Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 25 Mai 2018

  •   Xinhua
  • vendredi 19 janvier 2018 09:44

Maroc : la réforme du régime de change est une décision "souveraine" (Banque centrale)

Initialement prévue pour juillet dernier, cette réforme, qui vise à élargir la fluctuation du dirham marocain, avait été retardée par le gouvernement pour "des études supplémentaires".  

 

La réforme du régime de change est une décision "souveraine" émanant de la volonté des autorités, a assuré Abdellatif Jouahri, gouverneur de la banque centrale du Maroc, cité par le site d'informations économiques "L'économiste". 

Le responsable marocain a souligné que la réforme du régime de change n'était "imposée par aucune institution financière internationale, ni soumise à la pression d'une crise de change, comme c'est le cas dans plusieurs pays", indique la même source. 

Il a précisé que le Fonds monétaire international (FMI) avait constamment soulevé la question de la réforme du système de change lors des consultations annuelles, rappelant que la Banque mondiale a aussi évoqué la réforme du système de change depuis le milieu des années 1990 et dans son rapport sur l'économie marocaine de 2006. 

Le Maroc a adopté depuis le 15 janvier un nouveau régime de change où la parité du dirham est déterminée à l'intérieur d'une bande de fluctuation de 2,5%, contre 0,3% à présent, par rapport à un cours central fixé par la banque centrale sur la base d'un panier de devises composé de l'euro et du dollar américain à hauteur respectivement de 60% et 40%. 

La banque centrale du Maroc a pris le temps de réaliser les études et analyses nécessaires, de s'informer des expériences de référence et d'évaluer l'impact de cette réforme sur l'économie et le pouvoir d'achat des citoyens, a assuré M. Jouahri. Il a tenu à préciser qu'il n'y aura pas de dévaluation de la valeur du dirham et que ce nouveau régime n'est pas lié au flottement du dirham. 

Concernant l'impact de la réforme sur l'économie et le pouvoir d'achat des citoyens, M. Jouahri a noté que les scénarios élaborés par la banque centrale du Maroc et le ministère de l'Economie et des Finances indiquent, sur la base des données disponibles et d'une l'éventuelle dévaluation du dirham de 2,5%, que l'impact de la réforme sur la croissance en 2018 sera positif et atteindra +0,2%. 

Initialement prévue pour juillet dernier, cette réforme, qui vise à élargir la fluctuation du dirham marocain, avait été retardée par le gouvernement pour "des études supplémentaires". 

Dans le cadre du nouveau régime, la banque centrale du Maroc continuera d'intervenir sur le marché des changes pour assurer sa liquidité, ajoute le communiqué. 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Téhéran veut vendre du pétrole contre son maintien dans l’accord sur le nucléaire

  Le guide iranien  veut aussi que les pays européens signataires de l’accord maintiennent leurs échanges commerciaux avec la République islamique.

Algérie: Les importations de carburant ont baissé de 73% au premier trimestre 2018 (Sonatrach)

  M. Karoubi a indiqué que les exportations de Sonatrach ont augmenté de 17% en valeur, au premier trimestre 2018.

Algérie : Le gouvernement dénonce des fuites liées au projet de LFC 2018 et s’explique

  Pour l’exécutif, les critiques dénonçant une atteinte au pouvoir d'achat des citoyens sont infondées.