Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Avril 2018

  •   Amin Fassi Fihri
  • lundi 20 novembre 2017 18:15

Maroc : Ralentissement de la croissance prévue en 2018 à moins de 4% (FMI)

La loi de Finances 2017, élaborée par le gouvernement sortant d’Abdeil-Ilah Benkirane table sur une croissance de 4,6% pour 2017.

 

Les prévisions de croissance pour 2018 du Maroc tablent sur une baisse du PIB, qui devrait redescendre sous les 4%, après une année 2017 globalement bonne, estiment les experts du FMI, de la BERD (Banque européenne de reconstruction et de développement) et de l’agence de notation Moody’s.  

Selon les prévisions de ces trois institutions, la croissance du PIB du Maroc devrait se situer en dessous des 4% en 2018, la relance économique étant fortement dépendante de plusieurs facteurs dont une bonne production céréalière. Parmi ces facteurs, il y a  notamment les aléas climatiques, l’avancement des réformes entreprises et de la conjoncture internationale, selon les récents rapports du Fonds monétaire international (FMI) et l’agence de notation Moody’s. 

Nicolas Blancher, chef de la mission de consultation du FMI, a indiqué dans un communiqué le 7 novembre dernier à Rabat qu’il "reste encore beaucoup à faire pour promouvoir une croissance plus élevée, durable et plus inclusive". Selon lui, l’année 2018 devrait être marquée par un ralentissement de la croissance ‘’en raison d’un retour à la normale de la production agricole".

La loi de Finances 2017, élaborée par le gouvernement sortant d’Abdeil-Ilah Benkirane table sur une croissance de 4,6% pour 2017. Pour autant le Fonds, lui, estime que cette croissance sera de 4,5% "à moyen terme grâce à la poursuite des réformes structurelles". Mais, ces prévisions sont conditionnées par le FMI par des facteurs extérieurs comme la conjoncture dans les pays développés et émergents, les prix mondiaux de l'énergie, ou encore la stabilité dans la région.

 Un PIB à 4,5% en 2019

De son côté, l’agence de notation Moody’s, par le biais de son vice-président Olivier Panis, estime la croissance du PIB réel du Maroc devrait "rester élevée à 3,5% l'année prochaine avant d'atteindre 4,5% en 2019". Pour lui, "les politiques macroéconomiques saines du pays, la diversification des échanges et la transformation industrielle soutiendront les exportations et l'investissement ".

Quant à la BERD, elle estime que les pays situés dans le sud-est de la Méditerranée devraient enregistrer un taux de croissance de 4% en 2018, sous l’effet du soutien des réformes et du redressement du secteur touristique. Elle relève que le Maroc est le seul pays du sud-ouest méditerranéen qui devrait connaître "une baisse de sa croissance en 2018", qui devrait se situer autour de 3,8%.

Le Haut Commissariat au Plan (HCP) avait indiqué que la croissance, qui avait atteint 3,8% au premier trimestre 2017, avait rebondi à 4,8% au second trimestre 2017. 

Selon le département dirigé par M. Ahmed Lahlimi, cette performance est le résultat de la hausse de 17,4% de la valeur ajoutée agricole contre 14,2% au trimestre précédent. Le HCP estime que 2017 ''devrait rétablir l’équilibre avec 3,6% de croissance'', contre 4,5% pris pour hypothèse dans la Loi de finances 2017. Bank Al Maghrib anticipe quant à elle une hausse de la croissance à 4,2%, alors que pour le Centre Marocain de Conjoncture (CMC) le taux de croissance projetée pour 2017 pourrait atteindre 4,1%, en hausse de près de 3 points par rapport à l’exercice précédent. Mais, cette reprise de la croissance en 2017, devrait se tasser en 2018, selon le FMI et l’agence Moody’s.   

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



4 Commentaires

  • @Mokrane,
    Lorsque j'ai lu votre première phrase et le début de la seconde,j'ai d'abord cru que vous parliez de l'Algérie.

    A la lecture de la suite,je me suis dis que décidément,certains commentateurs,souvent les mêmes,se relaient ici avec le même petit dictionnaire(mais qui ne contient que quelques mots:misère,haschich,prostituées,M6...) et les mêmes éléments de langage,celui du "bashing" Maroc.

    Il en ressort un commentaire stupide,vide de sens et sans aucune information ni source crédible.

    Rapporter azzedino31 mercredi 22 novembre 2017 10:18
  • C'est à croire que le Maroc adore creuser même en ayant touché le fonds. Pauvre pays qui végète dans la misère alors que M6 est devenu en 17 années, la 7eme fortune mondiale et la 1ere en Afrique.

    Rapporter Mokrane mercredi 22 novembre 2017 02:49
  • la croissance sert a avoir la banane très disponible et surtout produite localement a seulement 7/8 dirhams le kilo et pas considerè comme un produit de riches,et de ne pas faire la fille d'attente pour un sachet de lait........alors a quoi sert la richesse du petrole et du gaz et la grande gueule?

    Rapporter saido mardi 21 novembre 2017 16:40
  • À quoi sert une croissance même à deux chiffres quand des femmes sont victimes du "terrorisme de la faim" ?

    Rapporter Bennani lundi 20 novembre 2017 19:53
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La CEDEAO, cadre “idoine” pour institutionnaliser le partenariat d’exception Maroc-Afrique de l’Ouest (Brahim Fassi Fihri)

  La conférence d’Abidjan est initiée par l’Institut Amadeus en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et avec la collaboration du Centre ivoirien des recherches économiques et sociales (CIRES).

La France expulse un imam salafiste vers l'Algérie

  La Cour a rejeté la demande de l'avocat de l'imam de suspendre provisoirement son expulsion.

L'UA appelle la communauté internationale à soutenir la résolution politique du conflit en Libye

  Une force tripartite de l'UA, de l'Union européenne (UE) et de l'ONU tente de venir en aide aux migrants africains bloqués en Libye.