Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 21 Novembre 2017

  •   Oxford Business Group
  • mercredi 6 septembre 2017 16:19

La Tunisie et la Chine renforcent leurs relations bilatérales avec des contrats d’une valeur de 425 millions d’euros (document OBG)

Le déploiement par la Tunisie d’une nouvelle loi sur l’investissement au mois de janvier de cette année pourrait aider le pays à capitaliser davantage encore sur la récente reprise des investissements internationaux, en assurant la pérennité sur le long terme du renforcement des flux financiers liés aux IDE.

 

 

Lors d’un sommet bilatéral organisé à Tunis début juillet, des entreprises tunisiennes ont signé des conventions de partenariats avec des firmes chinoises pour une valeur totale de 1,2 milliards de dinars (424,9 millions d’euros) dans les domaines du commerce, de la technologie et de la finance. Le sommet était consacré à la recherche d’axes de coopération économique et technologique entre les deux pays.

Le premier contrat, conclu entre le Tunisien Groupe Loukil et la Banque industrielle et commerciale de Chine (Industrial and Commercial Bank of China, ICBC) verra cette dernière assumer le financement d’un méga-projet, le Tunisia Africa Mall, devant être bâti à Raoued, au nord de Tunis, pour 157,69 millions de dinars (55 millions d’euros). La construction de ce centre commercial de 100 000 mètres carrés, annoncé comme le plus grand de Tunisie, sera entreprise par la China State Construction Engineering Corporation, qui devrait inaugurer le chantier d’ici à la fin de l’année.

Le sommet fut également le cadre de la signature d’un protocole d’entente entre l’entreprise nationale SIAME et la multinationale de réseaux et de télécoms chinoise Huawei pour le développement d’une solution de comptage intelligent pour le compte de la Société tunisienne de l’électricité et du gaz, un service public.

Le troisième contrat, signé entre l’ICBC et Amen Bank, amènera les deux bailleurs à coopérer sur l’attribution de crédits syndiqués pour des projets d’envergure en Tunisie. Tout octroi de crédit sera cependant soumis à la condition d’une participation chinoise au projet, que ce soit dans le domaine de la construction, de l’ingénierie, de la fourniture d’équipements ou du transfert de technologie.

 

Elargir la coopération, stimuler la croissance

 

Ces nouveaux projets emboîtent le pas à d’autres accords d’investissement importants entre les deux pays, qui ont accru la coopération économique et technologique dans une variété de secteurs, au nombre desquels la finance, le tourisme, et la santé, répondant ainsi à la volonté de la Tunisie de diversifier ses sources d’investissement afin de s’affranchir de sa dépendance à ses partenaires traditionnels et de renforcer les flux financiers liés aux investissements directs étrangers (IDE).

Par exemple, fin mai, l’Association professionnelle tunisienne des banques et établissements financiers a signé avec la Banque de développement de Chine un accord cadre portant sur l’apport de financements aux petites et moyennes entreprises (PME), octroyant aux PME des lignes de crédit pour des projets dans des secteurs variés, allant de l’agro-alimentaire aux énergies renouvelables.

Ces efforts de rapprochement font suite à une hausse des IDE chinois enregistrés par l’Agence de Promotion de l’Investissement Extérieur (Foreign Investment Promotion Agency, FIPA) tunisienne.

Selon l’agence, les investissements chinois ont cru de 57% entre 2015 et 2016, pour atteindre 2,2 milliards de dinars (762,5 millions d’euros). La part chinoise du total des IDE n’en demeure pas moins marginale en comparaison avec d’autres pays. La France, premier partenaire d’investissement du pays, y a investi une somme de 364,5 milliards de dinars (126,3 milliards d’euros) en 2016.

En 2016 le montant total des IDE s’établissait à 2% seulement du PIB, ce qu’un rapport du FMI qualifie de nouveau record à la baisse. Cependant les projections du fonds pour cette année et la prochaine, de l’ordre de 2,5 à 3%, pourraient présager d’un début de retournement de la situation. Une perspective corroborée par les données officielles en matière d’IDE pour le premier trimestre 2017, qui ont enregistré une hausse de 16,6% en glissement annuel, selon des chiffres de la FIPA rapportés par les médias locaux.

 

Les réformes économiques améliorent le climat des affaires

 

Le déploiement par la Tunisie d’une nouvelle loi sur l’investissement au mois de janvier de cette année pourrait aider le pays à capitaliser davantage encore sur la récente reprise des investissements internationaux, en assurant la pérennité sur le long terme du renforcement des flux financiers liés aux IDE.

La loi simplifie le cadre d’investissement, facilite le transfert de fonds hors du pays par les entreprises et fournit diverses mesures d’incitation à l’investissement, dont des exonérations fiscales s’étendant sur une période allant jusqu’à 10 ans pour certains projets et des subventions pouvant s’élever jusqu’à 30 millions de dinars (10,4 millions d’euros).

En outre, elle a créé un certain nombre d’organismes consacrés à des dimensions spécifiques de l’investissement : une nouvelle instance d’investissement devant aider les investisseurs à mieux faire face aux exigences administratives et bureaucratiques du pays; un Conseil supérieur d’investissement chargé de piloter les politiques et mesures en matière d’investissement; et un fonds d’investissement allouant des subventions pour encourager l’investissement. 

Ce nouveau cadre permet également l’ouverture aux investissements étrangers davantage de secteurs, bien que les domaines d’activité en question ne soient pas encore clairement identifiés. A l'heure actuelle, les étrangers ont besoin de l’autorisation du gouvernement avant de pouvoir investir dans 51 secteurs différents

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.