste. Et quelle oeuvre !

    Le fim débutait avec un western et ses cow.boys, les coups de feu, les duels puis on se retrouvait en Égypte avec des
    chansons et des intrigues pour ensuite atterrir en Inde parmi de belles indiennes hautes en couleurs dans des danses
    éoustouflantes avant de décoller vers un film dans une langue inconnue en plein paysage alpin.

    Unique aussi parce que le billet acheté à 1,50 DH donnait droit à l´entrée au cinéma, à un bol de soupe (harrira) et à un voyage aller ou retour dans l´autocar qui faisait la navette entre notre village Tiznith et le village voisin.

    La salle de cinéma, la notre, avait aussi une architecture unique. Demi-plafond génial car en été pas besoin de climatisation, et en hiver les spectateurs se tassaient tout bonnement sous le demi-plafond.

    Les petits d´esprit, pas les petits esprist car ces derniers petits esprits ont l´intuition et de bien garder leur petite langue dans leur petite bouche sachant qu´ils ne font que répéter les mêmes bêtises et donc se tiennent au sujet de l´article, les petits d´esprit ignorent qu´ils sont touchés par une tare nommée écholalie.

    Vue que ces petits d´esprit se croient spirituels dans leurs explosions de bêtises hors-sujet et à répétitions, il est nécessaire d´explqiuer ce que écholaie signifie dans leur cas précis.

    Un individu touché par l´écholalie est souvent aussi atteint de tics. Mais vue que les petits d´esprit ne possèdent pas la faculté mentale nécessaire à la subtilité, on va simplifier
    car on a pitié de ces pauvres petits d´esprit.

    Écholalie. Le mot est prononcé, veut dire qu´un petit d´esprit donné ne possède comme répertoire que quelques brides de phrases. Ce petit d´esprit se croit posséder la vérité absolue. D´autant plus, ce petit d´esprit est tellement additif à son écholalie que cette echolalie prend caractère manifeste d´un tic-psychotique.

    Patience.

    Pour que notre petit d´esprit à nous puisse prétendre au titre d´echolaie il lui faut remplir quelques conditions. Faisons le test:

    1- Notre petit d´esprit est 100% hors sujet (Vrai/faux?)

    2-Notre petit d´esprit est persuadé de représenter
    tout un pays et possède la vérité absolue. (vrai/faux?)

    3-Notre petit d´esprit bien que n´utilisant que des auto-collés
    attaque quiconque exprime une opinion, n´importe laquelle
    (Vrai/faux)

    4-En essayant de lire les brouillons de notre petit d´esprit on remarque que l´insulte directe, la mal-politesse, l´irrespect et l´enfantilité sont omniprésents (Vrai/ faux?)

    5-Dés que notre petit d´esprit voit un article que ce soit sur l´industrie cinématogarphique ou autres dans lequel un journaliste ou un reporter nomme le terme " Maroc" notre
    petit d´esprit pond les mêmes, exactement les mêmes tirades. (Vrai/ faux?)

    6-Même les compatriotes de notre petit d´esprit, dernièrement un inventeur algérien respecté n´a pas plu à notre petit d´esprit et même quand cet inventeur poliment
    essaya de rappeler notre petit d´esprit à l´ordre, notre petit d´esprit persista (Vrai/ faux?)

    7- Notre petit d´esprit, ne possédant aucune culture générale et trop petit d´esprit pour enrichir les débats ou contrôler ses sources avant de lancer des bêtises, notre petit d´esprit répète exactement les mêmes inepties. Á répétition(Vrai/faux?)

    8- Notre petit d´esprit essaye de masquer son ignorance et
    sa petitesse d´esprit derrière un style en essayant d´imiter ses maîtres avec un résultat déplorable car son esprit gangrené par les tics écholaliques n´est pas apte à écrire
    seulement une phrase avec un contenu propre. (Vrai/faux?)

    La liste est longue mais constatons que notre petit d´esprit à nous remplit toutes les conditions sus-citées. La conclusion que l´on devrait tirer est que notre petit d´esprit, touché par une écholalie gravissime devrait se reposer, éviter l´internet syrtout les articles ayant trait au...(maroc) en petits caractères pour ne pas déclencher une cascade de tics, car
    à la longue notre petit d´esprit entrera sans doutes dans une phase psychotique. Ce qui serait dommage.

    Enfin, voici comment fonctionne notre petit d´esprit et l´exemple de cet article sur l´industrie cinématogarphique est un exemple typique:

    -Notre petit d´esprit attaque l´auteeur ( que de nom..) comme si le nom d´un auteur est une garantie de qualité. Directement, sans vergogne.

    -Notre petit d´esprit ne nous éclaire pas sur l´industrie cinématographique algérienne qui a ses lettres de noblesse au delà du magnifique " La Bataille d´Alger". Non, ce petit d´esprit ne peut même pas imaginer que des acteurs, producteurs, scénaristes algériens ont travaillé au (maroc) en petites lettres pour ne pas irriter notre petit d´esprit.

    -Notre petit d´esprit ignore naturellemnt, c´est au delá de sa faculté d´abstraction, que Belkbir(Belsguir) a connu personnellement un acteur-producteur algérien qui passe souvent au Maroc, un producteur plus nationaliste et plus patriote que notre petit d´esprit.

