Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 20 Juin 2018

  •   Aymen Zitouni
  • mardi 14 novembre 2017 18:13

Tunisie:« La corruption est plus répandue qu'elle ne l'était sous Ben Ali » (think tank)

La corruption, à moins qu'elle ne soit combattue, restera le principal obstacle à la consolidation par la Tunisie des fondements de son système démocratique.

 

La corruption est une force déstabilisatrice en Tunisie qui a atteint tous les niveaux ;  économique, politique et sécuritaire. C’est ce qu’affirme le think tank américain Carnegie Middle East Center dans un récent rapport sur la Tunisie.

Dans le passé, l'ancien président Zine El Abidine Ben Ali et son clan monopolisaient la corruption, « mais de nos jours, elle s'est répandue comme une traînée de poudre: les citoyens sont impliqués quotidiennement dans des pratiques de corruption et en profitent », constate le think tank.

Selon le document,  la société civile a lancé de nombreuses initiatives et de nombreuses mesures juridiques ont été prises pour lutter contre la corruption, « mais ce fléau est aujourd'hui plus répandu qu'il ne l'était sous Ben Ali ».

Pour que le processus de transition démocratique survive, la Tunisie doit mener une guerre sur deux fronts simultanément pour contrer  « le système de kleptocratie  et la petite corruption généralisée ». Pour que ce processus réussisse, ajoute le document, le gouvernement et la société civile doivent d'abord se mettre d'accord sur un cadre commun pour comprendre l'essence de la guerre contre la corruption et la manière de la mettre en œuvre. Et la communauté internationale devrait soutenir ce cadre par le financement et l'aide juridique, recommande le document.

Echec des mécanismes gouvernementaux

Le think tank revient aussi sur « l’échec des mécanismes gouvernementaux » de lutte contre la corruption et en avance deux raisons principales. La première est que le gouvernement accorde une grande attention à l'adoption d'une loi visant à neutraliser « les mauvaises parties bénéficiant de l'environnement post-révolution, et pour dissuader les individus de commettre des actes de corruption, « alors que la plupart des forces de la société civile sont concentrées sur le processus de la justice transitionnelle » et la question des violations des droits de l’Homme sous l’ancien régime. Deuxièmement, l’approche descendante (top-down) adoptée par le gouvernement pour lutter contre la corruption - comme la loi sur la réconciliation - a érodé la confiance gouvernement-citoyens et affaibli le processus de consultation de l'opinion publique.

Le think tank fait des recommandations au gouvernement tunisien pour mener à bien la lutte contre la corruption, à commencer par l’application des lois existantes, notamment la loi qui oblige les hauts responsables à déclarer publiquement leurs biens ; engager les organisations de la société civile dans le processus de formulation et de mise en œuvre de mesures anti-corruption pour que les réformes soient acceptées par le peuple et donner la priorité à la création d'une cour constitutionnelle et assurer l'indépendance du pôle judiciaire chargé d'enquêter et de juger les affaires de corruption.

Il s’agit aussi de numériser les processus de gouvernance en réactivant l'initiative TUNIS 2020 et en utilisant le système d'identification national pour aider à contrôler le secteur informel et investir intensivement dans les zones frontalières pour fournir aux acteurs du secteur informel des stratégies de sortie, notamment avec l'éducation et la création d'emplois dans le secteur privé.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Oui ben ça on avait remarqué, il suffit de parcourir les sites tunisiens. Et constater avec grand étonnement que ce pays qu'on nous avait toujours vendu comme plus civilisé que nous les sauvages algériens est retourné à son naturel au galop dès que la peur du gendarme Ben Ali s'est évanouie dans la nature.
    A nos pires heures de la Décennie noire il n'y avait pas cette déliquescence à tous les étages, il a suffit d'un printemps dit arabe pour tout faire remonter à la surface.
    " Nous on est pas des Algériens, on est des Tunisiens, on est pas des terroristes, nous !!" qu'ils disaient.
    Hé oui, la roue tourne, voyez la Tunisie, voyez l’Égypte ce qu'ils sont devenus...Prenez en de la graine, les marocains.

    Rapporter LHomme de Méchta-Afalou jeudi 16 novembre 2017 15:32
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: "la fiscalité pétrolière a augmenté de 19% en 2018" (Sonatrach)

  Concernant les recettes d’exportation Sonatrach a réalisé 14,8 milliards de dollars jusqu'à fin mai dernier, en hausse de 17%, selon les chiffres officiels.

En prêtant davantage aux femmes, les banques tunisiennes pourraient stimuler la croissance (Rapport SFI)

  La Tunisie est considéré comme l’un de pays les plus progressistes en matière de droits des femmes dans la région MENA.

Algérie: La 51/49% restera une "ligne rouge" dans le secteur des hydrocarbures (Sonatrach)

Le futur cadre juridique relatif au secteur des hydrocarbures permettra une "clarification" du rôle du ministère de l'Energie, ainsi que ceux de l'Agence Alnaft et de l’ARH.