Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 24 Février 2018

  •   Tunis Afrique Presse
  • lundi 28 août 2017 12:06

Hausse des transferts de fonds des Tunisiens à l'étranger entre 2006 et 2016

Image (DR)

Entre 2006 et 2016, le volume des transferts des fonds des Tunisiens résidant à l’étranger et leurs contributions en nature et en espèces est passé de 2,01 milliard de dinars à près de 4 milliard de dinars (dont plus de 70% de transferts monétaires), soit l’équivalent de 5% du PIB.

Ces transferts contribuent à hauteur de 20% de l’épargne nationale, selon des chiffres présentés lors d’une rencontre interrégionale organisée dans la ville de Tabarka (Jendouba) sur la contribution des Tunisiens établis à l’étranger au développement et à l’impulsion de l’économie nationale.

Les transferts effectués par les Tunisiens à l’étranger ont joué un rôle important dans la régulation de la balance des paiements, en résorbant environ 37% du déficit de la balance commerciale, indiquent les participants à la rencontre.

 Selon l’Institut national de la statistique, le pourcentage des Tunisiens à l’étranger a été estimé à 11,3% de l’ensemble de la population en 2014.

 Au cours des dernières années, la communauté tunisienne à l’étranger a connu des changements qualitatifs et quantitatifs. Les Tunisiens optent de plus en plus pour les pays du Golfe, suivis du Canada et des États-Unis d’Amérique, alors qu’auparavant leur première destination était l’Europe.

A noter aussi que la composition démographique des Tunisiens résidant à l’étranger a changé. Elle compte de plus en plus de jeunes diplômés des universités, de chercheurs et d’hommes d’affaires.

La fuite des compétences

Le nombre des compétences scientifiques qui ont quitté le pays ou ce qui s’apparente à la “fuite des cerveaux” s’élève à 94.000, soit 9,4% de la population, selon les statistiques de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

 Toutefois, on indique que l’investissement dans le développement demeure très faible par rapport au volume important des transferts et ne dépasse pas les 3%.

 Les transferts des Tunisiens à l’étranger sont plutôt réservés à la consommation ou aux petits projets informels, bien loin des secteurs productifs et générateurs de postes d’emploi, révèlent les mêmes études.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

Les flux commerciaux entre le Maroc et l’Espagne ont dépassé 14 milliards d'euros en 2017

L'Espagne est le premier partenaire économique du Maroc, pour la sixième année consécutive, "tant en importations qu'en exportations".

Condor annonce sa participation pour la troisième année consécutive au MWC 2018

Condor fera découvrir aux visiteurs du Mobile World Congress de Barcelone son nouveau Smartphone Allure M2.  

Bouteflika prêche une "conduite patriotique économique offensive, loin du protectionnisme stérilisant"

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a appelé samedi à une "conduite patriotique économique offensive" en vue de moderniser l'industrie locale et conforter les entreprises publiques et privées.