    -Notre petit d´esprit se caractérise donc par une cascade de tics écholaliques, dans toutes ses interventions sans aucune exception:

    Exemples:
    L´article ci-dessus traite sur la problématique de l´industrie cinématographique au Maroc.

    C´est trop pour notre petit d´esprit qui nous parle du drâme
    de 15 femmes mortes à Essaouira, sans connaître le sujet.
    Notre petit d´esprit nous pond un tic: sans le sou...

    Puis notre petit d´esprit nous parle que 30 % de Marocains n´ont pas de toilettes et nous livre nesuite une trirade sur les
    3roubias.....Comparés à quel pyas? Statisqtiues?

    Ce alors que sans les 3roubias de notre petit d´esprit , le Maroc ne serait pas le premier exportateur de fruits et légumes vers l´Espagne, comme simple exemple, car notre petit d´esprit risque d´avoir une crise si on l´informe sur les autres marchés investis par ces 3roubias sans toilettes.

    Écrivez le mot Maroc et notre petit d´esprit aura une crise de nerfs et ses tics écholaies sont :

    -roitelet.narcotraficant, pays des sans le sou, baises la main,
    prostituées.

    C´est en fait le seul répertoire et le seul capital pseudo-intellectule de notre petit d´esprit et des autres petits d´esprit.

    Dans ces cas là, vue que l´intervenant "SAIDO" est une autre fois victime de l´echolalie de notre petit d´esprit, conseillaons à la signature "SAIDO" d´ignorer totalemnt ce petit d´esprit qu´Allah lui donne la santé mentale.

    On était au cinéma et on se retrouve dans le film psychotique
    de notre petit d´esprit.

    Dans ce genre de situations, notre petit d´esprit ferait mieux d´écouter et de regarder la vidéo RANI ZA3FANE de Anes Tina.

    C´est plus près de chez notre petit d´esprit et c´est beaucoup plus bénéfique pour sa santé mentale.

    Nous attendons avec impatience une vidéo de notre petit d´esprit pour répondre à RANI ZA3FANE de Anes Tina, heureusemenr qu´Anes Tina n´a pas nommé le mot Maroc dans son oeuvre artistique. On y reviendra.

    Mais, main sur le coeur, une vidéo de notre petit d´esprit serait magnifique de tics, d´écholalie et de bêtises.

    Rapporter Belkbir mardi 21 novembre 2017 11:56
  • @ saïdo l'analphabète

    Et si tu parlais en français afin qu'on comprenne tes conneries.

    " le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt", dit-on.

    Et c'est un fait de vanter du vent comme tu le fais et en langue de 3ouroubi.

    Rapporter Vangelis lundi 20 novembre 2017 20:38
  • avec tout le respect pour nos frères algeriens intègres et le respect et la non ingerence par des commentaires dans les affaires internes de l'algerie,mais ca devient une necessitè a chaque foi de repondre aux solites conneries des haineux, qu'ils l'acceptent ou pas on s'enfous carrèment au maroc il ya ouerzazate une ville qui tourne autour de la production cinematographique mondiale avec plusieurs films mondiaux tournès dans ses studios..... il ya pas de ville similaire et de productions similaires en algerie ni en toute l'afrique a part l'egypte, pour les autres sujets je veux meme pas repondre en listant la cronaque noire de l'algerie de ses dernièrs jours, je veux seulement dire que c'est une honte le drame des femmes qui ont perdu la vie au maroc pour désorganisation comme c'est une grande honte les centaines de femmes et enfants algeriens harraga dans le pays du gaz et petrol. et je m'arrete ici

    Rapporter saido lundi 20 novembre 2017 14:41
  • C'est quoi ces articles de Younez Ghazaoui (que de nom) qui nous vantent les prétendues "lumières" de son Maroc alors que jamais il n'a soufflé mot sur sa narco-terro-monarchie dont l’acronyme est suffisant pour dire le contraire de ses assertions ?

    Heureusement que le monde ne se réduit pas à ses seules lubies.

    Sur ce même site, on peut lire par exemple et rien que pour aujourd'hui :

    Et pendant ce temps : Au moins 15 morts dans une bousculade de distribution alimentaire.

    http://maghrebemergent.info/actualite/maghrebine/82112-maroc-au-moins-15-morts-dans-une-bousculade-pour-des-couffins-de-produits-alimentaires.html

    ou encore, pendant ce temps : une personne sur trois n'a pas accès aux toilettes et autant dans la 3oroubya (mot maroquin désignant la campagne).

    http://maghrebemergent.info/actualite/breves/fil-maghreb/82153-maroc-une-personne-sur-trois-n-a-pas-acces-a-des-toilettes-decentes-et-34-de-la-population-rurale-ne-disposent-pas-d-installations-sanitaires-ewa.html

    C'est pas bien de fanfaronner lorsqu'on n'a pas le sou.

    Rapporter Vangelis lundi 20 novembre 2017 12:25
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

L’approvisionnement de l’Egypte en GPL et GNL algériens en discussions

Parallèlement, le P-DG du groupe algérien Sonatrach a eu des discussions avec le patron de la compagnie pétrolière koweïtienne concernant la coopération dans le domaine du raffinage et de l’industrie  pétrochimique.

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.