Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 21 Novembre 2017

  •   Tunis Afrique Presse
  • jeudi 17 août 2017 14:14

Tunisie: Aggravation du déficit de la balance alimentaire de 87%, durant les sept premiers mois de 2017

 

 Le déficit de la balance commerciale alimentaire s’est aggravé de 87%, durant les sept premiers mois de 2017, pour se situer à 754,8 millions de dinars (MDT), en comparaison avec la même période de l’année 2016 (402,4 MDT).

 Les données publiées, mercredi 16 août, par le ministère de l’Agriculture, indiquent que ce déficit (qui représente 8,7% du déficit global de la balance commerciale), est accompagné par la baisse du niveau de la couverture des importations par les exportations à 80,1%, contre 70,8% en 2016.

 Le département de l’Agriculture explique ce déficit par la hausse de la valeur des importations alimentaires (28,1%), dont notamment les produits de base (77% de la valeur des importations contre 68%, à fin juillet 2016), contre une augmentation moins importante de la valeur des exportations (13,3%).

 Davantage d’importations de produits alimentaires de base

 D’après le ministère, la hausse des importations alimentaires (d’une valeur de 2,6 milliards de dinars) est due à l’accélération du rythme des importations de la plupart des produits alimentaires de base, dont les prix sont en hausse continue, face à la dépréciation du dinar contre les devises étrangères. Il s’agit là notamment du sucre, des huiles alimentaires, des viandes rouges, blé tendre, maïs, lait et dérivés…

 En revanche, on remarque une régression de la valeur des importations d’autres produits alimentaires, en l’occurrence les pomme de terre (-36%), l’orge (-6%) et le blé dur (-2%), et ce en raison de l’amélioration des niveaux de la production locale.

 

Les exportations des dattes atténuent le déficit

 

Les exportations des produits alimentaires ont atteint, à la fin de juillet 2017, environ 1,8 milliards de dinars (une évolution de 13,3%), grâce à la hausse des recettes des dattes de 14%, pour atteindre environ 361 MDT, au vue de l’accroissement des prix de 27% et de la diversification des marchés (plus de 70 destinations mondiales), mais aussi des produits de la mer (56%), de pâtes alimentaires (8%), et de légumes frais (19%).

 S’agissant des recettes de l’exportation des fruits de la saison estivale, ils ont évolué de 25% pour atteindre 37,8 MDT. Ces exportations ont concerné notamment la pastèque, la pêche, l’abricot, le raisin…

 A noter que la valeur des exportations alimentaires, durant les sept premiers mois de l’année en cours, représente 9,5% du total des exportations tunisiennes, contre 9,8% à fin juillet 2016.D’après le ministère de l’Agriculture, le niveau de la couverture des importations par les exportations se situera, à fin de 2017, à 73% contre 71,4% à fin 2016.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.