Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   MAP
  • mardi 16 janvier 2018 14:32

Maroc: Réformes du régime de change : Quels impacts?

  

 

La  réforme du régime de change pourrait avoir un imapct sur l’inflation, estime l’universitaire Idriss EL Abbassi.

De report en report, la réforme du régime de change est aujourd’hui une réalité. En effet, après plusieurs mois d’hésitation, le gouvernement a finalement décidé de franchir le pas pour conférer de manière graduelle et progressive plus de flexibilité à la monnaie nationale. 

L’objectif est de renforcer la résilience de l’économie nationale aux chocs exogènes, soutenir sa compétitivité et améliorer son niveau de croissance. 

Mais en quoi consiste cette réforme, quelles en sont les motivations et les répercussions tant sur l’économie que sur les citoyens ? 

Selon M. Idriss EL Abbassi, enseignent à l’Université Mohammed V de Rabat, cette réforme se traduit par l’élargissement de l’intervalle de fluctuation du taux de change marocain. Auparavant, la fluctuation du dirham se faisait dans une bande de +/- 0,3%. Mais à partir d’hier, sa parité est déterminée à l’intérieur d’une bande de fluctuation élargie à ±2,5%, a indiqué M. El Abbasi dans un entretien à la MAP.

Pour cet expert en politique monétaire, cette réforme est devenue nécessaire pour accompagner la dynamique économique du Maroc. Car, a-t-il expliqué, un régime de change évolue, par essence, en fonction du développement du pays de son ouverture sur le reste du monde.

“Plus un pays est ouvert, plus il est développé, plus il tend vers une détermination de la valeur de sa monnaie par le marché (principe de l’offre et de la demande)”, a-t-il ajouté. 

M. El Abbassi a fait savoir que nombre d’études ont conclu à la nécessité de cette réforme, eu égard aux contraintes qu’engendre l’ancien régime de change tant pour la compétitivité des entreprises que pour l’ensemble de l’économie nationale.

Cependant, a-t-il précisé, il ne faut pas s’attendre à un changement radical de la situation en bon ou en mauvais dès la mise en œuvre de cette réforme. La flexibilité du régime de change n’est pas la “solution miracle” aux problèmes économiques du Maroc. C’est un élément parmi un ensemble de réformes, a-t-il estimé. 

Il a noté à cet égard que l’impact escompté des autorités est une meilleure compétitivité de l’économie nationale, mais pour que cette réforme puisse réussir, elle devrait être appuyée par des actions soutenue au niveau de l’éducation et du marché du travail entre autres.

M. El Abbassi  a également tenu à rassurer quant aux implications de cette réforme sur le consommateur et son pouvoir d’achat, relevant à ce propos que les autorités monétaires ont mis en place des instruments pour parer à d’éventuels risques résultant de cette nouvelle politique de change.

Les risques encourus peuvent être au niveau de l’inflation, a-t-il dit, notant qu’une opération pédagogique de la part des autorités monétaires est nécessaire pour contrer les anticipations des agents économiques qui pourraient exacerber les tensions inflationnistes. 

Et de souligner qu’en présence de cette tension, les agents économiques feront leurs arbitrages de telle sorte qu’ils peuvent agir sur les impacts négatifs, sachant que la bande de fluctuation reste limitée à +/- 2,5%.

Il a ajouté à ce propos que Bank Al Maghrib s’est bien préparé au passage au régime de change flexible en mettant en place tous les outils et mesures nécessaires à même de réguler la mise en œuvre de cette politique. 

Tous les scénarii ont été étudiés et les études prévisionnelles d’impact ont été décortiquées en tenant compte des perspectives de l’économie marocaine, a-t-il assuré, soutenant que le processus de mise en œuvre de cette réforme est maitrisé, sauf retournement radical de tendance aussi bien au niveau national qu’international. 

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Souhil Meddah:"Le système fiscal algérien n’assure aucun équilibre macroéconomique à moyen et à long termes"

Le problème du régime fiscal algérien est  dans la forme et le schéma de répartition ou de collecte de ses ressources ainsi que dans la capacité des services fiscaux à pouvoir identifier les niches cachées existantes, explique l’expert financier Souhil Meddah.

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.