Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

  •   Maghreb Emergent
  • samedi 19 août 2017 20:43

Les familles tunisiennes s'endettent de plus en plus : la dette des ménages a plus que doublé depuis 2010

Les tunisiens s’endettent surtout pour l’acquisition ou l’aménagement de logements, soit 80% des crédits alloués aux ménages.

 

Les ménages tunisiens sont surendettés. Elles sont environ 800 000 familles tunisiennes à contracter des crédits auprès des banques, selon Tarek Ben Jazia, directeur général de l'institut national de la consommation (INC).

S’exprimant sur les ondes de Mosaïque FM, Ben Jazia a indiqué que les crédits octroyés aux ménages ont exposé depuis 2010. Selon les chiffres qu’il a présentés, les manages tunisiens ont contracté des crédits pour un montant de 20 800 millions de dinars. Un chiffre qui a plus que doublé par rapport à 2010 où ce chiffre n’a pas dépassé les 10 000 millions de dinars.

M. Ben Jazia s’inquiète du rythme d’endettement des ménages tunisiens avec un montant en croissance de 17% annuellement. Autre motif d’inquiétude, selon M. Ben Jazia, le  montant des crédits impayés ou en litige, qui a atteint 854 millions de dinars en 2016 contre 586 millions de dinars en 2015.

Selon le directeur de l’INC, les tunisiens s’endettent surtout pour l’acquisition ou l’aménagement des maisons, soit 80% des crédits alloués aux ménages. Viennent ensuite les crédits automobile et les "crédits-études".  Il s’alarme toutefois sur la croissance des crédits à court terme qui connaissent une hausse « fulgurante » ces dernières années qui s’ajoute à l’endettement « non apparent » des ménages auprès des magasins d’alimentation, d’habillement etc. Il fait état du nouveau phénomène des ‘’usuriers’’ qui prennent des intérêts allant jusqu’à 20% du crédit.

M. Ben Jazia appelle les Tunisiens à rationaliser leurs dépenses pour ne pas recourir à l’endettement dont la forte croissance est due, selon lui, à la baisse du pouvoir d'achat des Tunisiens. 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc: la croissance de l'économie devrait s'établir à 3,6% en 2018 (Banque centrale)

  L'inflation devrait atteindre 2,4% en 2018, avant de revenir à 1,4% en 2019.

Opep: L’Algérie s’oppose à une augmentation de la production pétrolière

  L’OPEP et ses partenaires se sont engagés depuis début 2017 à respecter des quotas de production spécifiques.

"Il faut revoir le système algérien de sécurité sociale"-CEE-(Audio)

  Les animateurs du Café d’experts économiques de Radio M, Mustapha Goumiri et Ferhat Ait Ali sont revenus sur la Loi de finances complémentaires 2018 et particulièrement sur la question du financement du système national de la sécurité sociale.