Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 28 Juillet 2017

  •   Tunis Afrique Presse
  • lundi 12 décembre 2016 12:01

Tunisie : Près de 600 projets industriels par an non réalisés à cause de la complexité administrative

 Les lourdeurs bureaucratiques ont entravé la réalisation de 7548 projets en 10 ans (dr)

7548 projets industriels déclarés, qui totalisent 236 milles emplois, n’ont pas été réalisés entre 2005 et 2015, soit une moyenne de non-réalisation de 600 projets par an, révèle une étude de l’Agence de promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII), sur ” les difficultés de réalisation des projets et problèmes de fermeture des entreprises en Tunisie : Perspectives d’amélioration des taux de réalisation et la pérennisation des entreprises”.

 

 

La faiblesse du niveau de réalisation des projets déclarés à l’APII au cours de la période 2005-2015, dont le montant d’investissement est supérieur à 100 Mille Dinars, est due, selon l’étude, à la complexité et délais tellement longs des procédures administratives. Elle est aussi, expliquée par le climat d’affaires non encourageant en raison de l’instabilité politique et des problèmes socio-économiques.

 Cette moyenne a connu un pic de hausse en 2011 (plus que 900 projets non réalisés par an), suite à la révolution et aux problèmes socio-économiques qui ont résulté, indique l’étude de l’APII qui n’est qu’à sa première phase.

 La plupart des projets non réalisés, soit 34%, sont des projets du secteur des industries agroalimentaire, suivi par le secteur des industries mécaniques et électriques avec 17% des projets non réalisés.

 En effet, les projets non réalisés entre 2005-2015 ont cumulé un montant d’investissement non réalisé de 12,5 Milliards de dinars. Parmi ces projets, 5% sont de taille importante dont le cout de l’investissement est supérieur ou égale à 5MD et représentent 57% des investissements prévus.

 En ce qui concerne la répartition régionale des projets non réalisés, l’étude montre que la région de l’Est totalise près du ¾ des projets non réalisés (PNR) avec 47% de PNR au Nord-Est et 23% de PNR au Centre-Est.

 L’étude consultable sur le site de l’APII, approuve deux constats très importants : d’un côté 61% des 7548 projets non réalisés sont des projets non totalement exportateurs et d’un autre côté 73% de ces projets sont à capital 100% tunisien.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Sovac assure qu’il "partage" la stratégie du gouvernement pour le développement de l’industrie automobile

Le patron de Sovac Mourad Oulim a fait cette déclaration lors de l’inauguration, aujourd’hui, de l’usine de montage de véhicules de cette entreprise, réalisée en partenariat avec l’allemand Volkswagen. Sa déclaration pourrait être interprétée comme une assurance donnée au ministre de l’Industrie, Mehdjoub Bedda, absent de la cérémonie d’inauguration et qui a déjà exprimé ses doutes quant au montage automobile...

Algérie - Le gouvernement se contente d’une présence symbolique à l’inauguration de l’usine de Sovac (éclairage)

  L’absence du Premier ministre Abdelmadjid Tebboune et de Mehdjoub Bedda à l’inauguration de l’usine de montage de véhicules de Sovac représente une rupture avec la politique industrielle menée par l’ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal et son ministre de l’Industrie Abdesselam Bouchouareb.

Maroc- En attendant le takaful, le financement de l'immobilier par les banques islamiques sera une prise de risque

Pour Adnane El Guetari, Dg d'Umnia Bank, ''le démarrage de notre banque est désormais effectif avec ces premiers documents. Outre les produits et services relatifs à la gestion de comptes, nous pouvons également proposer des financements immobiliers sans des produits d’assurance.''