Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Xinhua
  • vendredi 17 février 2017 11:15

Tourisme : Les Chinois peuvent se rendre en Tunisie sans visa




Les touristes chinois désireux de visiter la Tunisie bénéficieront d'une exonération de visa d'entrée à partir d'hier, jeudi, a annoncé le ministère tunisien des Affaires étrangères.

 

"Officiellement, à partir d'hier, jeudi, les touristes de nationalité chinoise n'auront plus besoin d'avoir un visa d'entrée au territoire tunisien à condition de bien acquérir un billet d'avion en aller et retour et d'une réservation d'hôtel valable pour une durée qui ne dépasse pas les 90 jours", a confié à Xinhua, Chafik Hajji, Directeur-général des Affaires consulaires au ministère tunisien des Affaires étrangères.
"Il s'agit d'une bonne nouvelle pour le tourisme tunisien qui réussit à séduire le marché chinois, désormais le plus grand émetteur au monde et parmi les principaux marchés au titre de taux de départs avec pas moins de 100 millions de touristes", a déclaré dans une interview avec Xinhua, le Chef de division et coordinateur général de l'Office national du Tourisme tunisien (ONTT) Nabil Hedhiri.
D'après cet ancien représentant à Bejing de l'ONTT, l'exonération de visa au profit des touristes chinois "constitue le fruit de tout un processus de coordination entre les autorités tunisiennes et nos amis chinois".
Au départ, a-t-il précisé, un groupe composé de dix touristes chinois ou plus n'auraient pas besoin de visa pour accéder au sol tunisien avant d'alléger cette mesure pour la réduire à uniquement cinq personnes et finalement, "on a réussi à exonérer tous les Chinois pour ainsi bénéficier de la richesse culturelle, patrimoniale et touristique de la Tunisie" .
Évoquant certaines difficultés initialement rencontrées par les représentants du tourisme tunisien en Chine, le responsable de l'ONTT a reconnu avoir échoué à convaincre des tours opérateurs et agences de voyages à programmer la destination tunisienne vu le nombre réduit des passagers qui s'envolent entre les deux pays, dans les deux sens.
"Cependant, nos homologues chinois se veulent de plus en plus convaincus quant à notre vision à court, moyen et long termes (...) en effet, a-t-il insisté, la Tunisie pourra certes jouer le rôle d'un hub pour les compagnies aérienne chinoise afin de bien explorer le marché africain, dont les atouts peuvent faire du bien aux intérêts économiques de la Chine" .
Côté statistiques, les indicateurs portant sur les flux touristiques entre la Tunisie et la Chine restent encore au-delà des attentes partagées par les deux pays à moins que les derniers chiffres officiels augurent de prémices d'une sérieuse relance.
"Par rapport à d'autres marchés traditionnels pour la Tunisie en baisse ou en stagnation, le marché chinois enregistre une progression prometteuse" , a encore estimé M. Hedhiri.
De janvier à décembre 2016 - comparativement avec la même période de 2015 - la croissance du tourisme tunisien concernant le marché chinois a atteint 93,6%, soit 7.396 touristes.
"Personnellement, a estimé M. Hedhiri, je pense qu'on pourra tabler sur une augmentation annuelle et garder cette même tendance vu la moyenne enregistrée durant ces dernières années" .
Le responsable de l'Office national du Tourisme tunisien se voit confiant que "le produit touristique tunisien devra être adapté aux attentes des Chinois sans oublier la formation des guides en langue chinoise et les professionnels hôteliers en gastronomie chinoise" .
Dans ce sens, M. Hedhiri a mentionné une étroite coopération en cours entre l'institut du tourisme de Sousse (principale province balnéaire sur les côtes-Est du pays) et une école hôtelière à Ningxia en Chine.
Après cinq ans des plus difficiles pour le tourisme tunisien, connu auparavant comme l'un des vecteurs de la croissance de ce pays avec une part qui avoisine 7% du PIB, la Tunisie n'a pas repris progressivement le souffle qu'à partir de l'année 2016 où plus de 5,7 millions de touristes ont débarqué en Tunisie contre 5,3 millions en 2015, selon des chiffres dévoilés récemment aux médias par la direction générale de l'ONTT.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...