Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 25 Juillet 2017

  •   TAP
  • vendredi 14 juillet 2017 12:27

Tunisie : Aggravation du déficit commercial durant le premier semestre de 2017

 

Les exportations ont atteint 1,61 milliard de dinars, contre 1,42 milliard de dinars durant la même période de l’année 2016.

 

Le solde de la balance commerciale de la Tunisie est déficitaire de 7,5 milliards de dinars, pour le premier semestre de 2017, contre un peu plus de 6 milliards durant la même période en 2016, suite au déficit enregistré avec certains pays, tel que la Chine (-1,98 milliard de dinars), l’Italie (-1,12 milliard de dinars), la Turquie (-932,9 MDT), la Russie (-775,2 MDT) et l’Algérie (-140,9 MDT), d’après les statistiques publiées par l’Institut national de la statistique (INS), pour le mois de juin 2017.

En revanche, le solde de la balance commerciale a enregistré un excédant avec d’autres pays, principalement avec la France de 1,5 milliard de dinars, la Libye de 380,4 MDT et le Royaume-Uni de 141,8 MDT.

Ce déficit s’explique par la divergence au niveau du rythme de croissance entre les importations (+16,4%) et les exportations (+12,7%). Le taux de couverture, soit 68,1%, demeure au dessous du niveau enregistré durant la même période de l’année dernière (70,3%), malgré la légère amélioration enregistrée par rapport aux cinq premiers mois de l’année en cours (67,3%).

Notons que le déficit de la balance commerciale hors énergie s’élève à 5,63 milliards de dinars, et que le déficit de la balance énergétique s’établit à 1,90 milliard de dinars (25,3% du total du déficit), contre 1,49 milliard de dinars durant le premier semestre de l’année 2016.

Augmentation de 12,7% des exportations

Les flux des échanges commerciaux de la Tunisie avec l’extérieur aux prix courants durant le premier semestre de l’année 2017 montrent des exportations qui continuent d’accroître à un rythme assez soutenu malgré la légère décélération observée par rapport aux cinq premiers mois de cette année.

En effet, les exportations ont augmenté de 12,7% contre un taux de 14,2% au cours des cinq mois de l’année 2017 et -1,3% durant la même période de l’année dernière. En valeur, les exportations ont atteint 1,61 milliard de dinars, contre 1,42 milliard de dinars durant la même période de l’année 2016.

L’augmentation observée au niveau de l’exportation durant le premier semestre de l’année 2017 concerne la majorité des secteurs. En effet, des accroissements sont observés au niveau du secteur de l’énergie avec un taux de 52,5%, suite à l’augmentation des ventes du pétrole brut (622,5 MDT contre 387 MDT), du secteur de l’agriculture et des industries agro-alimentaires de 11,3%, suite à l’augmentation des ventes des dattes (347 MDT contre 306 MDT), du secteur des industries mécaniques et électriques de 16,1%, du secteur textile et habillement et cuirs de 10,6% et du secteur des industries manufacturières de 7,3%.

En revanche, le secteur mines, phosphates et dérivés a enregistré une baisse de 19,9%, suite à la diminution des exportations en acide phosphorique (200,6 MDT contre 332,3 MDT).

Importations en hausse de 16,4%

Les importations ont atteint la valeur de 2,4 milliards de dinars contre 2,02 milliards de dinars durant la même période de l’année 2016, enregistrant une hausse de 16,4% contre 17,8% durant les cinq premiers mois de l’année 2017 et -1.5% durant la même période de l’année 2016.

L’augmentation remarquable des importations de 16,4% est due essentiellement à la hausse enregistrée au niveau des importations du secteur de l’énergie de 34%, sous l’effet de la hausse des achats en pétrole brut (363,9 MDT contre 231,8 MDT) et des produits raffinés (1,8 milliard de dinars contre 1 milliard de dinars).

De même, le secteur des produits agricoles et alimentaires de base a augmenté de 33,9%, du fait de la hausse des achats en blé tendre (276 MDT contre 230,4 MDT), des matières premières et demi-produits de 17,2%, des biens d’équipement de 5,7%, des mines, phosphates et dérivés de 4,9%.

Les importations de biens de consommation autres qu’alimentaires demeurent, également, en hausse avec un taux de 18,8%, suite à l’augmentation des achats des voitures de tourisme de 8% (765,3 MDT contre 708,3 MDT), des huiles essentielles et parfumerie de 18,8% (180,5 MDT contre 152 MDT) et des ouvrages.A noter que les importations hors énergie ont augmenté de 14,4%.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Le Snateg écrit à Tebboune et parle de corruption à la Sonelgaz

  La direction de la Sonelgaz est accusée par le Snateg de violation des droits des travailleurs et d’entrave à l’activité syndicale.

Un conseil interministériel sur les exportations alimentaires utilisant des intrants subventionnés

Des incohérences  caractérisant le fonctionnement de certaines filières dont les produits sont éligibles à l'exportation ont été identifiées.

« Les attaques contre Haddad relèvent du show médiatique » (Belkacem Boukhrouf)

    Pour l'économiste, Belkacem Boukhrouf  « la gabegie comme la corruption sont dans les institutions, les lois et les usages politiques de l’Algérie ». D’où la nécessité, estime-t-il, de poser la question de savoir « qui a permis à Ali Haddad d’avoir toutes ses ramifications ».