Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

  •   Maghreb Emergent
  • samedi 7 janvier 2017 09:35

La Commission européenne veut réviser l’accord d’association avec la Tunisie

Les textes initiaux pour la négociation d’un accord de libre-échange entre l’Union européenne  et la Tunisie traitent d’un ensemble de 11 domaines, dont un réservé aux produits agricoles.

 

L’accord d’association Tunisie – Union européenne est en passe d’être réformé.  Selon le site d’information tunisien Kapitalis, la Commission européenne (CE) a lancé une consultation publique auprès des parties européennes concernées afin qu’elles soumettent leurs vues à propos de la révision de l’accord d’association Tunisie-UE.

Les textes initiaux pour la négociation d’un accord de libre-échange entre l’Union européenne  et la Tunisie traitent d’un ensemble de 11 domaines, dont un réservé aux produits agricoles. Selon le document de base de la proposition de l’UE sur les échanges des produits agricoles, des produits agricoles transformés et produits de la pêche avec la Tunisie, les points principaux à négocier sont : la liste des produits sensibles; le traitement des produits sensibles; les volumes à soumettre au contingentement tarifaire pour les produits sensibles; les échéanciers des déclassements, les périodes de transition pour la Tunisie et le taux de progression des quotas tarifaires; et l’adaptation au régime des prix d’entrée.

Le chapitre des échanges agricoles de la proposition de la CE comprend également d’autres points, tels que l’établissement d’une liste négative et des mesures non-tarifaires. L’accord d’association conclu en 1995 entre la Tunisie et l’UE a permis la création une zone de libre-échange. Cet accord a permis la suppression progressive des droits de douane sur les produits manufacturés et à la mise en place de concessions pour les échanges des produits agricoles. Depuis son entrée en vigueur, le commerce bilatéral a plus que doublé, les exportations tunisiennes (notamment dans les secteurs textile et mécanique) vers l'Union européenne ont presque triplé et les investissements directs étrangers européens en Tunisie ont rapidement progressé, selon la Commission européenne.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc - 33 activistes du Hirak comparaîtront devant la cour d’appel de Casablanca le 23 octobre prochain

Ces détenus et d’autres ont été arrêtés suite aux contestations qu’a connues le Rif, au nord du Maroc et qui avaient été déclenchés par la mort d'un vendeur de poissons, broyé dans une benne à ordures fin octobre 2016 à Al Hoceïma. Selon le président de l'Association marocaine des droits de l'Homme, Ahmed Haij, leur nombre total se situe entre...

La privatisation ne touchera pas Naftal, Sonatrach, Sonalgaz, Air Algérie, SNVI et les banques publiques (Ahmed Ouyahia)

Pour le Premier ministre algérien, les banques publiques n’ont pas besoin de l’argent que leur rapporterait l’ouverture de 10 % de leur capital via la bourse. En revanche, a-t-il ajouté, la Bourse « a besoin de l’apport des chefs d’entreprises ».

Algérie - La CNEP, la BDL et la BADR lanceront leurs produits de finance islamique avant la fin de l’année (ministre)

Le ministre des Finances Abderrahmane Raouia, qui intervenait à l'Université du Forum des chefs d'entreprises (FCE), a rappelé que des banques, telles la Baraka, Al Salam, Trust ou encore AGB, proposaient déjà des produits islamiques.