Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

  •   Tunis Afrique Presse
  • samedi 19 août 2017 15:06

Moody’s revoit à la baisse la note de crédit de la Tunisie à B1, avec perspectives négatives

Moody's justifie cette dégradation par la détérioration structurelle continue de la solidité fiscale de la Tunisie, les déséquilibres extérieurs persistants, la défaillance institutionnelle et le manque d'efficacité du gouvernement dans la mise en œuvre des réformes convenues avec le FMI.

 

 

L’agence de notation internationale Moody's a abaissé la note de crédit attribuée aux dettes à long terme de la Tunisie de Ba3 à B1, tout en maintenant les perspectives négatives.

Moody's a également revu à la baisse la note de la dette libellée en devises de la Banque centrale de Tunisie (BCT) de Ba3 à B1, avec perspectives négatives, rappelant que « le gouvernement tunisien est juridiquement responsable des paiements de l'ensemble des obligations emises par la Banque centrale. Ces titres de créances sont émis au nom du gouvernement ».

Moody's a justifié cette dégradation effectuée le 18 août 2017, par la détérioration structurelle continue de la solidité fiscale de la Tunisie, les déséquilibres extérieurs persistants, la défaillance institutionnelle et le manque d'efficacité du gouvernement dans la mise en œuvre des réformes convenues avec le FMI.

Les perspectives négatives reflètent le risque d'une baisse plus soutenue que prévu des réserves de change avec des pressions de dépréciations concomitantes qui pourraient alimenter la dynamique défavorable de la dette publique.

Elles prennent également, en compte les besoins de financement croissants de la Tunisie et le manque de visibilité sur l'accès aux sources de financement externes, en plus du passif négatif du secteur bancaire public, des entreprises publiques et du système de retraite.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc: la croissance de l'économie devrait s'établir à 3,6% en 2018 (Banque centrale)

  L'inflation devrait atteindre 2,4% en 2018, avant de revenir à 1,4% en 2019.

Opep: L’Algérie s’oppose à une augmentation de la production pétrolière

  L’OPEP et ses partenaires se sont engagés depuis début 2017 à respecter des quotas de production spécifiques.

"Il faut revoir le système algérien de sécurité sociale"-CEE-(Audio)

  Les animateurs du Café d’experts économiques de Radio M, Mustapha Goumiri et Ferhat Ait Ali sont revenus sur la Loi de finances complémentaires 2018 et particulièrement sur la question du financement du système national de la sécurité sociale.