Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 21 Novembre 2017

  •   Tunis Afrique Presse
  • jeudi 24 août 2017 18:24

Tunisie- "Il faut une loi de finances 2018 qui dépasse les simples équilibres comptables" (Ezzedine Saidane, économiste)

Ezzedine Saidane (photo d'archives publiée sur : http://directinfo.webmanagercenter.com.

Pour Ezzedine Saidane, ”une loi de finances qui ne se pose pas comme objectif un véritable sauvetage de l’économie tunisienne va être inutile, et on risquera de reproduire le scénario des années passées, où on avait constamment besoin d’une loi de finances complémentaire, au détriment de la crédibilité de cet instrument”.

 

 

Le retard pris dans l’élaboration de loi de finances 2018 suscite les interrogations, alors que la manière avec laquelle est élaboré ce projet de loi fait l’objet de critiques. Lors d’une interview accordée à l’agence TAP, Ezzedine Saidane, économiste tunisien, a plaidé pour un changement global d’approche pour l’élaboration de cette loi “pour redonner à cet instrument la crédibilité requise”. “Il ne faut pas que ça soit avec les mêmes approches et les mêmes méthodes”, insiste l’économiste.

Et de poursuivre ” Si on continue à travailler d’une manière comptable et chercher quelques équilibres comptables, nous n’allons pas y arriver. Une loi de finances qui ne se pose pas comme objectif un véritable sauvetage de l’économie tunisienne va être inutile, et on risquera de reproduire le scénario des années passées, où on avait constamment besoin d’une loi de finances complémentaire, au détriment de la crédibilité de cet instrument”.

Toujours selon lui, “une loi de finances doit aussi refléter la politique d’un gouvernement, mais la situation aujourd’hui est telle que cet instrument ne reflète plus rien, à cause de cette calcification qu’il a subie et qui fait que la marge de manœuvre du gouvernement au sein du budget et de la loi de finances est extrêmement limitée, à cause d’ une masse salariale qui accapare plus que 70% des recettes ordinaires de l’Etat et qui équivaut à 50% du budget, sans compter les 40% occupés par les autres dépenses relatives au service de la dette et à la caisse de compensation”.

“Un changement radical au niveau de l’approche d’élaboration de cette loi de finances doit donc intervenir”, a-t-il recommandé.

Pour mémoire, la Loi de Finances 2018 a fait, le 21 août 2017, l’objet d’une rencontre entre le président de la République, Béji Caïd Essebsi, et le Chef du gouvernement, Youssef Chahed, au palais de Carthage.

“Le gouvernement est en train de plancher sur les grandes lignes et les nouvelles orientations de cette loi, soulignant la nécessité de travailler sur des hypothèses prudentes afin d’éviter une loi de finances complémentaire ou encore le dérapage des finances publiques”, avait déclaré le conseiller auprès du chef du gouvernement, Fayçal Derbel, lors d’une table ronde organisée le 08 aout 2017 par l’UTICA.

Derbel avait insisté sur la nécessité de “mettre en place une loi de finances 2018 qui soit ni encombrante ni encombrée. Une loi de finances qui marquera un ralentissement de l’augmentation soutenue du budget constatée durant les dernières années et qui a varié entre 8 et 12%. L’augmentation du budget doit être bien maîtrisée et en rapport avec l’inflation.

Il avait annoncé, par la même occasion, que la TVA va connaître, “très probablement”, une hausse dans le cadre de la loi de finances 2018.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.