Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

  •   Lynda Abbou
  • lundi 9 janvier 2017 18:05

Plus de 2 millions d’Algériens ont séjourné en Tunisie en 2016 (responsable tunisien)

La toute proche Tunisie, une destination prisée par les Algériens ces dernières années.

Malgré la crise qui sévit dans le secteur touristique depuis 2010, et particulièrement, depuis les attentats terroristes du Bardo, de Sousse et de Tunis, en 2015, certains indicateurs positifs ont été enregistrés à partir de la seconde moitié de 2016. Le nombre de nuitées touristiques a atteint 17,5 millions, en hausse de 11% par rapport à 2015.

 

 

Dans un rapport cité aujourd’hui par des médias tunisiens, le commissariat au Tourisme de la région de Tabarka (extrême nord-ouest tunisien) a annoncé que plus de 2 millions d’Algériens avaient séjourné en Tunisie au cours de l’année 2016. Plus de la moitié des entrées touristiques algériennes s’est effectuée à travers les passages frontaliers des gouvernorats de Jendouba et du Kef.

Selon ce document, jusqu’au mois de décembre 2016, le passage frontalier de Melloula (Tabarka, gouvernorat de Jendouba) a enregistré l’arrivée de 644.000 touristes algériens, soit +32% en comparaison avec 2015. Une forte affluence de touristes algériens a été enregistrée également au passage frontalier de Babbouche, situé dans le même gouvernorat (127.000 touristes algériens, +55% par rapport à l’année 2015). 

Le marché touristique tunisien a attiré un nombre croissant d’Algériens ces dernières années. Ainsi, en 2015, selon l’Office national du tourisme tunisien (ONTT), le nombre d’Algériens qui ont visité la Tunisie s’élevait à près de 1.888 million contre 1,840 en 2014 un mois avant la fin de l’année (+8%) et quelque 0,8 million en 2013.

Malgré la crise qui sévit dans le secteur touristique depuis 2010, et particulièrement, depuis les attentats terroristes du Bardo, de Sousse et de Tunis, en 2015, certains indicateurs positifs ont été enregistrés à partir de la seconde moitié de 2016. Le nombre de nuitées touristiques a atteint 17,5 millions, en hausse de 11% par rapport à 2015. Selon la ministre tunisienne du Tourisme et de l’Artisanat, Salma Elloumi Rekik, ce résultat est dû à la hausse des entrées des Algériens (1,8 millions, +22%) et des Russes (623.000, + 1000%).

 

 

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • cE N4EST SUREMENT PAS L4Algerienmoyen qui se deplace en Tunisie.Faites la difference dans vos ecrits.Ce sont ces 10% de cette piopulation qui profite des largesses de ce pouvoir.Non soumis aux impots et encore moins aux taxes ils profitent d piour s'enrichir encore plus et profiter pleinmenet de la peridode de BOUTEFLIKA qui un jour sans doute finira.Pour le citoyen moyen a peine s'ilmange pour des vacances c'est un reve qui ne se realisera jamais pour le pauvre que Die ait son ame

    Rapporter jair57 jeudi 12 janvier 2017 11:49
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Pour la Grande mosquée d’Alger, le plus grand tapis du monde et une dérogation spéciale

  C’est la ville iranienne de  Neyshabur qui a approché le ministère des Affaires religieuses pour proposer le tapis.

« L’Etat algérien va se désengager de la sphère économique dans 10 ans », selon Ouyahia

Concernant les restrictions aux importations, M. Ouyahia a dit que les partenaires économiques de l’Algérie n’y voient pas d’inconvénients.

Algérie :PLF 2018, l’Etat veut engranger 70 milliards DA en augmentant l’impôt sur les dividendes de 10 % à 15 %

 Le gouvernement évoque le principe d’égalité devant l’impôt entre nationaux et étrangers pour justifier son alignement.