Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • jeudi 20 avril 2017 16:03

Le FMI ne nous a pas demandé de dévaluer le dinar mais de réduire les interventions de la BCT pour le soutenir (responsable tunisien)

Taoufik Rajhi a critiqué des déclarations faites mardi dernier par la ministre tunisienne des Finances Lamia Zribi dans lesquelles elle a prédit une dépréciation progressive du dinar qui le ramènerait à une cotation de 3 pour 1 euro, contre 2,6 pour un euro actuellement.

 

Niant que le FMI ait formellement imposé à la Tunisie la dévaluation de sa monnaie, Taoufik Rajhi, ministre conseiller du Chef du gouvernement Youssef Chahed, a néanmoins admis que lors des négociations avec cette institution financière internationale, il a été recommandé aux autorités monétaires tunisiennes de réduire les interventions de la Banque centrale pour soutenir le dinar.

Dans un entretien publié aujourd’hui dans le magazine économique électronique African Manager, Taoufik Rajhi a expliqué que l’engagement de la Tunisie envers le FMI ne porte pas sur la dévaluation de sa monnaie mais sur « la limitation des ventes nettes de devises sur les marchés de change au financement des importations indispensables pour l’économie afin de lisser les fluctuations excessives du taux de change ». Et d’ajouter : « Ce qui est le cas, puisque les ventes nettes ont atteint en moyenne 22 % des transactions totales sur le marché depuis 2016, alors qu’elles étaient en moyenne de 30 % durant le programme Stand-By Arrangements. »

Dans ce même entretien accordé à African Manager, qui a également porté sur la dépréciation que connaît actuellement le dinar tunisien, Taoufik Rajhi a critiqué des déclarations faites mardi dernier par la ministre tunisienne des Finances Lamia Zribi dans lesquelles elle a prédit une dépréciation progressive du dinar qui le ramènerait à une cotation de 3 pour 1 euro, contre 2,6 pour un euro actuellement.

 

« Gare aux prophéties autoréalisatrices »

 

Le ministre conseiller du Chef du gouvernement tunisien a qualifié ces déclarations de « mauvaise annonce » pouvant avoir un effet sur « les marchés et les anticipations des agents économiques ». Il a ajouté : « Dire aujourd’hui que la valeur de la monnaie nationale devrait être aux alentours de 3 dinars pour un euro pourrait générer à tort ou à raison des anticipations auto-réalisatrices ». Et de définir une « prophétie auto-réalisatrice », comme « une assertion qui génère des comportements des agents économiques de nature qui valide la prophétie même si elle n’est pas a priori fondée ».

Taoufik Rajhi a rappelé à ce sujet que la crise de la monnaie thaïlandaise, le baht, en 1998, a surgi « suite à un phénomène de spéculations auto réalisatrices » alors que « les fondamentaux étaient bons ». « Les spéculateurs ont fait bruiter qu’il y’aurait une dévaluation ce qui a conduit les opérateurs à croire à tort la nouvelle et vendre le baht », a-t-il expliqué.

 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.  

Montage automobile : Les concessionnaires vont devoir chercher leurs équipementiers (responsable)

« La stabilité politique du pays et le cadre incitatif à l’investissement sont des atouts qui permettront d’attirer les équipementiers étrangers », selon un responsable du ministère de l’Industrie.