Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 21 Novembre 2017

  •   Maghreb Emergent
  • samedi 19 août 2017 20:43

Les familles tunisiennes s'endettent de plus en plus : la dette des ménages a plus que doublé depuis 2010

Les tunisiens s’endettent surtout pour l’acquisition ou l’aménagement de logements, soit 80% des crédits alloués aux ménages.

 

Les ménages tunisiens sont surendettés. Elles sont environ 800 000 familles tunisiennes à contracter des crédits auprès des banques, selon Tarek Ben Jazia, directeur général de l'institut national de la consommation (INC).

S’exprimant sur les ondes de Mosaïque FM, Ben Jazia a indiqué que les crédits octroyés aux ménages ont exposé depuis 2010. Selon les chiffres qu’il a présentés, les manages tunisiens ont contracté des crédits pour un montant de 20 800 millions de dinars. Un chiffre qui a plus que doublé par rapport à 2010 où ce chiffre n’a pas dépassé les 10 000 millions de dinars.

M. Ben Jazia s’inquiète du rythme d’endettement des ménages tunisiens avec un montant en croissance de 17% annuellement. Autre motif d’inquiétude, selon M. Ben Jazia, le  montant des crédits impayés ou en litige, qui a atteint 854 millions de dinars en 2016 contre 586 millions de dinars en 2015.

Selon le directeur de l’INC, les tunisiens s’endettent surtout pour l’acquisition ou l’aménagement des maisons, soit 80% des crédits alloués aux ménages. Viennent ensuite les crédits automobile et les "crédits-études".  Il s’alarme toutefois sur la croissance des crédits à court terme qui connaissent une hausse « fulgurante » ces dernières années qui s’ajoute à l’endettement « non apparent » des ménages auprès des magasins d’alimentation, d’habillement etc. Il fait état du nouveau phénomène des ‘’usuriers’’ qui prennent des intérêts allant jusqu’à 20% du crédit.

M. Ben Jazia appelle les Tunisiens à rationaliser leurs dépenses pour ne pas recourir à l’endettement dont la forte croissance est due, selon lui, à la baisse du pouvoir d'achat des Tunisiens. 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.