Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Aymen Zitouni
  • mardi 14 novembre 2017 18:13

Tunisie:« La corruption est plus répandue qu'elle ne l'était sous Ben Ali » (think tank)

La corruption, à moins qu'elle ne soit combattue, restera le principal obstacle à la consolidation par la Tunisie des fondements de son système démocratique.

 

La corruption est une force déstabilisatrice en Tunisie qui a atteint tous les niveaux ;  économique, politique et sécuritaire. C’est ce qu’affirme le think tank américain Carnegie Middle East Center dans un récent rapport sur la Tunisie.

Dans le passé, l'ancien président Zine El Abidine Ben Ali et son clan monopolisaient la corruption, « mais de nos jours, elle s'est répandue comme une traînée de poudre: les citoyens sont impliqués quotidiennement dans des pratiques de corruption et en profitent », constate le think tank.

Selon le document,  la société civile a lancé de nombreuses initiatives et de nombreuses mesures juridiques ont été prises pour lutter contre la corruption, « mais ce fléau est aujourd'hui plus répandu qu'il ne l'était sous Ben Ali ».

Pour que le processus de transition démocratique survive, la Tunisie doit mener une guerre sur deux fronts simultanément pour contrer  « le système de kleptocratie  et la petite corruption généralisée ». Pour que ce processus réussisse, ajoute le document, le gouvernement et la société civile doivent d'abord se mettre d'accord sur un cadre commun pour comprendre l'essence de la guerre contre la corruption et la manière de la mettre en œuvre. Et la communauté internationale devrait soutenir ce cadre par le financement et l'aide juridique, recommande le document.

Echec des mécanismes gouvernementaux

Le think tank revient aussi sur « l’échec des mécanismes gouvernementaux » de lutte contre la corruption et en avance deux raisons principales. La première est que le gouvernement accorde une grande attention à l'adoption d'une loi visant à neutraliser « les mauvaises parties bénéficiant de l'environnement post-révolution, et pour dissuader les individus de commettre des actes de corruption, « alors que la plupart des forces de la société civile sont concentrées sur le processus de la justice transitionnelle » et la question des violations des droits de l’Homme sous l’ancien régime. Deuxièmement, l’approche descendante (top-down) adoptée par le gouvernement pour lutter contre la corruption - comme la loi sur la réconciliation - a érodé la confiance gouvernement-citoyens et affaibli le processus de consultation de l'opinion publique.

Le think tank fait des recommandations au gouvernement tunisien pour mener à bien la lutte contre la corruption, à commencer par l’application des lois existantes, notamment la loi qui oblige les hauts responsables à déclarer publiquement leurs biens ; engager les organisations de la société civile dans le processus de formulation et de mise en œuvre de mesures anti-corruption pour que les réformes soient acceptées par le peuple et donner la priorité à la création d'une cour constitutionnelle et assurer l'indépendance du pôle judiciaire chargé d'enquêter et de juger les affaires de corruption.

Il s’agit aussi de numériser les processus de gouvernance en réactivant l'initiative TUNIS 2020 et en utilisant le système d'identification national pour aider à contrôler le secteur informel et investir intensivement dans les zones frontalières pour fournir aux acteurs du secteur informel des stratégies de sortie, notamment avec l'éducation et la création d'emplois dans le secteur privé.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Oui ben ça on avait remarqué, il suffit de parcourir les sites tunisiens. Et constater avec grand étonnement que ce pays qu'on nous avait toujours vendu comme plus civilisé que nous les sauvages algériens est retourné à son naturel au galop dès que la peur du gendarme Ben Ali s'est évanouie dans la nature.
    A nos pires heures de la Décennie noire il n'y avait pas cette déliquescence à tous les étages, il a suffit d'un printemps dit arabe pour tout faire remonter à la surface.
    " Nous on est pas des Algériens, on est des Tunisiens, on est pas des terroristes, nous !!" qu'ils disaient.
    Hé oui, la roue tourne, voyez la Tunisie, voyez l’Égypte ce qu'ils sont devenus...Prenez en de la graine, les marocains.

    Rapporter LHomme de Méchta-Afalou jeudi 16 novembre 2017 15:32
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...