Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 19 Novembre 2017

  •   Tunis Afrique Presse
  • vendredi 16 décembre 2016 15:43

L’évolution du cours du pétrole, obligerait la Tunisie à adopter une Loi de Finances Complémentaire (universitaire)

 Fatma Marrakchi Charfi, professeur de Sciences Economiques Fatma Marrakchi Charfi, professeur de Sciences Economiques


«L’évolution du cours du pétrole à l'échelle internationale, mettrait la Tunisie, face à l’obligation d’adopter, très tôt en 2017, une loi de Finances complémentaire (LFC), afin de contenir ses répercussions sur le Budget de l’Etat », a affirmé à l’agence TAP, Fatma Marrakchi Charfi, professeur de Sciences Economiques, à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Tunis (Université de Tunis El Manar).

 

« L’ARP vient de voter la Loi de finances 2017, dont l'une des hypothèses est basée sur un baril à 50$ en 2017, celui-ci est aujourd'hui à 54$ et pourrait grimper à 60$ en 2017 », a-t-elle précisé.
«Une brève évaluation de l’impact de la hausse du prix du pétrole sur la balance commerciale montre que cet impact est négatif puisque la Tunisie est devenue un importateur net de pétrole. En effet, en se basant sur les quantités importées et exportées en 2015 toute augmentation du prix du baril d'un dollar rapporte environ 18,3 millions de dollars (effet positif) mais coûte presque 40 millions de dollars (effet négatif). L’effet net serait un effet négatif dû à la différence entre les pertes du côté des importations et les gains générés par les exportations, soit 21,7 millions de dollars, toutes choses étant égales par ailleurs», développe l'universitaire.
« En convertissant les 21,7 millions de $ en dinars sur la base du cours du jour (2,3 dinars par dollar), il est facile de constater que toute augmentation du prix du baril d'un dollar entrainerait une perte d’environ 50 millions de dinars. Ainsi à 60$, la perte serait de 500 millions de dinars, ce qui alourdirait le budget de l’Etat. Par ailleurs, il est évident que l’augmentation du prix du baril aura un effet inflationniste important sur les prix domestiques en Tunisie, c’est l’inflation importée » explique-t-elle.

D'après Mme Charfi, il est également attendu que le dollar s’apprécie à l’échelle mondiale. "L’effet de l’appréciation du dollar sera encore plus prononcé sur la Tunisie, si on prévoit en plus que le dinar aura tendance à se déprécier par rapport au dollar étant donné la détérioration des fondamentaux de l’économie tunisienne et de la demande excédentaire de devise".
Globalement, « toute dépréciation du dinar de 10 millimes par dollar US, coûterait environ et en moyenne annuelle 20 millions de dinars. Ainsi, si le dollar passe à 2,3 dinars (au 15 décembre 2016) à 2,4 dinars par dollar, en moyenne en 2017, cela coûterait 200 millions de dinars à la communauté. Si le prix du pétrole grimpe à 60 $ et que le dinar monte à 2,4 dinars pas $, sachant que la loi de finance 2017 table sur 2,25 dinars par dollar, une loi de finance complémentaires s’impose» a-t-elle conclu.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

Des champions nationaux [ LE BLOG ECO ]

Comment construit-on un tissu industriel performant ? La question paraît simple mais elle est au cœur de vastes débats académiques et politiques depuis plusieurs décennies.

Pour Hafid Derradji, Bouteflika n’a pas reçu Farouk Ksentini pour parler du 5e mandat

  Les déclarations de l’ex-président de la Commission nationale consultative pour la promotion et la protection des droits de l’homme (CNCDDH), dissoute, Me Farouk Ksentini indiquant que le président de la République Abdelaziz Bouteflika souhaite briguer un 5è mandat ont fait réagir le célèbre commentateur sportif Hafid Derradji.

Le Comité de soutien au journal Al Fadjr est né: "Pour un nouveau modèle de l’édition de presse"

Le comité de soutien au journal Al Fadjr est né, lors d’une assemblée générale, ce samedi 18 novembre 2017 à la maison de la presse Tahar Djaout.